Eglise Catholique du Var - diocese-frejus-toulon.com

« Voici la servante du Seigneur ; que tout se passe pour moi selon ta parole. »

Evangile de Jésus Christ selon saint Luc (1, 37)

FR | EN | PT |
Newsletter de l'église du var


Accueil du site > Eglise du Var Paroisses > Paroisses > Toulon - Sacré-Coeur > Actualités > Pèlerinage à Cotignac de la paroisse du Sacré-Coeur

Pèlerinage à Cotignac de la paroisse du Sacré-Coeur

  Publié le mardi 8 avril 2008 , par Françoise Girard

Le 5 avril 2008, la paroisse du Sacré-Cœur s’est rendue en pèlerinage à Cotignac dans le cadre de la seconde année de la Parole. Le 2 février, avec l’ensemble du doyenné la paroisse avait effectué un premier pèlerinage à la basilique Notre-Dame de la Victoire à Saint-Raphaël.


Arrivés à 10h au sanctuaire de Notre-Dame de Grâces, le frère Samuel a présenté l’histoire des apparitions à Cotignac. Le 10 août 1519, la Vierge ayant dans les bras l’enfant Jésus, entourée de saint Bernard et de l’archange saint Michel, apparaît à Jean de la Baume un bûcheron qui travaille sur le mont Verdaille. La Vierge déclare à Jean : "Je suis la Vierge Marie. Allez dire au clergé et aux Consuls de Cotignac de me bâtir ici même une église, sous le vocable de Notre-Dame de Grâces et qu’on y vienne en processions pour recevoir les dons que je veux y répandre."

Dans les années qui suivirent un sanctuaire fut érigé et les grâces attribuées à Notre-Dame furent nombreuses, en particulier la protection contre la peste de nombreux villages qui s’étaient rendus en procession sur le mont Verdaille. La notoriété du sanctuaire Notre-Dame de Grâces grandit. A Paris, un frère augustin, le frère Fiacre est en prière lorsqu’il a une révélation : la reine Anne d’Autriche doit demander publiquement la récitation de trois neuvaines à la sainte Vierge. L’une à Notre-Dame de Grâces en Provence, l’une à la cathédrale Notre-Dame de Paris et la troisième à Notre-Dame des Victoires, l’église du couvent du frère Fiacre. Malgré les hésitations des Supérieurs, la reine Anne d’Autriche mariée depuis 22 ans au roi Louis XIII, eut connaissance de ces apparitions. L’Histoire retiendra que retenu à Paris par un violent orage, le roi Louis XIII passera la nuit du 5 décembre 1937 dans les appartements de la reine (chose exceptionnelle à l’époque). Neuf mois plus tard, naîtra Louis Dieudonné (c’est-à-dire donné par Dieu), futur Louis XIV. Louis XIII et Anne d’Autriche reconnaissent en cette naissance, l’intercession de Notre-Dame de Grâces. A l’occasion de la signature du traité des Pyrénées et de son mariage en 1659, Anne d’Autriche et Louis XIV passeront par le sanctuaire de Cotignac pour remercier Notre-Dame de Grâces du don de la naissance du roi Louis XIV.

Puis une soeur de la communauté de Saint Jean a présenté la démarche de pèlerinage proposé aux fidèles, en cinq étapes.

  1. Entrée dans le sanctuaire en faisant un signe de croix avec l’eau du baptistère en mémoire de son baptême,
  2. Prière devant la Parole de Dieu après avoir invoqué l’Esprit-Saint et accueil d’une parole de la Bible prise dans la corbeille,
  3. Recueillement à genoux devant le tableau miraculeux de la vision pour remettre à la Vierge Marie toutes nos pauvretés et nos faiblesses,
  4. Temps d’adoration devant le tabernacle installé à l’endroit même de l’apparition,
  5. Marche vers le sanctuaire Saint-Joseph au Bessillon.

A 11h30, tout le groupe de pèlerins a assisté à la messe présidée par le père Jean-Yves Molinas et concélébrée par le père Emmanuel et le père Konrad, avant le pique-nique tiré du sac. Puis mise en marche pour le sanctuaire du Bessillon.

Sur ce lieu, le 7 juin 1660, Gaspard Ricard, 22 ans garde son troupeau lorsque dans l’après-midi de cette très chaude journée, alors qu’il est assoiffé, il entend une voix lui dire :

"Je suis Joseph ; enlève le rocher et tu boiras"

Il faudra huit hommes pour déplacer le rocher que Gaspard a déplacé seul pour trouver de l’eau dans un endroit réputé pour sa sècheresse. Depuis "de toutes parts de la province, on vient y prendre de l’eau pour s’y laver, boire et guérir si on a des maladies et infirmités". Parvenus au Bessillon, les paroissiens du Sacré-Cœur ont été accueillis par une religieuse bénédictine du sanctuaire de la font Saint-Joseph. Après un temps de prière dans l’église du couvent qui, contrairement aux autres bâtiments conventuels, date de l’époque de l’apparition, le groupe de pèlerin a repris la route vers Toulon après une journée placée sous le signe de la grâce.










 

Conception et développement : bonnenouvelle.fr