Eglise Catholique du Var - diocese-frejus-toulon.com

"Heureuse celle qui a cru à l’accomplissement
des paroles qui lui furent dites
de la part du Seigneur"

Saint Luc (chapitre 1, verset 45)

FR | EN | PT |
Newsletter de l'église du var




Nouvelles des 20 familles bosniaques accueillies à La Castille

  Publié le mardi 13 avril 2010 , par Sigolène Fournier

Avec la fin de la trêve hivernale, le dispositif d’hébergement a également pris fin pour 20 familles Roms Bosniaques. 87 personnes dont 58 enfants parmi lesquels plusieurs nourrissons, se sont ainsi retrouvés à la rue.


Originaires du croissant serbe de Bosnie dans le Nord du pays, ces familles Roms demandeurs d’asile sont arrivées en France entre le 1er janvier et le 15 mars. Elles attendent le statut de réfugié politique et sont venues demander à la France une protection, ayant subi des persécutions personnelles de la part des autorités et étant privées de leurs droits civiques.

Jeudi 1er avril, étant mis à la porte de leurs hébergements, les familles débarquent sur le parking de la préfecture.

Rapidement alertés par l’urgence de la situation, le Secours Catholique et l’association Sichem se sont tout de suite mobilisés. " Lorsqu’on nous a appelés pour nous dire qu’une centaine de Roms squattaient le parking de la préfecture, nous étions en pleine célébration de la Cène du Jeudi saint. C’était un appel concret à nous mettre en service, en ce jour où l’on rappelle que Jésus s’est fait serviteur et a lavé les pieds de ses disciples." explique Jean-Marie Martin, détaché provisoirement par le Secours Catholique pour aider la coordination locale.

Une coordination inter-associative

Il a donc fallu s’organiser rapidement. Un collectif d’associations agissant quotidiennement sur le champ de l’action sociale et du soutien humanitaire s’est mis en place pour répondre aux besoins élémentaires de survie de ces bébés, enfants, et familles : le Secours catholique du Var, les associations de l’Union diaconale du Var (Sichem, Samu social, Promo soins Toulon), France Terre d’asile et l’association Tchatchipen (association locale Rom) ont ainsi coordonné leurs actions de solidarité.

Le 2 avril, , après le chemin de croix, le père Arnaud Adrien, supérieur du séminaire de La Castille, a proposé aux familles de s’installer momentanément sous le grand chapiteau Jean-Paul II.

JPEG - 22.6 ko
campement
JPEG - 37.9 ko
foot

Un élan de fraternité

Le jour de Pâques, monseigneur Rey se rend à La Castille afin d’encourager les familles et les communautés chrétiennes qui les soutiennent dans la prise en charge des repas, pour plier le linge de rechange, tenir le vestiaire, accompagner les familles en voiture jusqu’à la préfecture de Nice et s’occuper des nombreux enfants.

Les équipes de bénévoles se relaient en effet jour et nuit pour une présence constante auprès des familles.

Cette solidarité et cette fraternité qui se sont mises en route rapidement, sont signe d’espérance en ce temps où la différence est source de peurs et d’endurcissement du cœur.

JPEG - 22.7 ko
vie du camp

Nouvelle étape

Le 9 avril, aucune solution n’est trouvée et les familles se retrouvent une nouvelle fois dans l’incertitude, rassemblées sur le parvis de l’église Saint-Louis à Toulon. Les communautés chrétiennes sont une nouvelle fois sollicitées pour de l’hébergement d’urgence : résidence mariste, paroisses, locaux associatifs... tandis que les services de la préfecture sont sollicités avec encore plus de détermination. Faute de meilleure solution, 24 personnes sont hébergées par la préfecture au CHRS l’As de Coeur , une autre vingtaine au centre Azur de Sanary en lien avec l’entraide protestante tandis que les autres occupent toujours la crypte de l’église Saint-Louis.

JPEG - 59 ko
église Saint-Louis à Toulon

Lundi 12 avril, Monseigneur Rey donne, depuis Jérusalem, son feu vert aux responsables de la diaconie, pour utiliser provisoirement le fort Saint-Antoine, dont la gestion dépend du diocèse, afin de proposer une meilleure solution aux familles que l’église Saint-Louis.

Cette solution sera -t-elle acceptée par les autorités civiles ?

Pour le diacre Gilles Rebêche, cet évènement complexe auquel est confronté l’Eglise en cet octave de Pâques la renvoie à la Vérité de sa conception des valeurs chrétiennes de l’Europe : la solidarité, le partage, la protection de la famille et la défense des demandeurs d’asile. Un beau défi pour notre diocèse au terme de ces années de la diaconie !











 
Contacts | Mentions légales | Plan du site | Contributeurs | Espace privé | RSS | cef.fr | messesinfo.cef.fr | rcf.fr | webTvCn.eu | domaine-castille.fr | bonnenouvelle.fr

Conception et développement : bonnenouvelle.fr

http://www.diocese-frejus-toulon.com/Nouvelles-des-20-familles.html