Eglise Catholique du Var - diocese-frejus-toulon.com

« Voici la servante du Seigneur ; que tout se passe pour moi selon ta parole. »

Evangile de Jésus Christ selon saint Luc (1, 37)

FR | EN | PT |
Newsletter de l'église du var




Délégué épiscopal à l’information et à la communication


devenir prêtre faire un don

LA BONNE NOUVELLE DU JOUR

Evangile

-


nouveaux articles

nouveaux articles la foi pour les nuls

Violences compassionnelles

Editorial de monseigneur REY - Eglise de Fréjus-Toulon n° 128 - mars 2009

  Publié le lundi 30 mars 2009 , par Yann de Rauglaudre

Hier c’était Chantal Sébire ou Vincent Humbert pour l’euthanasie. Aujourd’hui, c’est la petite brésilienne de 9 ans, à propos de l’avortement...


La vague émotionnelle

La stratégie est toujours la même. En mettant en scène médiatique des situations abominables d’atrocité, on surfe sur la vague émotionnelle pour justifier la transgression de l’interdit symbolique qui fonde notre humanité : le respect imprescriptible de la vie, depuis la conception jusqu’à la mort naturelle.

Le prêt à penser est sans appel : puisque la presse, la TV, la radio ou internet le disent, c’est « la » vérité, et la petite voix de notre conscience est vite étouffée dans ce tintamarre qui ne supporte pas ni la discordance, ni la dissidence. En creusant un peu plus la réalité des faits, on s’aperçoit, telle la brume matinale qui s’évapore avec le temps pour dégager le relief des choses, que la chape de plomb médiatico-émotionnelle recouvrait une situation autrement plus complexe qu’on le prétendait, et des faits troublants sur lesquels on avait oublié de gloser. On instrumentalise la cruauté d’un cas d’école, en utilisant la violence des images et des slogans, afin de légitimer une autre violence, plus insidieuse et plus corrosive, celle qui porte atteinte à la dignité de l’homme dont la vie est sacrée, d’un bout à l’autre. Oui le scenario des "violences compassionnelles" est bien rodé. La récupération puis la promotion des tragédies personnelles produit une anesthésie générale des consciences notamment en vue des changements législatifs qui portent atteinte à la Vie !

Le don de la Vie

En ces heures où nous méditons sur le mystère pascal, le chrétien est appelé à un examen de conscience. Les deux grandes fêtes liturgiques qui organisent le calendrier chrétien et soulignent l’architecture profonde de la foi de l’Eglise, ne sont-elles pas Noël et Pâques ? D’un côté, l’Incarnation : l’enfantement de Dieu en notre histoire et qui débute dans le sein d’une vierge. De l’autre, la Rédemption de l’humanité : elle s’accomplit dans le geste sacrificiel d’une liberté qui se fait amour.

Depuis sa fondation, l’Eglise n’existe qu’à cause de ces deux faits historiques. Dans la patience des jours, et à travers les épreuves, elle ne cesse de méditer, de ruminer et d’approfondir ces événements considérables, tant ils dépassent notre entendement et notre sagesse. Tous les Evangiles nous les relatent avec sobriété, réalisme, humilité et sans polémique. A l’Annonciation ou sur le Golgotha, l’émotion suggérée est pleine de réserve, au service de la vérité d’un amour offert. Ces deux événements désignent le don de la Vie. Vie qui est reçue dans les entrailles de Marie. Vie qui est donnée au sommet de la Croix. Telle est la respiration de Dieu : accueillir et offrir. Telle est notre vocation filiale.







Nota :
- Reproduction non autorisée sans référence explicite au site de publication : diocese-frejus-toulon.com par un lien.

 




 
Contacts | Mentions légales | Plan du site | Contributeurs | Espace privé | RSS | cef.fr | messesinfo.cef.fr | rcf.fr | webTvCn.eu | domaine-castille.fr | bonnenouvelle.fr

Conception et développement : bonnenouvelle.fr

http://www.diocese-frejus-toulon.com/Violences-compassionnelles.html