Eglise Catholique du Var - diocese-frejus-toulon.com

« Voici la servante du Seigneur ; que tout se passe pour moi selon ta parole. »

Evangile de Jésus Christ selon saint Luc (1, 37)

FR | EN | PT |
Newsletter de l'église du var




Auteur d’une Liturgie des Enfants


devenir prêtre faire un don

LA BONNE NOUVELLE DU JOUR

Evangile

-


nouveaux articles

nouveaux articles la foi pour les nuls
Accueil du site > Catéchèse > Liturgie pour enfants - partage d’Evangile > Trente deuxième dimanche ordinaire, année A

Trente deuxième dimanche ordinaire, année A

  Publié le dimanche 12 novembre 2017 , par Chantal de la Motte

Fiche de liturgie pour le dimanche 12 novembre 2017







Accueil 
Chaque enfant peut dire son prénom pour se présenter et pour se mettre en présence de Dieu. Jésus est là avec les enfants, comme avec leurs parents qui sont dans l’église. Nous écoutons la même Parole de Dieu que les parents et que les chrétiens du monde entier aujourd’hui. Il est conseillé de lire l’Evangile dans un missel ou un lectionnaire plutôt que sur une feuille volante. On peut demander aux enfants de venir en procession après la proclamation de l’Evangile pour embrasser la Parole (le livre ouvert), en chantant (par exemple « Que vive mon âme à te louer ! » ou reprise de l’Alléluia.)

Rappel du temps liturgique
C’est l’avant dernier dimanche du temps ordinaire de l’année liturgique. En cette fin d’année, les lectures nous parlent de la fin des temps.

Acclamation de l’Evangile 
Alléluia !

Evangile de Jésus Christ selon saint Matthieu (25, 1-13)
En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples cette parabole : « Le royaume des Cieux sera comparable à dix jeunes filles invitées à des noces, qui prirent leur lampe pour sortir à la rencontre de l’époux. Cinq d’entre elles étaient insouciantes, et cinq étaient prévoyantes : les insouciantes avaient pris leur lampe sans emporter d’huile, tandis que les prévoyantes avaient pris, avec leurs lampes, des flacons d’huile. Comme l’époux tardait, elles s’assoupirent toutes et s’endormirent. Au milieu de la nuit, il y eut un cri : ‘Voici l’époux ! Sortez à sa rencontre.’ Alors toutes ces jeunes filles se réveillèrent et se mirent à préparer leur lampe. Les insouciantes demandèrent aux prévoyantes : ‘Donnez-nous de votre huile, car nos lampes s’éteignent.’ Les prévoyantes leur répondirent : ‘Jamais cela ne suffira pour nous et pour vous, allez plutôt chez les marchands vous en acheter.’ Pendant qu’elles allaient en acheter, l’époux arriva. Celles qui étaient prêtes entrèrent avec lui dans la salle des noces, et la porte fut fermée. Plus tard, les autres jeunes filles arrivèrent à leur tour et dirent : ‘Seigneur, Seigneur, ouvre-nous !’ Il leur répondit : ‘Amen, je vous le dis : je ne vous connais pas.’ Veillez donc, car vous ne savez ni le jour ni l’heure. »

Pistes de réflexion
« Jésus disait à ses disciples cette parabole » Jésus pour parler du Royaume des cieux emprunte souvent le style parabolique. Les enfants sont en général heureux qu’on leur raconte une histoire, et aujourd’hui Jésus lui-même invente une histoire pour eux !
« Le royaume des Cieux sera comparable à dix jeunes filles invitées à des noces, qui prirent leur lampe pour sortir à la rencontre de l’époux. » L’époux est Jésus ; nous sommes tour à tour la jeune fille folle et la jeune fille sage car le péché divise le cœur de chacun et non pas l’humanité entre les purs et les impurs. A l’époque, il n’y avait pas de lampe électrique mais des lampes à huile.
« Comme l’époux tardait, elles s’assoupirent toutes et s’endormirent. » « Veillez donc » Notons que les vierges folles comme les vierges sages s’endorment et ça ne leur est pas reproché, donc « veillez » ne se réfère pas à l’endormissement.
« Je ne vous connais pas. » Voilà ce que Jésus nous demande, de le connaître. Car l’ignorer revient à passer notre vie avec une lampe sans huile ce qui n’a pas de sens, c’est comme si on n’avait pas de lampe du tout. "Veillez" revient donc à s’assurer que notre lampe ait bien de l’huile, puisse éclairer, réchauffer, guider. C’est Jésus qui est la lumière du monde et nous sommes crées à sa ressemblance. Pour connaître Jésus, renaître avec lui, lui ressembler, l’imiter, l’aimer, nous devons aussi porter la lumière. Veiller, c’est être prêt à vivre les noces avec Jésus, à vivre l’amour. De même que les lampes doivent être remplies d’huile pour éclairer, de même nous devons être remplis d’amour pour aller vers Jésus et pour le connaître. Puisque Dieu est la source de tout amour, il suffit d’avoir un cœur ouvert pour recevoir cet amour comme une grâce, un cadeau du ciel.
« Veillez donc, car vous ne savez ni le jour, ni l’heure. » C’est l’heure de la rencontre avec Jésus, qui est l’heure de notre mort, mais c’est chaque jour que Jésus nous invite à le rencontrer et à le connaître. Comme nous le récitons à chaque "je vous salue Marie", "Aujourd’hui et à l’heure de notre mort" : voilà les deux temps qui orientent notre vie, car nous sommes appelés à vivre pleinement chaque instant sans oublier que nous sommes faits pour la vie éternelle.

Source : « L’intelligence des Ecritures », MN Thabut, ed. Soceval

Activité 
Coloriage du dessin.

GIF - 3.3 ko

« les prévoyantes avaient pris, avec leurs lampes, des flacons d’huile. » Matthieu 25, 4











 
Contacts | Mentions légales | Plan du site | Contributeurs | Espace privé | RSS | cef.fr | messesinfo.cef.fr | rcf.fr | webTvCn.eu | domaine-castille.fr | bonnenouvelle.fr

Conception et développement : bonnenouvelle.fr

http://www.diocese-frejus-toulon.com/Trente-deuxieme-dimanche-ordinaire,6143.html