Eglise Catholique du Var - diocese-frejus-toulon.com

Celui qui veut devenir grand parmi vous
sera votre serviteur.

Saint Marc (chapitre 10, verset 43)

FR | EN | PT |
Newsletter de l'église du var




Auteur d’une Liturgie des Enfants


devenir prêtre faire un don

LA BONNE NOUVELLE DU JOUR

Evangile

-


nouveaux articles

nouveaux articles la foi pour les nuls
Accueil du site > Catéchèse > Liturgie pour enfants - partage d’Evangile > Vingt quatrième dimanche ordinaire, année B

Vingt quatrième dimanche ordinaire, année B

  Publié le dimanche 16 septembre 2018 , par Chantal de la Motte

Fiche de liturgie pour le dimanche 16 septembre 2018







Accueil des enfants
Chaque enfant peut dire son prénom pour se présenter et se mettre en présence de Dieu. Nous écoutons la même Parole de Dieu que les parents, et que les chrétiens du monde entier aujourd’hui. Lire l’Evangile dans un missel plutôt que sur une feuille volante. Les enfants peuvent venir en procession embrasser la Parole (le livre ouvert) après la proclamation de l’Evangile, en chantant (par exemple « Que vive mon âme à te louer ! »)

Rappel du temps liturgique
Alors que durant l’été, nous avons entendu l’Evangile de Jésus-Christ selon Saint Jean, nous poursuivons maintenant l’Evangile de Jésus-Christ selon Saint Marc.

Proclamation de l’Evangile
Alléluia !

Evangile de Jésus Christ selon saint Marc (8, 27-35)
En ce temps-là, Jésus s’en alla, ainsi que ses disciples, vers les villages situés aux environs de Césarée-de-Philippe. Chemin faisant, il interrogeait ses disciples : « Au dire des gens, qui suis-je ? » Ils lui répondirent : « Jean le Baptiste ; pour d’autres, Élie ; pour d’autres, un des prophètes. »

Et lui les interrogeait : « Et vous, que dites-vous ? Pour vous, qui suis-je ? » Pierre, prenant la parole, lui dit : « Tu es le Christ. » Alors, il leur défendit vivement de parler de lui à personne.

Il commença à leur enseigner qu’il fallait que le Fils de l’homme souffre beaucoup, qu’il soit rejeté par les anciens, les grands prêtres et les scribes, qu’il soit tué, et que, trois jours après, il ressuscite. Jésus disait cette parole ouvertement. Pierre, le prenant à part, se mit à lui faire de vifs reproches. Mais Jésus se retourna et, voyant ses disciples, il interpella vivement Pierre : « Passe derrière moi, Satan ! Tes pensées ne sont pas celles de Dieu, mais celles des hommes. » Appelant la foule avec ses disciples, il leur dit : « Si quelqu’un veut marcher à ma suite, qu’il renonce à lui-même, qu’il prenne sa croix et qu’il me suive. Car celui qui veut sauver sa vie la perdra ; mais celui qui perdra sa vie à cause de moi et de l’Évangile la sauvera. »

Pistes de réflexion
« Ils lui répondirent : "Jean le Baptiste ; pour d’autres, Élie ; pour d’autres, un des prophètes." » Jean-Baptiste a été exécuté peu de temps avant et certains pensent qu’il est le Messie et qu’il est réapparu en la personne de Jésus. Quant à Elie, la Bible dit qu’il a quitté cette terre dans un char de feu (2 Roi 2, 11), si bien que beaucoup attendaient son retour. Un prophète, Jésus l’est assurément puisqu’il est la bouche de Dieu. Souvenons-nous que la mission d’un prophète n’a jamais été de prédire l’avenir (la divination est interdite depuis très longtemps en Israël) mais d’être le porte-voix de la Parole de Dieu.
« Pierre, prenant la parole, lui dit : "Tu es le Christ." » Voici la fameuse profession de foi de Pierre, qui signifie "tu es celui qui a reçu l’onction du Seigneur et que le peuple juif attend pour inaugurer une ère de paix et de prospérité."
« Il commença à leur enseigner » Cet évangile est un tournant dans la vie de Jésus. Ses disciples attendent encore un Messie triomphant, le roi d’Israël qui chasserait les romains hors de Palestine. Lui leur annonce pour la première fois sa passion. C’est un choc pour tous et la réaction de Pierre est bien humaine : il s’insurge contre la souffrance et la mort de Jésus.
« il fallait que le Fils de l’homme souffre beaucoup » Quand Jésus dit « il fallait », il se place à la hauteur de son Père qui ne vit plus dans le temps, qui connaît le passé, le présent et l’avenir. Si nous lisions à hauteur humaine, nous pourrions croire que Jésus n’est pas un homme libre mais qu’il est comme téléguidé par son Père, prédestiné. Il n’en est rien car déjà Jésus engage toute sa liberté en refusant les protestations de Pierre, et nous verrons lors de sa passion que sa lutte est continuelle. Ce « fallait » ne renvoie pas à une exigence du Père mais à une nécessité dans le plan du salut.
« Passe derrière moi, Satan ! Tes pensées ne sont pas celles de Dieu, mais celles des hommes. » Ce refus de Pierre est une tentation pour Jésus lui-même, que Jésus combat avec force. Il rejette les reproches de Pierre car ils ne correspondent pas à la volonté du Père. Et Jésus veut par amour faire la volonté de son Père, qui est de sauver les hommes que nous sommes.
« Si quelqu’un veut marcher à ma suite, qu’il renonce à lui-même, qu’il prenne sa croix, et qu’il me suive. » Jésus ouvre le chemin de l’obéissance au Père, pour nous entraîner à sa suite. C’est là toute notre vie de chrétien : rechercher la volonté de Dieu et essayer de la mettre en pratique, comme nous le demandons dans le « Notre Père. » Cela nécessite de croire que Dieu veut le meilleur pour moi, pour que je puisse dire dans ma prière « que ta volonté soit faite aujourd’hui. » Or si je ne suis pas persuadée que Dieu veut mon bonheur, cette prière est impossible à dire.

Source : L’intelligence des Ecritures, MN Thabut, Artège

Activité
Coloriage du dessin. Apprendre par coeur le verset qui accompagne le dessin.

« Si quelqu’un veut marcher à ma suite, qu’il renonce à lui-même, qu’il prenne sa croix, et qu’il me suive » Marc 8, 34











 
Contacts | Mentions légales | Plan du site | Contributeurs | Espace privé | RSS | cef.fr | messesinfo.cef.fr | rcf.fr | webTvCn.eu | domaine-castille.fr | bonnenouvelle.fr

Conception et développement : bonnenouvelle.fr

http://www.diocese-frejus-toulon.com/Vingt-quatrieme-dimanche-ordinaire,4269.html