Eglise Catholique du Var - diocese-frejus-toulon.com

« Voici la servante du Seigneur ; que tout se passe pour moi selon ta parole. »

Evangile de Jésus Christ selon saint Luc (1, 37)

FR | EN | PT |
Newsletter de l'église du var


Accueil du site > Eglise du Var Paroisses > Paroisses > Toulon - Saint-Pie X > Actualités > Nature Humaine --- Espèce animale : quelle distinction ? Une conférence de (...)

Nature Humaine --- Espèce animale : quelle distinction ? Une conférence de Jean-François Froger.

Mardi 23 janvier 20:00-22:00

Paroisse Saint-Pie X à Toulon - 49, rue Eugène Silvain 83000

  Publié le mercredi 3 janvier 2018 , par Patrice Quesnel

Nature Humaine --- Espèce animale : quelle distinction ? A cette question, Jean-François Froger apportera une réponse sous l’éclairage de l’anthropologie biblique, en notre paroisse, le mardi 23 janvier à 20h00.



JPEG - 180.8 ko
JPEG - 223.5 ko

Dans le cadre des activités du groupe de prière paroissial, et en collaboration avec les activités culturelles de la bibliothèque diocésaine Monseigneur Lagarange, une conférence, ouverte à tous, sera donnée par M. Jean-François Froger le mardi 23 janvier 2018, à 20h00 dans la salle des jeunes de notre paroisse.

Le thème en sera :



NATURE HUMAINE ------- ESPЀCE ANIMALE : Quelle distinction ?

* Contribution de l’anthropologie biblique à la distinction. *

La notion de « nature humaine » a paru évidente aux philosophes et aux théologiens jusqu’au seuil de l’époque contemporaine ; elle est devenue aujourd’hui étrangère à la pensée et aux développements de l’anthropologie.

En effet, l’anthropologie est un discours qui se veut scientifique et fondé sur des faits d’observation sinon d’expérience. L’homme scientifique « observe » donc ses contemporains ou recueille le témoignage des peuples anciens. D’où une branche prédominante de l’anthropologie qui est l’étude des peuples : l’ethnologie. On y étudie soigneusement les coutumes, les lois, les croyances. Toutes choses extrêmement diverses selon les continents et les époques.

Cependant quelques traits paraissent universels.

Par exemple, si les cuisines et les façons de manger sont aussi diverses que les tribus et souvent les familles, manger est d’abord une nécessité universelle rapprochant l’espèce humaine de toutes les autres espèces animales. Cependant le repas est très généralement ritualisé, selon une politesse ou des rites religieux.

On remarque que la plupart des événements humains : naître, se reproduire et mourir sont l’objet de coutumes et de rituels.

Aussi peut-on poser la question : comme tous les animaux, l’homme naît, vit en société, croît, se reproduit et meurt ; n’est-il pour autant qu’un animal plus perfectionné que les autres, par une raison provenant de la complexité de son système nerveux ?

Si on considère les classifications du monde animal, construites par l’homme, l’homme s’inscrit parmi les animaux comme mammifère, etc.…Mais si on regarde le caractère rituel de beaucoup de ses actes, cela atteste d’un rapport à un monde invisible, où le corps social tout comme l’individu montrent une « nature » toute différente, qualifiant la vie humaine dans son rapport aux divinités.

La Bible, formidable document anthropologique, révèle qu’effectivement la « nature humaine » existe, qualifiée par son rapport à Dieu, lequel n’est pas simplement son créateur mais un interlocuteur.

Nous reprendrons la question et l’exclamation du psaume 8, 5-7 : « Qu’est-ce que l’homme que tu t’en souviennes, qu’est-ce qu’un fils d’homme que tu prennes soin de lui ? À peine l’as-tu fait moindre que la divinité, tu le couronnes de gloire et de splendeur ; tu le fais régner sur l’œuvre de tes mains, tu as tout mis sous ses pieds ».

Les sociétés contemporaines apparemment « athées » ou « agnostiques » ne sont pas dépourvues de rituels, parfois grandioses ; comment nomme-t-on aujourd’hui les divinités dont ils témoignent ?

JPEG - 174 ko
JPEG - 176.7 ko

Monsieur Jean-François Froger, qui accompagne le groupe de prière paroissial depuis plusieurs années, a déjà donné plusieurs conférences dans notre paroisse ou pour les rendez-vous périodiques organisés par la bibliothèque diocésaine Monseigneur Lagrange.

Les thèmes abordés ont notamment été : "Foi et idéologie" ; "Le combat de Jacob" ; "Joseph, image du Père" ; "Le péché originel" ...

En savoir plus ... sur le conférencier

Source : Editions grégoriennes.

Jean-François Froger

Exégète et chercheur en anthropologie, il conduit depuis une trentaine d’années des séminaires de recherche expérimentale sur la fonction symbolique des objets.

La collaboration avec un médecin psychiatre, Michel Mouret, l’a conduit à publier Symbolique de l’image et anthropologie, vers l’assomption d’Œdipe (1986) puis D’or et de miel, aux sources de l’anthropologie biblique (1988) et Chemins de connaissance (1990).

L’anthropologie biblique et la symbolique permettent d’aborder la question de l’usage métaphorique des animaux comme figures de la vie psychique humaine ; avec la collaboration d’un zoologue, J-P Durand, il écrit Le Bestiaire de la Bible (1994) (somme quasi exhaustive sur le sujet).

Son exploration de la pensée mythique s’étend non seulement au mythe d’Œdipe mais aussi à celui d’Éros et Psyché, dont le texte latin est retraduit par Bernard Verten en respectant les images originales, dont l’interprétation donne un nouvel ouvrage : La voie du Désir selon le mythe d’Éros et Psyché (1997).

L’étude de la pensée mythique conduit à l’analyse épistémologique de la pensée elle-même et à la question de son fondement logique ; avec la collaboration d’un mathématicien de l’Université de Haute Alsace, Robert Lutz, il en résulte trois ouvrages : Structure de la connaissance (2003), Fondements logiques de la Physique (2007) et La structure cachée du Réel-The hidden structure within reality (2009).Ces ouvrages mettent en évidence l’existence d’une logique quaternaire englobant la logique usuelle comme sa réduction binaire, plus simple, n’ayant qu’une forme de négation. La logique quaternaire possède trois négations différentes, ce qui est une nouveauté radicale ; son application à la Physique permet une explication rationnelle de concepts fondamentaux comme ceux de « quarks », de « charge électrique », de « famille de particules »…

De ses travaux d’exégèse biblique, on peut trouver une Étude sur l’épître aux Romains aux archives de l’Inalco (1974) et une étude des controverses de Jésus à propos du Shabbat aux éditions Grégoriennes : « Le Maître du Shabbat »(2009).

Il collabore aux travaux et recherches de l’association « Eecho » contact@eecho.fr sur les origines araméennes du christianisme.

Il a produit avec Annie-Gabrièle Schreiber, réalisatrice, une centaine d’émissions radiophoniques qu’on peut se procurer sur RCF-Gap radio.rcfha@rcf.fr ainsi que quelques émissions sur Radio Suisse Romande.

Exégète, bibliste et chercheur spécialiste en anthropologie biblique, scientifique, Jean-François Froger est l’auteur de nombreux ouvrages dont le dernier " Le livre de la Création " (Editions Grégoriennes, octobre 2017) propose des commentaires originaux sur les trois premiers chapitres de la Genèse abordés à l’aide de l’analogie de la fonction symbolique et de la logique quaternaire.


JPEG - 183.6 ko

Bibliographie de Jean-François Froger

- Étude du style oral araméen des chapitres I à VIII de l’épître aux Romains de Shaoul de Giscala, déposée aux archives de l’Inalco, Paris 1974

- La voie du Désir selon le mythe d’Éros et Psyché, DésIris, 1997

- Le Maître du Shabbat, Grégoriennes, 2009

- L’arbre des archétypes, Grégoriennes, 2013

- Énigme de la pensée, Grégoriennes, 2015

- Le livre de la création, Grégoriennes, 2017

avec Jean-Michel Sanchez, professeur d’Histoire de l’art

- Saint Joseph, image du Père, Grégoriennes 2015

- Marie-Madeleine, Apôtre des apôtres, Grégoriennes 2017

avec M.-G. Mouret, psychiatre

- Symbolique de l’image et anthropologie, vers l’assomption d’Œdipe, DésIris-Présence, 1986

- D’or et de miel, aux sources de l’anthropologie biblique, DésIris, 1988

- Chemins de connaissance, DésIris, 1990

avec J.-P. Durand, docteur en biologie

- Le Bestiaire de la Bible, DésIris, 1994

avec Robert LUTZ, mathématicien

- Structure de la connaissance, DésIris, 2003

- Fondements logiques de la physique, DésIris, 2007

- La structure cachée du Réel – The hidden structure within reality, DésIris/Ara, 2009

- Théorie déductive de la physique des particules, Désiris 2016

Participation au livre collectif : « Enquête sur les miracles » Projet Nouveau Regard, Editions du Jubilé, Paris 2015.

Les ouvrages sont disponibles par internet sur le site ADVERBUM ou DESIRIS ou Grégoriennes







Paroisse Saint-Pie X

Nous retrouver sur Twitter :

ou sur Facebook : https://www.facebook.com/SaintPieXToulon

Picto adresse postale Adresse postale : 49 rue Henri Poincaré - 83000 Toulon (façade ouest de l’église)
Picto adresse postale entrée courante, accueil, bureaux, salles de réunion et presbytère : porte sud de l’église par la courette de la rue Eugène Silvain
accès personnes à mobilité réduite : porte nord de l’église, rue Eugène Silvain
Picto adresse postale entrée et parvis d’honneur (mariages, obsèques, solennités, processions ...) : façade est de l’église, rue Eugène Silvain

04 98 00 98 80

Picto fax 04 98 00 98 81

GPS : Lat. 43.1207 ; Long. 5.9412

En pratique, accéder à Saint-Pie X

Pour joindre l’équipe de rédaction, ou contribuer à ce site, écrivez-nous à l’adresse électronique suivante :
saintpiex.toulon@gmail.com

ou "tweetez ! "

 



 

Conception et développement : bonnenouvelle.fr