Eglise Catholique du Var - diocese-frejus-toulon.com

« Voici la servante du Seigneur ; que tout se passe pour moi selon ta parole. »

Evangile de Jésus Christ selon saint Luc (1, 37)

FR | EN | PT |
Newsletter de l'église du var




Délégué de l’Observatoire sociopolitique du diocèse


Soutenir ce projet nouveaux articles

Ringard, moi ??

  Publié le mardi 4 décembre 2012 , par Falk Van Gaver

« Le Seigneur n’avait pas dit : Vous serez libres, mais : La Vérité vous délivrera » Saint Augustin, poème n°1519


Par la Mouche du Coche

Il est toujours bon de décortiquer les techniques de disqualification utilisées par l’adversaire. Après avoir usé jusqu’à la corde l’argument de l’homophobie, les tenants du mariage gay nous accusent, m’accusent, de ringardise ! Twitter gagne la palme d’un certain comique, il faut bien l’avouer (argh !), en rebaptisant le mouvement « un papa- une maman » en « un papy, une mamie » à la vue des photos, grisonnantes soi-disant, du happening d’Alliance Vita. Ha les vachards ! C’est efficace !

Me voilà donc ringard, has been, out, pas dans le vent, passéiste, réactionnaire, intégriste donc tyrannique donc liberticide et j’entends monter la clameur des rédactions : « vite ! Aiguisons la guillotine, préparons les paniers : les ennemis du peuple et de la liberté, de l’égalité et de la fraternité sont là, on a du pain sur la planche ! ».

Ce qui est terrible c’est ce fossé sémantique (qui ressemble désormais plutôt à un abysse) qui nous sépare. On nous vend la liberté de se marier pour tous, on nous serine que l’égalité nous oblige à la reconnaissance du mariage homo. Mais si seule la vérité rend libre, alors la liberté sans la vérité devient une absurdité. Et l’égalité sans la vérité et surtout sans la charité la suit dans sa perte de sens. Or deux papas/deux mamans, ce n’est pas la vérité. L’idée d’ouverture du mariage à tous est elle-même un mensonge : « il ne s’agit pas d’ouvrir le mariage à une nouvelle catégorie de personnes, mais de changer le mariage pour qu’une nouvelle catégorie de personnes y entrent » (j’allais piquer au Cardinal Barbarin son analyse mais en fait je ne saurais l’exprimer mieux que lui).

Or, je ne sais pas vous, mais moi j’ai envie d’être libre, j’ai envie de vérité, et comme j’aime la fraternité, j’ai envie que tout le monde soit libre et en vérité. C’est bien pour ça que je réagis et qu’un tas de gens se mobilisent. Ce n’est pas pour emmerder le monde, ni pour faire un Collectif des Ringards, ce n’est même pas par dégoût pour la sodomie et le cunnilingus (quoique…), ni par peur du changement, ni même parce que la morale dit que c’est mal, ni même par interprétation de la Genèse non, rien de tout ça : c’est uniquement par goût de la vérité et de la liberté.

Ainsi, en proposant à un couple homosexuel le mariage et la possibilité d’élever des enfants, on ment aux homosexuels, on ment aux enfants, la société se ment à elle-même, espérant que la loi sera plus forte que la vérité. On ne les libère pas, on les lie dans une illusion. Fort de ce mensonge avéré, on ne peut pas dire que cette loi soit très fraternelle non plus, si elle a pour conséquence de faire vivre mon frère-citoyen dans une illusion. Reste l’égalité de droit pour une même situation. Sur ce point, à part en faisant preuve d’un aveuglement total, comment parvenir à dire que deux hommes ou deux femmes présentent la même situation qu’un homme et une femme ? A moins que, pour accorder le mariage, on se trouve dans l’obligation aberrante d’occulter totalement la question du sexe. Moi je ne veux pas qu’on occulte mon sexe ! En vrai, qui a un problème avec le sexe : ceux qui veulent en effacer la notion dans le mariage ou ceux qui veulent la préserver ?

Hého, je t’entends, ami lecteur ringard, dire que ça parle justement beaucoup de sexe dans cette chronique. Mais décoince : c’est dans l’air du temps, il faut tout envisager « sans tabou ». Chaque ministre y va de sa proposition à étudier « sans tabou ». On l’a entendu pour le mariage homo, la procréation médicalement assistée pour les homos (en tentant de faire croire que le débat ne porte que sur ce point et pas sur l’ensemble), les salles de shoot, les cours d’éducation sexuelle façon Gender, l’autorisation du cannabis, l’euthanasie, le remboursement à 100% des IVG…

J’en suis arrivé à définir « sans tabou » dans la bouche de nos politiques : « expression sous-entendant que l’on va de façon imminente lever un interdit culturel ou religieux et que ceux qui ne sont pas d’accord sont des ennemis de la démocratie, juste avant les talibans dans l’échelle des gens bien ».

Ce qui me fait marrer c’est que, par exemple pour le mariage homo, si les cathos ringards n’avaient pas mis un peu le souk, il n’y aurait pas de débat, et le sujet serait resté effectivement « tabou ».

Enfin bref. Où va le monde ma pauv’dame ? Comme disait Ste Julienne de Norwich au XVème siècle : « Il fera en sorte que tout finisse bien, car de même que la Sainte Trinité a créé toutes choses du néant, de même elle rendra bonnes toutes choses qui ne le sont pas ».

La Mouche du Coche, ringarde, libre et confiante







Picto adresse postaleObservatoire sociopolitique du diocèse de Fréjus-Toulon CS 30518 - 68 impasse de Beaulieu F-83041 TOULON CEDEX 9
- www.osp-frejus-toulon.fr
-  observatoire@diocese-frejus-toulon.com
-  06 52 17 37 76

 




 
Contacts | Mentions légales | Plan du site | Contributeurs | Espace privé | RSS | cef.fr | messesinfo.cef.fr | rcf.fr | webTvCn.eu | domaine-castille.fr | bonnenouvelle.fr

Conception et développement : bonnenouvelle.fr

http://www.diocese-frejus-toulon.com/Ringard-moi.html