Eglise Catholique du Var - diocese-frejus-toulon.com

"Heureuse celle qui a cru à l’accomplissement
des paroles qui lui furent dites
de la part du Seigneur"

Saint Luc (chapitre 1, verset 45)

FR | EN | PT |
Newsletter de l'église du var




Soutenir ce projet nouveaux articles

Votons pour la vie !

  Publié le jeudi 7 juin 2012

Nous sommes à nouveau appelés aux urnes pour élire les députés, au vote desquels seront soumis les futurs textes de lois : l’enjeu est donc de taille. De nouveau, notre vote devra être en cohérence avec notre foi. S’il n’y a pas à proprement parler de vote « catholique », une réflexion fondée sur des critères objectifs est nécessaire.


Communiqué de l’Observatoire sociopolitique du diocèse de Fréjus-Toulon

Pour les élections législatives des 10 et 17 juin 2012

Nous sommes à nouveau appelés aux urnes pour élire les députés, au vote desquels seront soumis les futurs textes de lois : l’enjeu est donc de taille. De nouveau, notre vote devra être en cohérence avec notre foi. S’il n’y a pas à proprement parler de vote « catholique », une réflexion fondée sur des critères objectifs est nécessaire (À tous les électeurs). Il appartient à chacun de former sa conscience et de se déterminer en fonction des principes moraux que la raison est capable de reconnaître, à la lumière de la Révélation.

Mgr Dominique Rey a rappelé les premiers principes à respecter (À l’approche des élections). Ils constituent les conditions fondamentales de toute coexistence humaine[1], que l’Eglise rappelle à tout homme et toute femme de bonne volonté pour protéger et promouvoir la dignité de la personne humaine.

Dits « non-négociables »[2], ils ont été rappelés par Benoît XVI à Milan le 2 juin dernier : « L’État est au service et pour la protection de la personne et de son bien-être dans ses multiples aspects, à commencer par le droit à la vie, dont ne peut jamais être consentie la suppression délibérée… L’État est appelé à reconnaître l’identité propre de la famille fondée sur le mariage et ouverte à la vie, et aussi le droit primaire des parents à la libre éducation et formation des enfants, selon le projet éducatif qu’ils jugent valable et pertinent. On ne rend pas justice à la famille, si l’État ne soutient pas la liberté d’éducation pour le bien commun de la société toute entière. »

Les élections législatives ne sont sans doute pas un référendum sur l’avortement ou l’euthanasie, et il y a bien d’autres questions qui ne doivent pas échapper à nos préoccupations en ce temps de crise économique. Seulement, conscients que les atteintes à la vie humaine constituent « les plus grands destructeurs de la paix aujourd’hui » (Mère Teresa), le principe de l’inviolabilité de la vie demeure pour nous central.

« Il est juste, assurément, de parler des droits de l’homme - comme, par exemple, le droit à la santé, au logement, au travail, à la famille, à la culture - mais c’est propager l’erreur et l’illusion que d’en parler, comme on le fait souvent, sans défendre avec la plus grande vigueur le droit à la vie, comme droit premier, origine et condition de tous les autres droits de la personne. »[3]

Si notre vote ne peut sciemment aller à l’encontre de ces principes, c’est parce qu’il participerait alors à détruire les fondements de toute civilisation. C’est le principe du « primum non nocere » (« d’abord ne pas nuire ») qu’enseignait Hippocrate[4].

L’électeur chrétien ne se limite pas à s’opposer, mais désire bâtir les conditions d’un société plus juste. Le Pape rappelle que « nous devons, dans ce monde, nous aider les uns les autres comme des frères pour construire la Civilisation de l’Amour »[5]. Dans cette perspective d’altruisme authentique, nous devons toujours mettre l’homme au centre : ainsi l’économie ou l‘écologie se doivent-elles de servir l’homme et non de l’asservir[6]. Une attention particulière doit ainsi se porter aux pauvres, en qui nous voyons le Christ en personne[7].

L’attention portée à la naissance et à la mort naturelle ne doit évidemment pas nous détourner de la vie qui court entre les deux. Les chrétiens restent mobilisés par l’option préférentielle pour les pauvres et la sollicitude pour toutes les formes de vulnérabilité. Au cœur des crises actuelles, la défense des travailleurs et du dimanche chômé n’est pas la moindre de nos préoccupations[8].

N’ayons donc pas peur de remettre en question nos certitudes humaines en utilisant notre intelligence éclairée par l’Esprit-Saint pour décrypter les programmes, et en votant selon notre conscience le jour de l’élection !


[1] Benoît XVI, Discours du 23 septembre 2005 au nouvel ambassadeur du Mexique

[2] Benoît XVI, Discours aux participants au congrès promu par le Parti Populaire Européen de 2006

[3] Bienheureux Jean-Paul II, Exhortation apostolique Christi fideles laici, 38.

[4] Hippocrate, Traité des Épidémies (I, 5)

[5] Benoît XVI, Angélus du dimanche 22 août 2010

[6] Monseigneur Dominique Rey, Peut-on être catho et écolo ?, Artège, 2012

[7] Matthieu 25, 31-40

[8] Observatoire sociopolitique, Le dimanche à Toulon







observatoire@diocese-frejus-toulon.com

http://placedeleglise.fr

 




 
Contacts | Mentions légales | Plan du site | Contributeurs | Espace privé | RSS | cef.fr | messesinfo.cef.fr | rcf.fr | webTvCn.eu | domaine-castille.fr | bonnenouvelle.fr

Conception et développement : bonnenouvelle.fr

http://www.diocese-frejus-toulon.com/Votons-pour-la-vie.html