Eglise Catholique du Var - diocese-frejus-toulon.com

« Voici la servante du Seigneur ; que tout se passe pour moi selon ta parole. »

Evangile de Jésus Christ selon saint Luc (1, 37)

FR | EN | PT |
Newsletter de l'église du var



Accueil du site > Catéchèse > Sacrements > Le Baptême des enfants en âge de scolarité

Le Baptême des enfants en âge de scolarité

Compte-rendu de la formation du jeudi 4 février 2010 à La Castille

  Publié le samedi 13 février 2010 , par soeur Marie-Pierre

C’est véritablement un enjeu missionnaire et cela concerne de plus en plus d’enfants aujourd’hui. Le père Patrice Guerre, délégué épiscopal pour la catéchèse et le catéchuménat, a introduit dans l’histoire du catéchuménat et a rappelé les différentes étapes vers le Baptême, tout en nous donnant des conseils en pastorale.


- Le Rituel [1] du Catéchuménat des Adultes qui paraît en 1972 est l’élément de base tandis que le Rituel des enfants est une adaptation de celui des adultes. Pour des jeunes à partir de 16 ans, on peut utiliser le rituel des adultes tandis que le Rituel des Enfants en Age de Scolarité est recommandé pour les 8-12 ans.

Les baptisés, avec les catéchumènes [2] entrent dans le Mystère Pascal, pour y découvrir des éléments pour leur propre conversion. Initialement, le temps du Carême était fait pour les catéchumènes : c’était un catéchuménat. Mais aujourd’hui, ce sont tous les baptisés qui en bénéficient.

Le catéchuménat, comme la vie chrétienne, est un itinéraire. Cette vision du catéchuménat a été revalorisée dès la fin du XIXème, puis au XXème siècle. Le cheminement a été détaillé à la suite du Concile dans le nouveau rituel.

Il s’agit de faire entrer dans un itinéraire de formation à la vie chrétienne intégrale et un apprentissage où les disciples sont formés par leur maître… Notons que les disciples de Jésus ont été formés pendant trois ans et ils n’étaient pas tous là à la croix : alors comment envisager moins de deux ou trois ans de formation ?

Il s’agit donc de faire entrer dans un cheminement dont le baptême n’est qu’une étape. C’est un itinéraire qui prend du temps, précédé d’un avant et d’un après et qui doit s’inscrire dans toute la vie.

Il faut revoir l’ordre même des trois sacrements : baptême, confirmation et eucharistie : on termine là avec un sacrement qui est appelé à se renouveler chaque semaine, le sacrement de la route.

Dans ce cheminement, il est nécessaire qu’il y ait des étapes avec des points de repères, des points de vérifications.
Proposition de 4 examens de conscience par rapport à sa vie chrétienne en fonction de chaque étape :

Où en suis-je de :
- Ma connaissance de la foi, de la Parole de Dieu
- Ma conversion
- Ma vie de prière personnelle et publique
- Mon insertion dans un lieu d’Eglise

Il est important des laisser le temps à la fois à l’appel de Dieu, à l’action de la grâce dans le cœur du catéchumène, et à sa réponse.


Dix étapes, points de passage, (Rituel des adultes)

- La 1° demande : Il s’agit de la première fois où on ose exprimer son désir. Souvent, cela fait longtemps que la personne y pense. Il y a donc déjà tout un chemin parcouru.
Cette demande donne lieu à un 1er accueil, qui n’est pas nécessairement fait de façon publique. Par exemple, le prêtre accueille la personne au fond de l’église avant une messe.
C’est la première étape du rituel des enfants. Le cheminement étant plus long chez les adultes, on ne fait pas de 1er appel trop vite pour laisser le temps du discernement.

- Le temps du pré-catéchuménat : on appelle la personne un « sympathisant ». Cette période dure au moins 6 mois. On peut y faire les 1ers exorcismes et 1ères bénédictions.

- Entrée en catéchuménat : c’est le cœur de l’initiation, un moment décisif, l’étape majeure. Cela demande à la personne d’être au clair avec la démarche : elle souhaite s’engager envers le Christ, être disciple et amie de Jésus. Elle choisit que Jésus ait la première place dans sa vie. C’est le critère de discernement : d’où réception de la croix et de la Parole, pour nous permettre de vivre cela. A la suite de cette étape, on devient membre de l’Eglise, sujet de droits et de devoirs. On est déjà chrétien. Un état qui pourra durer toute la vie, dans certaines circonstances.

- Le temps du catéchuménat : passage d’une catéchèse biblique à une catéchèse doctrinale, dans les premiers temps de l’Eglise.

- L’appel décisif : souligne la primauté de la grâce. Il y a aussi l’inscription du nom.

- remise du Credo et du Notre Père (pendant le Carême)

- bénédictions et exorcismes.

- Les trois scrutins [3] : étapes réservées aux adultes qui correspondent à la 3ème étape des enfants

- Les trois sacrements de l’initiation

- Le « néophytat » [4] – temps de la mystagogie

  • Remarquons que pour une demande de première communion ou de confirmation, certaines étapes peuvent être analogues.
  • De même pour des recommençants, il peut y avoir une rencontre, un accueil, une remise de l’évangile, une profession de foi et une imposition des mains.

    - Les enfants

    Il y a une progression des lieux dans l’église, comme on va de la mère (à la fois de notre maman humaine mais aussi de notre Mère l’Eglise) au Père, comme dans beaucoup de choses dans notre vie. Nous allons de notre Maman jusqu’au Père par le Christ. Quand on a peur, spontanément, on crie « maman ». Sur la croix, Jésus crie « Papa » » : il nous faut suivre ce même chemin.
    Avec Jésus, je vais vers le Père : tel est l’itinéraire des 3 étapes de Baptême.

    1- Accueil de la demande

    L’Église prend en compte la demande de l’enfant, avec l’accord de ses parents. L’Église accueille et rend grâce. L’enfant entre dans une famille : la communauté chrétienne devient importante.
    Il nous faut réfléchir à comment associer davantage les familles et la communauté paroissiale à cette démarche et trouver le moyen d’y préparer les enfants. Par exemple, une répétition est une occasion de rencontrer les parents et de les catéchiser. Si c’est certainement la démarche des enfants, c’est aussi celle des parents qui ont besoin d’aide pour y entrer.

    Se constitue alors, autour de l’enfant un groupe d’accompagnement : les enfants de son groupe, baptisés on non, les catéchistes, tel ou tel adulte, un témoin chrétien, le parrain ou la marraine futur(s) de l’enfant.
    Le DGC au n°91 précise : ‘’Le catéchuménat baptismal est une responsabilité de toute la communauté chrétienne. […] L’institution catéchuménale accroît ainsi dans l’Eglise la conscience de la maternité spirituelle qu’elle exerce dans toute forme d’éducation à la foi.’’
    C’est le jour où l’on peut présenter à l’enfant son saint patron (ou lui proposer de choisir un saint) à invoquer plus particulièrement, comme un compagnon de route. On pourra alors donner une notice ou une image de ce saint.
    Un enfant peut donner un petit témoignage de ce qu’est être chrétien. L’enfant et sa famille peut lors de la liturgie, frapper à la porte de l’église. C’est le prêtre qui leur ouvre au nom du Christ et de l’assemblée.

JPEG - 7.5 ko
poster-signe-de-la-croix

2- Entrée en catéchuménat

Elle exprime la décision de suivre Jésus, sa démarche de conversion. Ce n’est pas à proprement parler l’entrée en Eglise.

Elle a lieu au moins 6 mois après l’accueil et est centrée sur l’attirance exercée par Jésus, le désir de devenir son ami et le suivre.

Elle comporte :
Don de la croix : moins dans la perspective d’un exorcisme que comme signe de l’amour de Jésus pour l’enfant, montrant jusqu’où Jésus nous a aimés.
Puis suivent les différentes signations : prendre le temps de lire des textes de l’Écriture qui parlent de la Croix pour préparer ce geste avec les enfants.

L’engagement de l’enfant qui a reçu la croix.

Remise du livre des Évangiles (pour un enfant de primaire réservant ainsi la remise de la Bible en classe de 6ème)

3- Scrutin ou rite pénitentiel

On n’y parle pas d’étapes dans le rituel.
Ce mot a deux sens : un vote « je choisis, je vote moi-même pour Jésus » et le fait de se laisser scruter par Jésus pour se faire guérir.
La prière de l’exorcisme n’est pas tant une prière où l’on demande au démon de sortir : c’est surtout une prière pour que l’enfant soit soutenu dans son combat.

Utilisation de l’huile des catéchumènes : plutôt sur les mains pour distinguer d’avec l’onction de saint Chrême, qui se fait sur le front.
Si l’on utilise l’huile des catéchumènes, on fera plutôt une onction [5] sur les mains, pour distinguer d’avec l’onction de saint Chrême qui se fait sur le front.

JPEG - 8 ko
onction huile

4- Les sacrements de l’initiation

Un enfant en âge de scolarité ne reçoit en général que le sacrement de baptême contrairement aux adultes. Il est bon qu’il reçoive une préparation spécifique pour le sacrement de confirmation, la première communion mais aussi la confession.

S’il faut relever qu’il y a une différence fondamentale entre catéchisés et catéchumènes, entre catéchèse post-baptismale et pré-baptismale, il est utile aussi de rappeler que des éléments du catéchuménat baptismal doivent inspirer la catéchèse post-baptismale. Voir DGC 91 :

- Le catéchuménat baptismal ne cesse de rappeler à toute l’Eglise l’importance fondamentale de la fonction de l’initiation, avec les facteurs de base qui la constituent : la catéchèse et les sacrements du Baptême, de la Confirmation et de l’Eucharistie. La pastorale d’initiation chrétienne est vitale pour chaque Eglise particulière.

- Le catéchuménat baptismal est une responsabilité de toute la communauté chrétienne. En effet, « cette initiation chrétienne doit être l’œuvre non pas des seuls catéchistes ou des seuls prêtres, mais de toute la communauté des fidèles, spécialement celle des parrains ». L’institution catéchuménale accroît ainsi dans l’Eglise la conscience de la maternité spirituelle qu’elle exerce dans toute forme d’éducation à la foi.

- Le catéchuménat baptismal est tout imprégné du mystère de la Pâque du Christ. C’est pourquoi « toute l’initiation doit révéler clairement son caractère pascal ». La Veillée pascale, centre de la liturgie chrétienne, et sa spiritualité baptismale, sont une source d’inspiration pour toute la catéchèse.

- Le catéchuménat baptismal est aussi le premier lieu d’inculturation. En suivant l’exemple de l’Incarnation [6] du Fils de Dieu, qui s’est fait homme à un moment concret de l’histoire, l’Eglise accueille les catéchumènes tels qu’ils sont, avec leurs liens culturels. Toute l’action catéchistique participe à cette fonction d’incorporer dans la catholicité de l’Eglise les authentiques « semences de la Parole » répandues parmi les individus et les peuples.

- Enfin, concevoir le catéchuménat baptismal comme « un processus de formation et une véritable école de la foi », c’est doter la catéchèse post-baptismale d’une dynamique et de certaines notes qui la qualifient : l’intensité et l’intégrité de la formation ; son caractère graduel, avec des étapes définies ; son lien avec des rites, des symboles et des signes, spécialement bibliques et liturgiques ; sa référence constante à la communauté chrétienne.
La catéchèse post-baptismale, sans se calquer sur la configuration du catéchuménat baptismal, et en reconnaissant aux catéchisés leur état de baptisés, fera bien de s’inspirer de cette « école préparatoire à la vie chrétienne », en se laissant féconder par les principaux éléments qui la caractérisent.


- Des documents :

  • Le Catéchuménat dans le diocèse de Fréjus-Toulon,
  • Rituel des adultes,
  • Rituel des enfants,
  • Directoire général pour la catéchèse.

Des documents pour les enfants : Voir la présentation en ligne

- Des DVD, chez « voir et dire »

  • ’’les sacrements, des témoins en parlent’’ (7x13 mn)
  • ’’ils reçoivent le Baptême, enfants, adolescents, adultes’’ (fait par la paroisse de la Garde – 83)

- Testez-vos connaissances catéchétiques sur le sacrements de baptême :

PDF - 64.7 ko
Quiz Baptême

- Voilà de quoi les remettre à jour :

PDF - 42.3 ko
Ctaire Quiz

- présentation des différentes étapes ainsi que leur déroulement :
Voir la présentation en ligne


[1] Du latin rituales (libri) : « (livres) rituels ». Un rituel est un livre liturgique contenant les rites de telle ou telle célébration. La plupart des sacrements et des principaux sacramentaux ont, depuis le deuxième concile du Vatican, un rituel rénové. Le Rituel romain, recueil de la plupart des rites qu’un prêtre peut être amené à célé­brer, doit aussi être mis à jour. Le Pontifical a déjà ses nouveaux rituels. Source : Portail de la Liturgie catholique - Dom Robert Le Gall – Dictionnaire de Liturgie

[2] Du grec katèkhoumenos : « personne auprès de laquelle on fait retentir une parole », de katèkhein : « faire retentir ». Le catéchu- mène est celui que l’on instruit de la foi chrétienne, en préparation de son baptême. Le rituel de l’initiation chrétienne des adultes prévoit trois étapes : 1) l’admission parmi les candidats au baptême : premiers choix, premiers exorcismes et premiers renoncements ; 2) la décision du catéchumène et l’inscription de son nom ; les scrutins ; la « tradition » du Symbole de la foi et du « Notre Père » ; le rite de l’Ephpheta ; les exorcismes ; le choix d’un nom ; l’onction d’huile des catéchumènes ; 3) la célébration du bap- tême, de la confirmation et de l’Eucharistie. Source Portail de la Liturgie catholique - Dom Robert Le Gall – Dictionnaire de Liturgie

[3] Du latin scrutinium : « action de fouiller, de rechercher, de visiter (scrutari) ». Dans l’antiquité chrétienne, la préparation au baptême, pendant le Carême, donnait lieu à un certain nombre de rites préparatoires, appelés « scrutins » : il s’agissait de « scruter » les intentions des catéchumènes, en s’assurant de leurs dispositions intérieures et en pratiquant sur eux des exorcismes. La discipline actuelle du baptême des adultes a maintenu trois scrutins fixés normalement aux 3e, 4e et 5e dimanches de Carême ; célébrés à la messe dominicale, après l’homélie, ils comportent une prière silen­cieuse, une prière commune pour les catéchumènes et un exorcisme. Source : Portail de la liturgie catholique - Dom Robert Le Gall – Dictionnaire de Liturgie

[4] du grec "neos", nouveau et "phutos" plante de "phuein", naître Souvent traduit par "nouvelles ou jeunes plantes" : nouveau baptisé. Source Conférence des évêques de France

[5] Du latin unctio : « action d’oindre (ungere) ». L’onction d’huile sainte est un des signes principaux des actes liturgiques ; elle est essentielle à la célébration de la confirmation et du sacrement des malades, mais elle intervient comme sacramental dans les rites du baptême et de l’ordre, ainsi que pour la dédicace des églises et des autels. Source : Portail de la liturgie catholique - Dom Robert Le Gall – Dictionnaire de Liturgie

[6] Spécificité radicale du christianisme, l’incarnation au sens étymologique, c’est le fait "d’entrer dans la chair" - signifie que le Dieu éternel et invisible entre dans l’histoire des hommes en prenant chair dans la personne de Jésus. Source : site de la Conférence des évêques de France






-  Picto adresse postaleService diocésain de la catéchèse (Permanence vendredi de 10h à 12h et de 14h à 17h et autres jours sur rendez-vous) - 14 rue Chalucet - 83000 Toulon
-  04 94 22 66 44
-  kt@ec83.com

 




 
Contacts | Mentions légales | Plan du site | Contributeurs | Espace privé | RSS | cef.fr | messesinfo.cef.fr | rcf.fr | webTvCn.eu | domaine-castille.fr | bonnenouvelle.fr

Conception et développement : bonnenouvelle.fr

http://www.diocese-frejus-toulon.com/Le-Bapteme-des-enfants-en-age-de.html