Eglise Catholique du Var - diocese-frejus-toulon.com

« Voici la servante du Seigneur ; que tout se passe pour moi selon ta parole. »

Evangile de Jésus Christ selon saint Luc (1, 37)

FR | EN | PT |
Newsletter de l'église du var



Accueil du site > Connaître ma vocation > Ordinations > Témoignage de Sean Davidson

Témoignage de Sean Davidson

  Publié le vendredi 3 juin 2011 , par Père Samuel Chaboussou

Bientôt Sean Davidson va être ordonné prêtre... témoignage.


Pouvez-vous nous raconter votre rencontre avec Dieu ou un souvenir fort d’intimité avec Dieu ?

S.D : Malgré le fait que ma grand-mère était une vraie sainte cachée et que j’avais des expériences de la foi à un jeune âge je peux dire que j’ai grandi loin du Seigneur et Son Eglise. Puis à l’âge de vingt ans dans l’année 2000 j’étais évangélisée par la Légion de Marie à Dublin. C’était une évangélisation dans les rues tout simple mais ça m’a fait réfléchir sur ma vie et mon besoin de Dieu pour trouver le vrai bonheur dont j’ai toujours cherché. Même si j’étais pleine de doutes et de confusion par rapport au mystère de Dieu, j’ai ouvert mon cœur à Lui et je Lui ai demandé de m’aider avec quelques situations difficiles dans ma vie. J’ai commencé à lire la Sainte Bible et je ne pouvais pas le lâcher. La Parole Vivante de Dieu a commencé à purifier mon âme. J’ai reconnu que je suis un pauvre pécheur devant Dieu, mais Jésus Christ m’a donné la confiance inébranlable. La Parole m’a transmis la foi et j’ai commencé à reconnaitre l’action de Dieu dans les situations de ma vie et mes relations. Tous mes doutes ont disparu rapidement ! J’ai eu une nouvelle soif pour les choses spirituelles. J’ai commencé à chercher partout pour les réponses à mes questions sur Dieu. Je n’ai pas rencontré les guides spirituelles et le Seigneur Lui-Même m’a guidé à travers Sa Parole et les autres livres saints que j’ai trouvés. Dans la biographie de Jean Paul II j’ai reconnu un vrai homme de Dieu et j’ai eu confiance en son message. Il m’a montré qu’il fallait être un fils loyal de l’Eglise fondée par Jésus Christ et qu’une relation avec Marie était indispensable pour chaque chrétien. Bientôt je pouvais dire avec lui « Totus Tuus » à la Toute Belle Mère de Dieu, et depuis le moment ou j’ai confié ma vie et ma vocation à Marie, elle a pris soin de chaque instant et de chaque détail avec un amour doux et maternelle.

Dans votre vie quelle furent des moments forts ou des rencontres qui vous ont confirmé dans votre foi ?

S.D : En 2003 le Seigneur m’a donné trois grandes grâces. Tout d’abord il m’a boulversé avec un appel au sacerdoce qui avait déjà commencé à s’insinuer dans mon cœur un an plus tôt, mais que je ne voulais pas vraiment reconnaitre. J’avais des projets pour ma vie, je voulais me marier et, approchant de la fin de mes études de commerce, j’avais quelques projets professionnels qui m’intéressaient beaucoup. L’appel a était tout d’abord pour moi un moment difficile et j’ai pensé faire comme Jonas : courir dans la direction opposée. Mais le Seigneur a confirmé sa volonté en me donnant un très saint père spirituel pour éclairer la route. Ce prêtre est la deuxième grande grâce. Il a été un cadeau extraordinaire, et avec son aide j’ai commencé à prier et à méditer plus profondément chaque jour. Avec une bonne discipline de prière quotidienne, peu à peu, j’ai pu accepter l’appel au sacerdoce avec joie. Mon âme était fortifiée par la prière et j’ai reconnu qu’une grande aventure avec le Seigneur était en train de commencer. La troisième grâce que j’ai reçue fut lorsque je fus invité à m’engager pour une heure d’adoration eucharistique chaque semaine dans la chapelle d’adoration perpétuelle dans ma ville. C’était juin 2003 : au mois d’août 2004 j’étais prêt à commencer le séminaire avec la joie dans mon cœur. Dans mon rendez-vous d’amour hebdomadaire avec le Cœur Eucharistique de Jésus j’ai trouvé la paix, la joie et la grâce pour surmonter toutes mes dernières réticences. Dans l’adoration eucharistique j’ai trouvé la grâce qui m’a soutenu toute au long du chemin de la formation sacerdotale. La chapelle d’adoration est pour moi comme les collines de Galilée où les apôtres ont passées du temps avec Jésus avant d’aller dans le monde pour l’annoncer jusq’aux extrémités de la terre. Pour annoncer Jésus il faut le connaître et quoi de plus intime que de passer du temps avec Lui, vivant et personnellement présent au Saint Sacrement. Comme disait Paul VI par rapport à l’adoration : « rien de plus doux sur la terre… » (Mysterium Fidei 70)

Pouvez-vous nous décrire le "déclic" de votre vocation ?

S.D : Je suis allé au Sanctuaire Mariale de « Knock » en Irlande pour assister à une Messe du grand prédicateur indien Père Joseph Bill. Là bas, j’ai demandé à Marie de me confirmer ma vocation et de m’aider avec cet appel qui avait bouleversé m’a vie. Pendant la Messe j’au eu un moment de clarté ou j’ai compris que je serai prêtre et j’ai dit à Marie dans mon cœur : « Bon si c’est vrai, si vraiment le Seigneur veut que le pécheur indigne que je suis devienne un prêtre, je me confie à toi. Ma vocation appartient entièrement à toi. Je serai ton prêtre. Fais de moi ce que tu veux. » Après ce moment-là, je n’avais plus de doute ni d’obstacle devant moi.

Quel est votre Saint de référence ou la personne qui vous sert d’exemple ?

S.D : Par l’intercession de Saint Joseph je sais que j’ai reçu beaucoup de grâces et des interventions importantes dans ma vie. J’essai de prier St Joseph chaque jour et j’aime réfléchir sur l’intimité qu’il avait avec le Verbe Eternel, caché dans la Maison Sainte. Je pense aussi qu’il y a un lien fort entre Joseph et le prêtre. Il était aussi un époux et un père virginal. Le prêtre entre dans le mystère du Noces de l’Agneau entre Jésus et l’Eglise. Comme Joseph le prêtre a une paternité spirituelle sur des âmes qui ne sont pas ses enfants naturelles. Mais il y a un autre saint qui est devenu un modèle pour moi aussi, c’est Saint Pierre Julien Eymard. Il voulait devenir « le Saint Joseph de l’état sacramentel de Jésus ». En d’autres mots, à travers sa vie d’adoration et le mystère de la présence réelle, il voulait reproduire l’intimité que Joseph avait avec Jésus dans la maison sainte. St Pierre Julien a été convaincu que la présence personnelle de Jésus au Saint Sacrement mérite une présence personnelle de la part de l’Eglise à travers l’adoration perpétuelle. Pour lui c’est seulement lorsque l’Eglise entière se prosternera devant Jésus vivant au Saint-Sacrement dans un acte de perpétuel d’amour, d’adoration, de réparation et d’action de grâce, que nous obtiendrons la force surnaturelle d’évangéliser le monde entier de nouveau. Je suis tout à fait d’accord avec cette conviction.

Enfin quelle est la phrase de l’évangile que vous aimez le plus ?

S.D : Il y en a trop mais récemment j’ai médité sur les paroles de Jean Baptiste par rapport à Jésus : « Lui, il faut qu’il grandisse ; et moi, que je diminue. » (Jn 3 :30) Oui je pense que le prêtre doit disparaître pour que le Christ puisse prend possession totale de son existence et de sa personnalité. Sa vie n’appartient plus à lui-même mais à la Très Sainte Trinité. Au lieu de chercher à attirer l’attention sur notre propre personne, je pense que nous sommes ordonnés pour dire avec Jean Baptiste « Voici l’Agneau de Dieu » brulant d’amour infinie pour les âmes dans l’Eucharistie. Quand les âmes ont vraiment rencontrés l’Agneau Eucharistique elles ont rencontrés le bonheur éternel et comme Jean Baptiste notre mission est accomplit…











 
Contacts | Mentions légales | Plan du site | Contributeurs | Espace privé | RSS | cef.fr | messesinfo.cef.fr | rcf.fr | webTvCn.eu | domaine-castille.fr | bonnenouvelle.fr

Conception et développement : bonnenouvelle.fr

http://www.diocese-frejus-toulon.com/Temoignage-de-Sean-Davidson.html