Eglise Catholique du Var - diocese-frejus-toulon.com

"Heureuse celle qui a cru à l’accomplissement
des paroles qui lui furent dites
de la part du Seigneur"

Saint Luc (chapitre 1, verset 45)

FR | EN | PT |
Newsletter de l'église du var




Laïcité et évangélisation

Journée de formation le 15 mars 2004 à La Castille

  Publié le lundi 25 juin 2007

Dans la France d’aujourd’hui, la laïcité est très diversifiée. Aussi l’évangélisation passe par deux phases : laïcité juridique et laïcité juridique. Retour sur la journée de formation le 15 mars 2004 à La Castille avec :
- Gérard Cholvy, historien, professeur émérite à l’Université Paul Valéry à Montpellier III
- Joêl-Benoît d’Onorio, Directeur de l’Institut Européen des relations Eglise-Etat et président des juristes catholiques de France,
- Monseigneur Henri Brincard, évêque du Puy.


1. La laïcité dans l’histoire en France

Gérard Cholvy

Intervention de Gérard Cholvy, historien, professeur émérite à l’Université Paul Valéry à Montpellier III :

1. Fondements idéologiques

Condorcet avait une conception laïque de l’éducation. Pour lui, les sciences et les techniques devaient conduire au bonheur et les mystères de la foi n’étaient que des absurdités. Pour Voltaire la religion n’était bonne que pour les faibles. Puis il y ut un temps de sommeil de l’idéologie laïque.. Un réveil décisif eut lieu avec Auguste Conte, fondateur du positivisme. Ces idées nouvelles ont été vulgarisées par Littré et Larousse. Le marxisme sera le prolongement du positivisme au XXème siècle. Ferry sera le premier fondateur de l ’école laïque. Il veut arracher les hommes à l’influence de l’Eglise et croit à la possibilité d’une morale laïque indépendante.

2. Evolution de la laïcité en France

Le 1er septembre 1792, l’état civil devint laïc .En Suède, ça n’est apparu que le 1er janvier 2000.Lune influence considérable dévolue au clergé disparaissait. En 1882 création de l’école primaire publique laïque, Ferry interdit les crucifix dans les écoles neuves. Les catholiques « résistent » par les écoles privées, les patronages, etc. A compter de 1894, la « ligue de l’enseignement » se mobilise. 1905 Séparation des Eglises et de l’Etat et sécularisation des secteurs caritatifs. Ce qui distingue la séparation aux USA et en France, c’est qu’aux Etats-Unis il s’agit de protéger les religions vis-à-vis de l’Etat, alors qu’en France il s’agit de protéger l’Etat contre les empiétements des religions. La franc-maçonnerie en France va devenir le laboratoire de la République. Cependant les républicains vont s’appuyer sur les minorités religieuses (protestants et israélites). Ce qui fait alors le ciment du bloc des gauches, c’est l’anticléricalisme. La laïcisation s’impose peu à peu, malgré l’union sacrée de 1914-1918. Une opposition frontale a lieu entre 1920 et 1930. (En 1930, les 3/4 des missionnaires catholiques dans le monde étaient des Français). Le régime de Vichy abolit le 3 septembre 1940 certaines dispositions sur les congrégations. N.B Il est à noter que Jacques Chirac est le dernier des chefs d’état au monde à nommer des évêques (à Strasbourg et à Metz, en raison du Concordat).

3. Approche catholique de la laïcité

A la libération, de nombreux catholiques se lancent dans la politique, à commencer par de Gaulle, et aussi dans l’enseignement public. en 1945 les évêques déclarent qu’il peut y avoir une bonne et une mauvaise laïcité. Ils distinguent laïcité et laïcisme. peu à peu la question scolaire va trouver son règlement. le clivage devient maintenant moins sur l’école que sur la morale (la morale individuelle : contraception, etc...) L’évolution vers une laïcité ouverte a marqué des points. Cependant depuis quelques années se fait jour une certaine remontée de la « laïcité de suspicion  » (c’est le cas pour la loi sur le voile). On pourrait dire qu’il y a un double retour du « refoulé scientiste » a l’occasion des auditions de la commission Stasi, René Rémond a déclaré que « les Eglises en France pèsent moins sur les politiques que les chasseurs ».


2. La Laïcité de l’Etat

Joêl-Benoît d'Onorio

Intervention de Joêl-Benoît d’Onorio, Directeur de l’Institut Européen des relations Eglise-Etat et président des juristes catholiques de France :

(N.B d’Onorio dirige un Institut PORTALIS à Aix-en-Provence. Jean Portalis (1746-1807), jurisconsulte et homme politique français, a été l’instigateur du Concordat de 1801. Ministre des cultes sous l’Empire, membre de l’académie française, il fut l’un des rédacteurs du Code Civil).

L’évangélisation passe par 2 phases : Pour l’état, il y a plusieurs laïcité ; ça évolue :
- d’abord une laïcité idéologique
- puis une laïcité juridique, dont le point culminant est en 1905 la loi de séparation des Eglises et de l’Etat.
- sous la 3ème république, la laïcité est une sorte de substrat anticlérical badigeonné d’égalitarisme. En 1877, le « Grand Orient » a « donné son congé à Dieu ». Il y a une distinction entre la laïcité politique et la laïcité juridique. Briand était plus « intelligent » que Combes. Le conseil d’Etat a calmé l’ardeur des politiques et des sectaires : cette laïcité, c’est une loi et rien de plus.
- En 1946 la laïcité va changer de nature : de législative elle va devenir constitutionnelle. On peut dire que : Sous la 3ème république, on avait une laïcité d’hostilité Sous la 4ème république, on a eu une laïcité de neutralité sous la 5ème république, on est passé à une laïcité de respect
- en 1958, Guy Mollet a exigé le mot laïcité dans la constitution : « la république indivisible, laïque, démocratique et sociale » C’est de Gaulle qui a fait rajouté in extremis : « Elle respecte toutes les croyances » Pour la première fois en 1958, une définition officielle de la laïcité est gravée dans la constitution. On est effectivement passés de la «  neutralité » au « respect ». De Gaulle nous a fait passé d’une laïcité « positiviste » à une laïcité «  positive ».

Dans la France d’aujourd’hui, la laïcité est très diversifiée : - loi de séparation - laïcité d’exception : le régime du Concordat en Alsace-Moselle. - laïcité inexistante : en Guyane, où l’évêque et le clergé sont payés par le département. (c’est aussi le cas dans certains territoires d’outremer). - laïcité oubliée : terres australes et antarctiques. - laïcité plus politique. L’Eglise s’est ré-approprié ce concept de laïcité. Pie XII est le 1er à avoir parlé de la laïcité. il s’est déclaré devant les Italiens pour une « saine et légitime laïcité de l’Etat ». Paul VI en 1965 a évoqué « la juste laïcité de la cité terrestre ». Jean-Paul II a évoqué en janvier 2004 dans son discours aux diplomates les mots « laïcité et laïcisme ». Du point de vue de l’Eglise catholique, il est dans la finalité de l’Etat d’être laïc. il doit veiller sur le temporel. La distinction temporel-spirituel concerne les hommes de Dieu. Le religieux relève de la permanence et le politique de la contingence. Mais contrairement à ca que proclament les « laïcards », le temporel et le spirituel sont liés. Jaurès : « Toute vérité qui ne vient pas de nous est un mensonge » Ferry : « Il faut organiser l’humanité sans Dieu ». L’expression « pacte laïque » date de 1905 (Bauberot).. Pour certains, l’Etat laïc se transforme en Etat éthique : ça devient une religion de substitution. (cf. Rousseau qui prônait une « religion civile instrumentalisée », que nous pouvons maintenant considérer comme une sorte de « totalitarisme sournois ».) Même Chirac déclare « l’école publique, sanctuaire de la laïcité ». Que veut dire alors sanctuaire. En France, qu’on le veuille ou non, la Laïcité est catholique. Mais elle devient impossible parce que nourrie de contradictions. L’Islam à la française est une notion ridicule. Le religion est un fait social qu’on ne peut nier. Il y a une « phobie » du religieux dans la politique. La laïcité est en crise mais, curieusement, chez les laïques. Ils ne sont plus d’accord entre eux. Ils ont reconnu le sentiment religieux, mais pas le fait religieux, qui est un fait social. Avec l’Islam, la laïcité est confrontée à son heure de vérité. Entre chrétiens et laïques on se connaissait depuis des siècles, mais pas avec les Musulmans. La république est-elle capable de résister à l’islam qui défie la société ? La laïcité attend son Vatican II. sinon on risque d’avoir une laïcité de cécité, après l’hostilité, puis la neutralité et le respect. La laïcité concerne le Service Public et non les Usagers. Pour le voile, il fallait que l’Etat réagisse. Il a réagi au test des Musulmans. Dieu merci on n’a pas supprimé « tout signe visible ».


3. Evangéliser une société touchée par la laïcité

Mgr Brincard

Intervention de monseigneur Henri Brincard, évêque du Puy :

Le sujet est abordé sous l’angle pastoral : quelle est la mission évangélisatrice de l’Eglise dans le cas de la laïcité ? Il faut distinguer la FOI, la THEOLOGIE et la PASTORALE. Dans la FOI, il y a une unité. Avec Jésus nous sommes des croyants, des espérants et des aimants. La THEOLOGIE est une réflexion sur la Foi. au niveau de la théologie il y a un certain pluralisme. Pour la PASTORALE, le pluralisme est différent de celui de la théologie. C’est un pluralisme pratique. La pastorale est un art et non une science. C’est l’art de conduire vers le Christ ceux et celles qui nous sont confiés. Le sujet est donc abordé sous l’angle pastoral (pas d’esprit systématique ; l’art a besoin d’expérience) par un certain nombre d’AFFIRMATIONS :

- "L’Eglise existe pour évangéliser" (JP II) Cette mission, l’Eglise la reçoit du Seigneur (ça nous invite à la confiance).
- L’Eglise accomplit sa mission avec l’aide du saint Esprit.
- L’Eglise évangélise d’abord en tant que corps du Christ (par sa vie profonde).
- L’Eglise évangélise en tant qu’épouse du Christ (elle coopère à la mission de son époux)
- L’Eglise évangélise aussi par son attente.
- L’Eglise évangélise tout l’homme
- L’Eglise est l’objet de médiations (la création nous parle de Dieu ; la médiation de l’intelligence) la métaphysique apprend 3 choses à l’intelligence : - l’humilité - dépasser l’image sans la nier (la solitude est une grande richesse mais pas l’isolement) la contemplation de sa source à partir de l’intelligence. - la médiation de la conscience
- L’Eglise est appelée à évangéliser tous les hommes : - 1ère annonce à ceux qui sont loin - annonce au monde déchristianisé - annonce aux non-chrétiens - annonce aux non-croyants - annonce aux non-pratiquants.
- A toutes les époques, l’évangélisation a constitué un défi nécessitant volonté et courage. c’est un défi de toujours avec une forme nouvelle.
- L’évangélisation , ancienne dans notre pays, a pénétré la France.
- L’intelligence a été évangélisée, ce qui est devenu une culture dans laquelle ont baigné nos anciens.
- toute culture a ses richesses, ses limites, ses faiblesses. Aujourd’hui, comment évangéliser la culture qui est la notre ? Notre pays oublie progressivement ses racines chrétiennes. Fragilisation de l’Eglise catholique dans notre pays.
- les vrais difficultés que l’Eglise rencontre sont internes : Ce qui fragilise l’Eglise c’est LA TIEDEUR. La tiédeur a pour cause la suffisance. certains chrétiens annoncent le christ comme s’ils n’en n’avaient pas besoin. Insensiblement, à travers notre législation et notre culture, l’homme est séparé de Dieu pour qu’il puisse l’oublier. Pour la nouvelle évangélisation, un constat doit d’abord être fait : il y a un sécularisme ambiant et cette sécularisation a été provoquée par le laïcisme. Le laïcisme risque de retrouver des forces à cause de la faiblesse de celle qu’il considère comme son adversaire. C’est l’ignorance et l’indifférence. Le préjugé est fondé dur l’ignorance, 9 fois sur 10. La sécularisation provoque pour le chrétien la tentation de séparer la vie privée et la vie de Foi. A quelqu’un qui demandait à mèreThérésa :
- « Qu’est-ce que je peux faire ? »
- « Fais ce qui dépend de toi »
- « Mais c’est une goutte d’eau »
- « La mer en est faite »,répondit-elle

L’évangélisation passe par 2 phases :

1. Se laisser évangéliser - sacrement de la réconciliation est-ce que ce sacrement nous évangélise ? - prière Comment, aujourd’hui, enseigner la prière aux jeunes ? - par les pauvres si nous avons un don, mettons-le au service des pauvres qui ne l’ont pas.

2. Evangéliser - Donner soif avant de donner à boire sur le témoignage de notre vie (humilité, charité - au sens divin ) - annonce de la bonne nouvelle par un dialogue où l’on est serviteur. - Annoncer le Christ - l’évangélisation est toujours un acte ecclésial, en communauté, en Eglise. - profiter des circonstances - l’évangélisation commence par le devoir d’état.

La loi sur le voile est une nouvelle étape dans la sécularisation de la société.

Les priorités de l’évangélisation sont : - la culture - la famille - l’école (la catéchèse) - la paroisse qui est une famille. Les 1ers pauvres que la paroisse doit servir ce sont les sans- famille En lien avec les mouvements et communautés nouvelles. nous ne pouvons pas nous permettre de nous séparer. - la politique. En terminant Mgr Brincard indique qu’il est « pour la formation des élites, pas pour l’élitisme », et qu’il craint une crise probable de l’enseignement catholique.











 
Contacts | Mentions légales | Plan du site | Contributeurs | Espace privé | RSS | cef.fr | messesinfo.cef.fr | rcf.fr | webTvCn.eu | domaine-castille.fr | bonnenouvelle.fr

Conception et développement : bonnenouvelle.fr

http://www.diocese-frejus-toulon.com/Laicite-et-evangelisation,820.html