Eglise Catholique du Var - diocese-frejus-toulon.com

"Heureuse celle qui a cru à l’accomplissement
des paroles qui lui furent dites
de la part du Seigneur"

Saint Luc (chapitre 1, verset 45)

FR | EN | PT |
Newsletter de l'église du var




Michel Regimbaud et Jéricho

  Publié le jeudi 7 février 2013 , par Françoise Girard

Cher Michel, tu vas bientôt fêter tes 80 ans, je suppose que ce parcours de vie est riche d’engagements et d’expériences… peux-tu nous en dire les grandes étapes ?


L’interview : Michel Regimbaud

- Cher Michel, tu vas bientôt fêter tes 80 ans, je suppose que ce parcours de vie est riche d’engagements et d’expériences… peux-tu nous en dire les grandes étapes ?
- Un jour que je planchais en Hypocagne sur Montaigne, après mon bac, je me suis brusquement dit : Mais qu’est-ce que je fais là ? J’ai préparé aussitôt le concours de Santé Navale pour être médecin, car c’était une évidence ! Après mes études, je suis parti quelques mois en Algérie, puis à Madagascar, où j’ai fait deux séjours de 3 ans. En 1966, je suis rentré en France, à Marseille pour passer la spécialité de pneumologie. En 1968, ce fut Brazzaville pendant 6 ans, puis Saigon en 1974. J’étais marié avec 5 enfants. Tous ces pays connaissaient des bouleversements énormes à cette époque et j’ai vécu là des moments très forts. De retour de Saigon en 1975, j’ai fait un petit séjour à Sainte-Anne avant d’être de nouveau affecté à Madagascar pour 6 ans. Le pays était alors en pleine révolution. Rentré en France, j’ai dirigé le service de pneumologie-allergologie-cancérologie à l’hôpital militaire d’instruction Laveran, à Marseille, de 1983 à 1989, où nous avons pratiqué, sans que cela en porte le nom, des soins palliatifs. Mon dernier poste à été au Centre Médical des Neiges à Briançon pendant 6 ans. On y recevait, des patients relevant de pathologies diverses : SIDA en traitement ou en fin de vie, rééducation fonctionnelle, ou "psychiatrie légère". Ces personnes très diverses - y compris des gars de Jéricho- cohabitaient sans problèmes. Dans la foulée j’ai passé un Deug de théologie, préparé avec les jésuites de la Baume-les-Aix. A mon retour définitif à Toulon, en 1996, le père Raoux m’a conseillé d’aller à Promo-Soins où je suis encore médecin bénévole. J’ai alors rencontré sœur Magdeleine Couriole qui m’a demandé de venir à Jéricho, pour donner un coup de main pendant 3 semaines pendant l’été 96. Quelques mois plus tard, j’entrais au conseil d’administration, puis le CA m’a élu président - pendant 9 ans, et entré pour quelques semaines, je suis encore à Jéricho en tant qu’administrateur.


- Cela représente une grande expérience avec énormément de diversité. Y-a-t-il un fil conducteur ?
- Tout ce parcours est pour moi comme une chaine marquée à la fois par la diversité et par une unité de sens. Cela m’a donné la conviction qu’on peut faire vivre ensemble des gens très différents, qu’il est possible de remettre debout des personnes cassées, de les faire sortir d’une situation humiliante, de les faire s’élever. J’en ai vu de nombreux exemples. C’est ainsi qu’à Jéricho, je crois beaucoup aux animations tels que les arts plastiques, l’écriture, le sport, qui permettent à des personnes brisées, de reprendre confiance en soi et de se resocialiser. Par exemple j’ai trouvé très intéressante l’expérience d’équithérapie qui n’a pas pu se poursuivre faute de moyens. Je suis aussi très attaché à la transmission de la mémoire, en particulier à l’histoire de l’association, à ce qui permet de consolider et d’innover, tout en conservant une démarche cohérente, en évitant le désordre, le n’importe quoi.


- Un coup de gueule ?
- Il est vain de vouloir éradiquer la pauvreté et la précarité d’un coup de baguette magique. Mais il est toujours possible de rendre leur dignité à des personnes qui se sentent marginalisées et exclues par le regard porté sur elles. Il est des regards et des comportements qui tuent, comme le racisme, la xénophobie, les replis identitaires, et tous les fanatismes. Je m’inquiète de la poussée des extrêmes qui se retrouve malheureusement un peu partout.

Propos recueillis par le père Michel Denis











 
Contacts | Mentions légales | Plan du site | Contributeurs | Espace privé | RSS | cef.fr | messesinfo.cef.fr | rcf.fr | webTvCn.eu | domaine-castille.fr | bonnenouvelle.fr

Conception et développement : bonnenouvelle.fr

http://www.diocese-frejus-toulon.com/Michel-Regimbaud-et-Jericho.html