Eglise Catholique du Var - diocese-frejus-toulon.com

« Soudain viendra dans son Temple
le Seigneur que vous cherchez »
(Malachie 3, 1-4)

FR | EN | PT |
Newsletter de l'église du var




17 juin 2012 - Fac ut ardeat cor meum !

  Publié le vendredi 17 juin 2011 , par Henri Gouraud


Mot du père Christian

Fac ut ardeat cor meum !

Chers paroissiens, chers amis,
Dans la joie et la lumière de la messe du 6 juin, en action de grâce pour la fondation canonique de la Congrégation de l’Oratoire d’Hyères, je tiens encore une fois à tous vous remercier du fond du coeur. Comme je le disais à la fin de la messe, même si les mots se sont un peu bousculés dans ma tête et dans ma bouche, « les paroles que je vais prononcer seront de toute façon bien en-deçà de ce que j’ai dans le coeur » !
Oui, un grand merci à vous tous pour les témoignages d’affection et de soutien que vous nous avez adressés. Tout au long de ces dix années où vous avez entendu parler de l’Oratoire et de St Philippe Neri, vous nous avez beaucoup encouragés. Cela a été précieux pour nous, et il semble que votre patience et vos prières ont porté du fruit !
Merci à tous ceux qui ont contribué à la beauté de cette célébration : l’art floral, l’organiste et la schola, les servants, servantes et cérémoniaires  ! les feuilles de chants…. J’en oublie, pardonnez-moi ! Un immense merci ….et bravo, aux membres de l’Association Familia et aux près de 80 personnes je crois ( ! ) qui se sont dévouées et appliquées à préparer ce merveilleux apéritif dînatoire ! Nous avons tous été littéralement époustouflés et comblés ! Merci à tous ceux qui ont accueillis généreusement les prêtres de Nancy, de Dijon et de Pontoise.
Merci à tous et à chacun !
Pour l’histoire d’une cité, la fondation d’une Congrégation est un évènement important, qui, ici en l’occurrence, renoue avec le passé. En effet, il y a eu, au XVIème siècle, un Oratoire à Hyères, les Pères nous ont préparé le chemin… je crois sincèrement que nos prédécesseurs ont dû bien prier pour la naissance de notre Congrégation. Nous sommes la 84ème maison érigée. Dans le diocèse il y a eu autrefois des Oratoires à Cotignac, Toulon, et Draguignan.
L’Oratoire est actuellement présent en Europe (Italie, Espagne, Pologne, Allemagne, Grande-Bretagne, Autriche, Lituanie, Suisse et Hollande), en Amérique (Chili, Argentine, Mexique, Etats-Unis, Canada, Costa-Rica et Brésil), et en Afrique du Sud. En France, Nancy et Dijon sont fondés depuis 1990 et 2011. Un projet existe à Pontoise, ainsi qu’à Toulon.
Dans la communauté (dans notre jargon oratorien, on parle de « Congrégation » ; ici, la Congrégation d’Hyères), tous les membres sont égaux, et le responsable s’appelle un « prévôt » (du latin « prepositum), qui est l’égal parmi ses pairs. L’Oratoire a un mode de fonctionnement très simple et très démocratique. Concrètement, ce qui concerne la congrégation relève du prévôt (Père Christian), ce qui concerne la paroisse relève du curé (Père Benoît). Cela nous paraissait important de distinguer les deux fonctions. Mais même si les choses paraissent, à juste titre, plus officielles maintenant, cela ne change pas grand-chose par rapport à la manière dont les choses ont fonctionné cette année ! L’Oratoire et la paroisse fonctionnent (bien) ensemble, comme avant ! Ils ne se font pas concurrence, et la communauté n’est pas un « cocon » ; et même si certains ont aussi des ministères à l’ex-térieur, nous avons tous à coeur de servir, de nous donner et d’accompagner chacun d’entre vous… comme avant !
Nous avons choisi comme devise cette phrase du Stabat Mater (séquence de la fête de Notre-Dame-des-Douleurs) : « Fac ut ardeat cor meum » (fais que mon coeur brûle, rends mon coeur ardent), et cela pour plusieurs raisons.
Cela nous rappelle la Pentecôte mystique qu’a vécue Saint Philippe, lorsqu’il sentit l’Esprit Saint venir en lui comme une boule de feu et qui dilata son coeur. Saint Philippe répétait avec insistance que le véritable fondateur de l’Oratoire, c’était la Vierge Marie ! Nous nous plaçons donc aussi sous son patronage. Dans une ville où Notre-Dame de Consolation est invoquée et priée par tous ceux qui sont parfois, dans leur vie, au pied de la croix, cela nous paraissait important de ne pas oublier tous ceux qui ont besoin de consolation, en choisissant cette phrase du Stabat Mater.
Cette Séquence est attribuée à Jacopone da Todi, franciscain du XIIIème siècle, …qui se trouve être un auteur qu’affectionnait particulièrement Saint Philippe. Et cela nous permet aussi d’honorer la tradition franciscaine hyéroise. Enfin, cela s’inscrit dans la lignée de tout ce que nous avons essayé de vivre au long de cette année pastorale dédiée à l’accueil dans la charité et la prière, que notre curé, le Père Benoît, nous a proposée. Ce n’est heureusement pas réservé à l’Oratoire d’avoir le coeur ardent ! Dieu merci ! C’est, me semble-t-il, la vocation de tous les baptisés. Et notre curé nous a entraînés à le (re)découvrir... et ce n’est pas fini !
Merci à tous de partager notre coeur comme vous le faites ! Ensemble, rendons grâce à Dieu !
Que la Vierge Marie, Notre-Dame de Consolation, intercède pour nous tous.
Oui, Notre Dame de Consolation, rends notre coeur ardent ! Fac ut ardeat cor nostrum… à Hyères et ailleurs !

Père Christian _











 
Contacts | Mentions légales | Plan du site | Contributeurs | Espace privé | RSS | cef.fr | messesinfo.cef.fr | rcf.fr | webTvCn.eu | domaine-castille.fr | bonnenouvelle.fr

Conception et développement : bonnenouvelle.fr

http://diocese-frejus-toulon.com/Mots-du-pere-17-juin-2012.html