Eglise Catholique du Var - diocese-frejus-toulon.com

« Voici la servante du Seigneur ; que tout se passe pour moi selon ta parole. »

Evangile de Jésus Christ selon saint Luc (1, 37)

FR | EN | PT |
Newsletter de l'église du var



Accueil du site > Diaconie Servir > Naissance de la diaconie dans le Var

Naissance de la diaconie dans le Var

  Publié le vendredi 5 juin 2009 , par Yann de Rauglaudre

Le 31 mai 1982, à l’occasion de la fête de la Visitation, Mgr Gilles Barthe, évêque de Fréjus-Toulon, institue la Diaconie dans le Var.
Cet article est la reprise du dossier du mensuel Eglise de Fréjus-Toulon n° 110 - août-septembre 2007.


Invité à s’exprimer, cinq ans plus tard, sur l’opportunité de cette institution, monseigneur Barthe le faisait en ces termes : "Il m’a semblé que la Diaconie pouvait favoriser la croissance d’une vraie charité
- en donnant un signe visible de la volonté de ce service par l’Eglise locale ;
- en demandant à la Diaconie, non pas d’absorber, mais de grouper autour d’elle les bonnes volontés individuelles ou collectives déjà engagées ou disposées à s’engager pour servir. La Diaconie doit être un instrument pour regrouper les forces dispersées ;
- en devenant une sorte de tête chercheuse pour détecter les besoins souvent cachés ou négligés. La Diaconie doit ainsi être l’outil de recherche scientifique de l’amour fraternel ;
- en purifiant la charité par une constante révision des méthodes et des attitudes à la lumière de la Parole de Dieu ; pour une vraie charité qui ne "se penche" pas sur les pauvres, mais leur tend une main fraternelle qui n’enlève pas les responsabilités mais les éveille ;
- en gardant la conviction que la défense de la justice est la première étape de la charité. La diaconie dépasse sur ce terrain la charité facile, même généreuse."

Une lettre de mission comme cadre

Le 21 novembre 1982 l’évêque prononce une "lettre de mission" qui dessine les contours de la Diaconie et rappelle que celle-ci doit être l’œuvre de toute l’Eglise : "La Diaconie s’exercera d’une manière toute particulière dans le sens de cette affirmation des Pères conciliaires : "Notre sollicitude veut s’étendre aux plus humbles, aux plus pauvres, aux plus faibles ; comme le Christ, nous nous sentons émus de compassion à la vue de ces foules qui souffrent de la faim, de la misère, de l’ignorance ; nous nous sentons solidaires de tous ceux qui, faute d’une entraide suffisante, n’ont pu parvenir à un développement vraiment humain." En conséquence, votre mission sera de montrer d’une façon visible que l’Eglise veut réaliser ces paroles des Pères conciliaires.

Elle comportera :

Une mission de communion

Cette communion suppose des rencontres entre tous ceux, parmi les chrétiens, qui oeuvrent pour soulager la misère dans l’ordre caritatif et social, depuis le Secours Catholique, les Conférences Saint Vincent de Paul, jusqu’au Nid. Vous étendrez ce désir de communion à tous ceux qui, autour de vous, dans les œuvres non confessionnelles, s’efforcent de faire triompher dans la vie des hommes, les principes de l’Evangile, comme ATD Quart Monde par exemple. Vous aurez à favoriser ces rencontres pour que l’exercice des activités "caritatives se fasse dans un esprit vraiment évangélique et que le plus grand nombre de misères soient secourues en suscitant, s’il le faut, de nouvelles initiatives charitables".

Une mission de réflexion apostolique

Il ne suffit pas de faire la charité sous forme d’aumône. Il faut chercher les causes de la misère, les analyser et trouver les moyens d’y porter remède. Dans ce domaine, vous travaillerez avec tous ceux qui partagent les mêmes soucis et veulent réaliser une action efficace pour que les plus déshérités de ce monde puissent accéder aux biens élémentaires d’un habitat décent, d’une instruction qui leur permette une insertion sociale et, avec la grâce de Dieu, d’une lumière évangélique qui atteigne leur intelligence et leur cœur.

Une mission d’éducation évangélique

La Diaconie de l’Eglise ne doit pas être assimilée à une aide philanthropique. Elle a pour but d’aider ceux qui sont dans le besoin à faire face eux-mêmes à leurs difficultés et à s’organiser entre eux, pour sortir, par leurs propres efforts, de leur situation d’oppression ou de malheur. C’est pourquoi vous soutiendrez leur lutte sans prendre la place qui leur revient. Vous engagerez toute votre personne au service de ces frères plus démunis, leur consacrant vos facultés intellectuelles et morales dans l’esprit de l’Evangile. Vous créerez, avec d’autres, une instance où les pauvres seront partie prenante de l’Eglise.

Une mission de rayonnement

La Diaconie à laquelle vous participez doit être l’œuvre de toute l’Eglise. Il est important que les divers mouvements d’action catholique s’intéressent aux plus pauvres, que les paroisses elles-mêmes ne négligent pas ce devoir primordial de l’Eglise du Christ. Vous aurez à les interpeller.

25 ans : une période de croissance

- Le 30 janvier 1984, monseigneur Joseph Madec confère à la Diaconie "un statut canonique" : l’association diocésaine devient le support juridique de la Diaconie, ce qui, en d’autres termes, signifient que les actions initiées par la diaconie engagent le diocèse. Et durant tout son épiscopat Mgr Madec encourage la Diaconie à prendre toute sa mesure dans la vie associative, l’animation des communautés chrétiennes, l’action sociale et caritative, la vie des quartiers et l’action pastorale auprès des blessés de la vie, etc.

- En 2001, monseigneur Dominique Rey nouvel évêque de Fréjus-Toulon, confirme cette initiative de la Diaconie et la dote d’un outil de gouvernement qu’il préside lui-même : le comité épiscopal de la Diaconie.

- En août 2002, il publie une lettre pastorale "servir dans l’Eglise : bénévolat et Diaconie dans le diocèse de Fréjus-Toulon". Il y précise :

"La diaconie est une manière originale d’habiter la solidarité et d’animer la vie associative. A l’intérieur même des activités, animées par la diaconie, une charte pourra définir l’esprit de service, les régulations internes pour travailler en réseau, gérer les conflits, communiquer en interne, animer le bénévolat, ressaisir le projet diaconal de manière prospective, afin que la diaconie rayonne tout autant par ce qu’elle "est" que par ce qu’elle "fait". Les principes humanistes et évangéliques qui inspirent l’action de service, doivent présider en interne au fonctionnement de la diaconie."

- La publication en 2006 de l’encyclique de Benoît XVI "Deus caritas est" est un encouragement supplémentaire pour mettre en valeur cette action de la diaconie diocésaine. En effet pour la première fois, un texte pontifical rappelle de manière officielle, les fondements institutionnels et ecclésiaux de la diaconie "la diaconie, service de l’amour du prochain exercé d’une manière communautaire et ordonné a été instaurée dans la structure fondamentale de l’Eglise elle-même. Dans ce contexte, il peut être utile de faire référence aux structures juridiques primitives, concernant le service de la Charité dans l’Eglise. Vers le milieu du IV° siècle en Egypte, non seulement chaque monastère, mais aussi chaque diocèse finit par avoir sa diaconie, institution qui se développera ensuite en Orient comme en Occident..."











 
Contacts | Mentions légales | Plan du site | Contributeurs | Espace privé | RSS | cef.fr | messesinfo.cef.fr | rcf.fr | webTvCn.eu | domaine-castille.fr | bonnenouvelle.fr

Conception et développement : bonnenouvelle.fr

http://www.diocese-frejus-toulon.com/Naissance-de-la-diaconie-dans-le.html