Eglise Catholique du Var - diocese-frejus-toulon.com

« Voici la servante du Seigneur ; que tout se passe pour moi selon ta parole. »

Evangile de Jésus Christ selon saint Luc (1, 37)

FR | EN | PT |
Newsletter de l'église du var




Délégué de l’Observatoire sociopolitique du diocèse


Soutenir ce projet nouveaux articles

Eloge de la complémentarité

  Publié le lundi 15 octobre 2012 , par Falk Van Gaver

Voilà l’os de mes os, la chair de ma chair ! On l’appellera femme. Telle est l’exclamation joyeuse, le cri du coeur d’Adam quand il vit pour la première fois Éve. Éve était là, devant lui. Il ne rêvait pas et son coeur fut transpercé, blessé par tant de beauté. Enfin, il ne se sentait plus seul. Enfin, il allait pouvoir nouer une relation d’égale à égale avec un être. Enfin, il allait pouvoir communiquer, être compris, aimer.


Par Fr. François-Régis Delcourt, op Responsable Université d’été de l’OSP

Voilà l’os de mes os, la chair de ma chair ! On l’appellera femme. Telle est l’exclamation joyeuse, le cri du coeur d’Adam quand il vit pour la première fois Éve. Éve était là, devant lui. Il ne rêvait pas et son coeur fut transpercé, blessé par tant de beauté. Enfin, il ne se sentait plus seul. Enfin, il allait pouvoir nouer une relation d’égale à égale avec un être. Enfin, il allait pouvoir communiquer, être compris, aimer. Enfin, il allait pouvoir jouir de jours heureux car Ève était là et il reconnaissait en elle sa paire, celle qui sera sa complémentarité. Comme le dit Benoît XVI dans Deus Caritas est, « Dans le récit biblique, l’idée que l’homme serait en quelque sorte incomplet de par sa constitution, à la recherche, dans l’autre, de la partie qui manque à son intégrité, à savoir l’idée que c’est seulement dans la communion avec l’autre sexe qu’il peut devenir « complet », est sans aucun doute présente » (§ 11)

Ainsi, l’idée de ne faire qu’un se fonde sur la complémentarité homme - femme. Qui dit complémentarité, dit aussi identité sexuelle. Ils s’appellent l’un l’autre. La complémentarité ne va pas sans l’identité sexuelle et réciproquement. L’homme et la femme sont bien à la fois les mêmes et égaux, dans leur nature d’être humain mais aussi aussi différents de par leur constitution et comportements. L’homme, comme la femme, ou la femme, comme l’homme, a ses propres caractéristiques corporelles, psychologiques, intellectuelles, affectives et que sais-je encore. L’homme et la femme ont beau être des êtres humains avec leur corps, leur intelligence, leur volonté, ils sont aussi différents. Chacun a son propre fonctionnement, sa propre manière d’appréhender la réalité, sa propre manière de se révéler et de s’épanouir, sa propre manière de communiquer. D’ailleurs, ce dernier point est frappant dans les couples, chacun a son type de langage, sa manière de s’exprimer, l’un parle trop, l’autre parle trop peu. Tout l’enjeu, n’est-il pas de décrypter son propre mode de langage et de le saisir. Cette différence, inscrite dans l’identité sexuelle, est digne de beauté. Nous ne pouvons que nous en réjouir car cette différence fonde la complémentarité homme - femme.

Cette complémentarité appelle tout l’être humain, autant le coeur, l’esprit, le corps. Cette complémentarité fait appel à toutes les dimensions de l’être et de la personne. Quand Dieu fait les choses, il ne les fait pas à moitié. Ce qui est enjeu dans la complémentarité de l’homme et de la femme, ce n’est pas seulement la complémentarité de la dimension affective, mais aussi complémentarité de la dimension psychologique, intellectuelle, spirituelle et que sais-je encore ! bref de toutes les dimensions humaines qui sont inscrites dans la nature de l’homme. Cette complémentarité de l’homme et de la femme les appelle à ne faire qu’un comme le Christ l’affirme en reprenant le texte de la Genèse : « à cause de cela, l’homme quittera son père et sa mère, il s’attachera à sa femme et tous deux ne feront plus qu’un. » Ne faire qu’un est un appel à la complétude, à l’harmonie entre deux êtres complémentaires. Les deux qui ne font qu’un sont appelés à s’enlacer l’un l’autre an de jouer dans la durée une harmonie belle et pure. Il en est comme d’un artiste avec son instrument de musique qui ne font qu’un. Et plus ils ne font qu’un, plus le fruit du jeu de l’artiste avec son instrument est beau, pur et vraie. Certes, pour que cette unité et complémentarité révèlent en plénitude leur beauté, tout son éclat et sa profondeur, il est nécessaire d’être ensemble, de se découvrir l’un l’autre, de se connaître l’un l’autre en vérité. Tout cela découle d’un travail de chaque jour et de chaque instant. Et ce travail est possible s’ils sont ouverts l’un à l’autre dans un véritable dialogue. Tel est aussi le principe de la vie à deux. Si les deux époux ne se connaissent pas, ne se découvrent pas, ne s’efforcent pas d’être un, bref s’ils ne s’aiment pas, alors, il n’est plus possible de ne faire qu’un. « L’amour entre homme et femme, dans lequel le corps et l’âme concourent inséparablement et dans lequel s’épanouit pour l’être humain une promesse de bonheur qui semble irrésistible, apparaît comme l’archétype de l’amour par excellence » nous dit Benoit XVI dans Deus caritas est. Tout ce travail n’est pas à être gardé pour soi. Un artiste, s’il s’acharne à répéter avec son instrument, ne joue jamais que pour soi. Il joue toujours an de donner à autrui le fruit de son travail et d’en témoigner dans la joie. Il en est de même d’un homme et d’une femme qui s’aiment et travaillent à ne faire qu’un. Ils ne veulent pas garder secrètement et pour eux leur amour. Ils désirent le donner, le partager, le communiquer. Et quel est le plus beau fruit de l’amour sinon de donner la vie en accueillant la vie, en la portant, en la donnant. Cette vie accueillie, cet enfant, a besoin des deux mains de la complémentarité homme - femme pour être façonné, guidé, s’épanouir. Dieu a dit de cela que c’était très bon. Il l’a tellement trouvé bon qu’il accorde à ceux qui s’unissent pour la vie devant Lui des grâces innombrables. Ces grâces sont données certes pour purifier mais aussi pour embellir, fructifier et accomplir cette union. Ensemble, soutenons cette complémentarité homme femme qui se révèle de façon si belle dans le sacrement de mariage, cette institution naturelle et divine. Soyons, non pour le mariage pour tous, mais tous pour le mariage.







Picto adresse postaleObservatoire sociopolitique du diocèse de Fréjus-Toulon CS 30518 - 68 impasse de Beaulieu F-83041 TOULON CEDEX 9
- www.osp-frejus-toulon.fr
-  observatoire@diocese-frejus-toulon.com
-  06 52 17 37 76

 




 
Contacts | Mentions légales | Plan du site | Contributeurs | Espace privé | RSS | cef.fr | messesinfo.cef.fr | rcf.fr | webTvCn.eu | domaine-castille.fr | bonnenouvelle.fr

Conception et développement : bonnenouvelle.fr

http://www.diocese-frejus-toulon.com/Eloge-de-la-complementarite.html