Eglise Catholique du Var - diocese-frejus-toulon.com

"Heureuse celle qui a cru à l’accomplissement
des paroles qui lui furent dites
de la part du Seigneur"

Saint Luc (chapitre 1, verset 45)

FR | EN | PT |
Newsletter de l'église du var



devenir prÍtre faire un don

LA BONNE NOUVELLE DU JOUR

Evangile

-


nouveaux articles

nouveaux articles
Accueil du site > Eglise du Var Paroisses > Paroisses > Ollioules - Saint-Laurent > Une paroisse en prière > Homélie pour le 31ème dimanche du temps ordinaire 2017 (JA).

Homélie pour le 31ème dimanche du temps ordinaire 2017 (JA).

  Publié le dimanche 5 novembre 2017 , par Philippe Roy

Etre chrétien cela signifie suivre le Christ, imiter le Christ. C’est Lui qui nous enseigne en parole : « Le plus grand parmi vous sera votre serviteur. Qui s’élèvera sera abaissé, qui s’abaissera sera élevé ».

En contemplant Jésus sur la croix, mettons-nous à l’œuvre : n’aimons pas seulement par des discours et en parole, mais par des actes.


« Les scribes et les pharisiens enseignent dans la chaire de Moïse. Donc, tout ce qu’ils peuvent vous dire, faites-le et observez-le. Mais n’agissez pas d’après leurs actes, car ils disent et ne font pas. »

Les lectures de ce dimanche font d’abord référence à l’autorité, à ceux qui dirigent le peuple de Dieu, mais chacun de nous peut appliquer cet enseignement à soi-même, parce qu’en tant que chrétien on doit être un apôtre, c’est-à-dire un représentant et un témoin du Christ devant le monde. _ L’Ecriture Sainte nous offre deux modèles d’autorité ou de représentant de Dieu.

En premier lieu celui « des scribes et des pharisiens. »
Jésus ne récuse pas l’autorité des scribes et des pharisiens. Quand elle s’appuie sur l’autorité de Moïse et qu’ils l’enseignent d’une manière authentique, on ne peut mettre en doute la valeur de cet enseignement. « Pratiquez donc et observez tout ce qu’ils peuvent vous dire. »
Ce qui est en cause, c’est la manière dont ils vivent cette Loi qu’ils enseignent. «  Ils disent et ne font pas.  » ou, plus exactement ils pervertissent l’Alliance dont ils sont les témoins et les messagers. Le prophète Malachie ne dit pas autre chose aux prêtres de son temps : « Vous avez perverti mon alliance avec vous. Vous n’avez pas suivi mes chemins. Vous avez agi avec partialité en accommodant la Loi. » Il s’agit donc de pasteurs méchants, dont il ne faut pas suivre le mauvais exemple.
En deuxième lieu le modèle « des apôtres », et en définitive celui de Jésus Lui-même.
En effet saint Paul dit aux Thessaloniciens : « Nous aurions voulu vous donner non seulement l’Évangile de Dieu, mais jusqu’à nos propres vies… » « Vous vous rappelez, frères, nos peines et nos fatigues : c’est en travaillant nuit et jour, pour n’être à la charge d’aucun d’entre vous, que nous vous avons annoncé l’Évangile de Dieu. »
Ici, au contraire des pharisiens, il s’agit du bon pasteur qui donne sa vie… qui raffermit sa parole et son enseignement par son sang.

Saint Hilaire de Poitiers, dans ses Commentaires sur l’évangile de Matthieu écrit à propos de ce passage :
« Le Seigneur nous avertit que les paroles flatteuses et les allures douces doivent être jugées aux fruits qu’elles produisent. Il nous faut donc apprécier quelqu’un, non pas tel qu’il se propose en paroles mais tel qu’il est réellement dans ses actes. Car bien souvent sous des dehors de brebis se dissimule une rage de loup (Mt 7,15). Et de même que les épines ne produisent pas de raisin ni les ronces de figues..., ainsi, nous dit Jésus, ce n’est pas en ces belles paroles que consiste la réalité des bonnes œuvres ; tous les hommes doivent être jugés d’après leurs fruits (v. 16-18). Non, un service qui se limiterait à de belles paroles ne suffit pas pour obtenir le Royaume des cieux ; ce n’est pas celui qui dit : « Seigneur, Seigneur » qui en sera l’héritier (v. 21). A quoi rimerait une sainteté qui se limiterait à l’invocation d’un nom, puisque le chemin du Royaume des cieux se trouve dans l’obéissance à la volonté de Dieu ? Il faut donc y mettre du sien, si on veut parvenir à la béatitude éternelle. Il faut donner quelque chose de notre propre fonds : vouloir le bien, éviter le mal et obéir de tout cœur aux préceptes divins. Une telle attitude nous vaudra d’être reconnus par Dieu comme siens. Conformons donc nos actes à sa volonté au lieu de nous glorifier de sa puissance. Car il repoussera et rejettera ceux qui se seront détournés eux-mêmes de lui par l’injustice de leurs actes.  »

En conclusion, être chrétien cela signifie suivre le Christ, imiter le Christ. C’est Lui qui nous enseigne en parole : « Le plus grand parmi vous sera votre serviteur. Qui s’élèvera sera abaissé, qui s’abaissera sera élevé » ; et c’est Lui-même qui raffermit cette parole en se faisant le dernier, le serviteur de tous, en donnant sa vie pour le salut de tous les hommes.

En contemplant Jésus sur la croix, mettons-nous à l’œuvre : n’aimons pas seulement par des discours et en parole, mais par des actes.

Que la Vierge Marie nous conduise par le chemin de l’imitation de son Fils.

Ainsi soit-il.










 

Conception et développement : bonnenouvelle.fr