Eglise Catholique du Var - diocese-frejus-toulon.com

« Voici la servante du Seigneur ; que tout se passe pour moi selon ta parole. »

Evangile de Jésus Christ selon saint Luc (1, 37)

FR | EN | PT |
Newsletter de l'église du var




La croissance de l’Eglise de Thessalonique - 6/12

Père Mario St-Pierre - prêtre et théologien

  Publié le lundi 8 septembre 2008 , par Père Mario Saint-Pierre

Jusqu’à maintenant nous avons présenté une réflexion globale sur l’Eglise en croissance à travers divers thèmes complémentaires. Il nous semble désormais important de donner à cette perspective d’ensemble une dimension plus concrète et pastorale. Nous vous proposons de découvrir comment cette réalité de l’Eglise en croissance a été vécue et expérimentée dans les communautés chrétiennes de l’époque néotestamentaire. Nous visiterons par la suite les communautés chrétiennes de Corinthe, de Colosses et d’Ephèse, mais commençons d’abord par celle de Thessalonique.


Saint Paul, agent de la croissance

Comme nous l’avons vu dans les Actes, Luc se présente comme un témoin de la croissance de l’Eglise. Il l’a observée. Il a su rendre témoignage non seulement de l’authenticité historique, mais aussi du caractère spirituel et théologique de cette réalité ecclésiale. Sur les 25 refrains de croissance présentés dans les Actes des Apôtres, 11 refrains concernent directement la mission de Paul. L’apôtre des nations s’impose à nous non plus, comme chez Luc, en tant que témoin, mais davantage comme un agent de la croissance. En tant qu’évangélisateur et fondateur de communautés chrétiennes, Paul, qui a été profondément et spontanément imprégné de cette vision de croissance, intervient dans ses lettres pour que les communautés vivent pleinement la fructification et la multiplication. C’est ce qui s’est produit avec les Thessaloniciens.

Nous connaissons les très grandes difficultés que Paul et Silas ont subies lors de leur première mission à Thessalonique (Actes 17, 1-10). Et pourtant, malgré la brièveté de leur séjour (à peine trois sabbats de suite selon Actes 17, 2), une communauté est fondée. Grâce aux deux lettres de Paul, nous avons des informations significatives sur la réalité de croissance vécue à Thessalonique.

L’exercice des vertus théologales dans la foi, l’espérance et la charité

D’abord, il est bon de mentionner que la salutation et l’action de grâce de Paul au début de sa première lettre concernent directement l’exercice des vertus théologales de foi, d’espérance et de charité. Paul écrit sa joie : « Nous rendons continuellement grâce à Dieu pour vous tous quand nous faisons mention de vous dans nos prières » (1 Thessaloniciens 1, 2). Il indique le motif de son action de grâce : « sans cesse nous rappelons en présence de notre Dieu et Père l’activité de votre foi, le labeur de votre charité, la constance de votre espérance qui sont dûs à notre Seigneur Jésus Christ » (1 Thessaloniciens 1, 3). Il révèle la cause de cette réalité vécue : « En effet, notre annonce de l’Evangile chez vous n’a pas été seulement discours, mais puissance, action de l’Esprit-Saint, et merveilleux accomplissement » (1 Thessaloniciens 1, 5).

Cette action de grâce est renouvelée plus loin, dans la même lettre, avec l’arrivée de Timothée. Il vient « de nous apporter la bonne nouvelle de votre foi et de votre amour » (1 Thessaloniciens 3, 6) ; « et maintenant nous revivons, puisque vous tenez bon dans le Seigneur. Quelle action de grâce… » (1 Thessaloniciens 3, 8-9).

La croissance communautaire

Au début de la deuxième lettre aux Thessaloniciens, Paul renouvelle son action de grâce. Mais, cette fois-ci, il présente l’exercice des vertus théologales des Thessaloniciens d’une autre manière. Son motif d’action de grâce ne repose pas tant sur le fait que les vertus en question sont toujours vivantes, mais sur le fait qu’elles ont connu une croissance significative : « Nous devons rendre grâce à Dieu à tout moment à votre sujet, frères, et c’est tout à fait juste, parce que votre foi est en grande croissance (« huperauxanei », littéralement : « en super croissance », verbe unique dans toute la Bible ; Paul ajoute au verbe « auxanô » - croître - le préfixe « huper- ») et que l’amour de chacun pour les autres s’accroît (« pleonazei », on traduit aussi par « abonder ») parmi vous tous, au point que nous sommes fiers de vous parmi les Eglises de Dieu, de votre constance et de votre foi dans toutes les tribulations et les persécutions que vous supportez » (2 Thessaloniciens 1, 3-4). Selon le point de vue de Paul, l’évaluation de la qualité de la vie ecclésiale se vérifie non seulement par la présence et l’exercice des vertus théologales mais aussi par leur croissance dans le coeur des disciples et dans la vie de la communauté. Il ne s’agit pas d’une croissance uniquement personnelle, mais également communautaire. Ce qui étonne le plus, c’est bel et bien la croissance vérifiée et constatée par Paul au point qu’elle soit le motif de l’action de grâce. Que s’est-il donc passé ?

Revenons à la première lettre aux Thessaloniciens. Nous l’avons indiqué, Paul, à deux reprises, est en action de grâce pour la présence des vertus théologales au cœur de la communauté. Cependant, sous le mode de la prière, il appelle à grandir dans l’exercice de ces mêmes vertus : « Et vous, que le Seigneur vous fasse croître et abonder (« pleonasai kai perisseusai ») dans l’amour que vous avez les uns envers les autres et envers tous, comme nous-mêmes envers vous : qu’il affermisse ainsi vos coeurs irréprochables en sainteté devant Dieu, notre Père, lors de l’Avènement de notre Seigneur Jésus avec tous ses saints. » (1 Thessaloniciens 3, 12-13).

L’exhortation de Paul dans la croissance

Paul insiste dans deux autres passages de la lettre : « Faites de nouveaux progrès » (1 Thessaloniciens 4, 1) ; « Nous vous exhortons, frères, à faire de nouveaux progrès » (1 Th 4, 10). Les Thessaloniciens accueillent cette interpellation. La prière de Paul est entendue et accomplie, son exhortation à la croissance est prise au sérieux. Nous comprenons mieux pourquoi son motif d’action de grâce, dans sa deuxième lettre, porte sur la réalisation d’une croissance dans la vie de grâce pour le bien de l’ensemble de la communauté. Cela doit servir aussi de leçon pour la vie pastorale d’aujourd’hui.

Les facteurs fondamentaux de la croissance

Si nous constatons, dans la deuxième lettre aux Thessaloniciens, qu’il y a eu une réelle croissance ecclésiale, nous pouvons identifier au sein de la première lettre les facteurs fondamentaux qui ont favorisé cette croissance. Ils sont liés à l’engagement du pasteur dans la fondation et la croissance de la communauté de Thessalonique : 1- La prière de l’apôtre ; 2- La prédication de l’apôtre ; 3- L’exemple de l’apôtre.

1- Il est relativement facile d’identifier les prières qui d’ailleurs structurent la lettre dans ses différentes étapes. La prière est non seulement reconnaissance et action de grâce mais aussi intercession dans la ligne de la croissance. Cette prière a été reçue par les fidèles de la communauté. L’apôtre a non seulement prié (et il aurait pu prier dans une totale discrétion sans que personne le sache), mais il communique le fait et le contenu de sa prière. Ainsi le dynamisme de l’imitation apostolique est déjà en place.

2- L’apôtre nous indique comment la Parole a été prêchée, mais aussi comment elle a été reçue. Là aussi nous pouvons identifier clairement les passages où nous découvrons le rôle de l’annonce de la Parole dans la croissance de cette Église. Ce deuxième facteur converge également vers le troisième sur le dynamisme de l’imitation apostolique.

3- Mais le fait qui doit particulièrement retenir notre attention, comme facteur de croissance est l’exemple de l’apôtre qui introduit la communauté dans un processus d’imitation et de modèle. Il est important d’identifier dans cette lettre comment l’apôtre se présente en tant qu’exemple à imiter et comment l’Église de Thessalonique l’a imité, et est ainsi devenue à son tour modèle à imiter. Il n’y a aucun doute : ces trois facteurs (prière, prédication et processus d’imitation) structurent la première lettre aux Thessaloniciens, et permettent de comprendre comment s’est vécue la croissance constatée et identifiée dans la seconde lettre et comment l’Église de Thessalonique a non seulement crû mais aussi s’est multipliée en Achaïe et en Macédoine.











 
Contacts | Mentions légales | Plan du site | Contributeurs | Espace privé | RSS | cef.fr | messesinfo.cef.fr | rcf.fr | webTvCn.eu | domaine-castille.fr | bonnenouvelle.fr

Conception et développement : bonnenouvelle.fr

http://www.diocese-frejus-toulon.com/La-croissance-de-l-Eglise-de.html