Eglise Catholique du Var - diocese-frejus-toulon.com

Celui qui veut devenir grand parmi vous
sera votre serviteur.

Saint Marc (chapitre 10, verset 43)

FR | EN | PT |
Newsletter de l'église du var




Service diocésain de la jeunesse


devenir prêtre faire un don

LA BONNE NOUVELLE DU JOUR

Evangile

-


nouveaux articles

nouveaux articles la foi pour les nuls
Accueil du site > Jeunes > Pour les animateurs > Repères et références > Repère 4 : Proposer le sacrement de réconciliation

Repère 4 : Proposer le sacrement de réconciliation

  Publié le mercredi 3 septembre 2008 , par Pastorale des jeunes










_


fiche reperes 4 - La réconciliation
 "Repères" 4
Proposer le sacrement de réconciliation
édition de Décembre 2004
icone reconciliation

Il est difficile de proposer aujourd’hui le sacrement de réconciliation à cause de sa connotation négative dans nos représentations. Les adultes craignent qu’une mauvaise expérience n’éloigne définitivement les jeunes de la pratique du sacrement.

Il en va pourtant du visage de Dieu que nous proposons. Le péché comme manque d’amour est révélation que Dieu est une personne ; au contraire, le péché comme seule faute morale renvoie à un Dieu abstrait.

En outre ce sacrement reste pertinent pour notre temps : il rappelle l’importance de se remettre en question dans une culture où la culpabilité est mal acceptée et où l’on refuse de s’entendre dire que l’on a fait des choses mauvaises.

Par ailleurs il nous interroge sur notre propre disponibilité à la vie spirituelle (consacrer du temps pour s’y préparer, trouver des prêtres disponibles …)
OBJECTIFS
Permettre de découvrir le visage d’un Dieu qui aime en favorisant la rencontre avec une personne qui nous respecte et qu’il faut respecter. Il est important d’expliquer la différence entre sainteté et la perfection. Le parfait est conforme à une loi, il ne fait aucune faute, le saint, en revanche aime et fait confiance malgré et au cœur de ses imperfections (cf. Jn 8 – La pécheresse pardonnée)
Expliquer la dimension ecclésiale de la vie spirituelle (pourquoi se confesser à quelqu’un ?). Ce que l’église me dit et me demande, me rappelle que Dieu n’est pas seulement celui que je ressens ; lorsque j’obéis aux prescriptions de l’église (se confesser à un prêtre, aux grandes fêtes …), je manifeste que je suis disponible à suivre le Seigneur même si je ne comprends pas tout.
Éduquer à la loi morale Même si notre époque répugne au discours moral (surtout dans le domaine privé), il est important d’aider au discernement et d’affiner la conscience morale en « disant le bien et le mal ».
MOYENS A METTRE EN OEUVRE
Mise en œuvre du rituel tel qu’il nous est proposé. Il y a certainement un effort à faire pour retrouver la juste place de la Parole de Dieu dans la célébration du sacrement. En outre, il nous permet de profiter de la richesse d’une tradition spirituelle, tout en proposant des adaptations et des « traductions » d’un vocabulaire parfois vieilli
Des feuillets individuels rappelant le rituel, aidant à la préparation et proposant des textes de la parole de Dieu
Propositions de temps de relecture de la vie et d’accompagnement individuel
Des temps d’enseignements, rappelant le sens de la démarche, mais aussi les conditions et pouvant comporter des témoignages
Les célébrations communautaires sont l’occasion de mettre en place une pédagogie, elles permettent aussi de proposer une diversité de confesseurs. Mais il faut trouver encore des moyens pour alléger la pesanteur de l’attente (diviser les groupes ?)

Une multiplication des occasions, en profitant d’autres rassemblements ou cérémonies (adoration, messe, conférence …) 

POINTS D'ATTENTION
Le péché est un acte, volontaire, et non pas une tendance : il vaut mieux dire « j’ai menti à telle personne dans telle circonstance » plutôt que « je ne dis pas toujours la vérité » Rappeler le secret de confession qui est la condition de la liberté et de la sincérité du pénitent. C’est aussi le signe que le prêtre n’est pas là en son nom propre, mais comme ministre de la miséricorde de Dieu
Essayer de faire en sorte que les jeunes ne soient pas trop attachés à la personnalité du confesseur : on ne le choisit pas parce qu’il nous plaît ou parce qu’on ne le connaît pas … Cela suppose aussi un travail de « désappropriation » de la part du prêtre Soigner l’aspect « festif » de la démarche, en créant un climat de sérénité et d’intériorité, en soignant l’aménagement des lieux (éclairage, musiques …) Il faut éviter les propositions « lugubres » et tristes
Place du corps : proposer un geste qui puisse prolonger ou expliciter la démarche Proposer systématiquement lors des temps forts, en prévoyant un temps pour se préparer
Veiller à la crédibilité des « pénitences ». Même s’il faut être attentif à rappeler la gratuité de la miséricorde, la pénitence peut avoir une valeur curative et pédagogique ; il faut éviter de laisser croire que quelques prières effacent la faute !
La réconciliation avec Dieu ouvre à la réconciliation avec les autres. Il y a de nombreuses  blessures liées à des conflits. Il ne faut pas oublier cet aspect dans la préparation au sacrement
RESSOURCES
Les préliminaires et les rubriques du rituel sont riches en enseignements et en indications pratiques. Il y a toujours un grand profit à les relire régulièrement
LIVRES

Catéchisme de l’Eglise Catholique

Jean Paul II, Encyclique Réconciliation et Pénitence

Bernard Bro, On demande des pêcheurs & le secret de la confession

Pascal Ide, Les sept péchés capitaux

Pascal Thomas, Du coté des célébrations pénitentielles, DDB

FIGURES DE RECONCILIATION ET DE PARDON

Histoire de Jacques Fesch

Maïti Girtaner (cf. Vidéo Résistance et Pardon – Le Jour du Seigneur) 

Le S.D.J tient à disposition quelques modèles de feuillets de préparation










 
Contacts | Mentions légales | Plan du site | Contributeurs | Espace privé | RSS | cef.fr | messesinfo.cef.fr | rcf.fr | webTvCn.eu | domaine-castille.fr | bonnenouvelle.fr

Conception et développement : bonnenouvelle.fr

http://www.diocese-frejus-toulon.com/Repere-4-Proposer-le-sacrement-de.html