Eglise Catholique du Var - diocese-frejus-toulon.com

« Soudain viendra dans son Temple
le Seigneur que vous cherchez »
(Malachie 3, 1-4)

FR | EN | PT |
Newsletter de l'église du var




Diaconie 83 : Proximité

Septembre 2009 - n° 1

  Publié le vendredi 21 août 2009 , par Yann de Rauglaudre

Le comité chargé de coordonner les années de la Diaconie a imaginé de publier un document "Diaconie 83" pour animer la seconde année de la Diaconie en 9 étapes sur 9 mois (septembre 2009 - mai 2010).


« Ce que vous avez fait aux plus petits d’entre les miens, c’est à moi que vous l’avez fait » Matthieu 25

Proximité !

Mgr Jean-Yves Molinas – Vicaire Général
Pour le début de cette seconde année de la Diaconie, nous sommes invités à aborder le chapitre 25 de l’évangile selon saint Matthieu [1]. Le style en est apocalyptique et décrit la venue du Fils de l’homme dans sa gloire à la fin des temps. Il nous concerne chacun directement.

JPEG - 51.4 ko
Mgr Molinas

« Alors il siègera sur son trône de gloire. » Toutes les nations rassemblées entendront la sentence prononcée par le Roi. Séparant les brebis des chèvres comme il extirpera l’ivraie du milieu du bon grain, il accueillera les justes dans le Royaume préparé pour eux. Une telle description peut inquiéter si l’on considère le pouvoir de ce Roi comme celui des puissants de ce monde. Mais les paroles prononcées par le Fils de l’homme nous amènent à une toute autre approche de ce jugement. Ceux qui ont faim et soif, les sans logis, les malades, les prisonniers…c’est Lui ! Le Roi de Gloire, c’est ce petit, cet affamé, ce misérable que je peux croiser dans ma vie et qu’une voix intérieure m’invite à approcher. Par sa vie depuis sa naissance dans une écurie, par son enfance humble et cachée, par ses origines sociales modestes, par son refus des honneurs et des richesses, par sa proximité des pauvres et des malheureux, par les humiliations subies lors de sa passion et par sa mort, Jésus est le vrai pauvre du Seigneur. Il se tient devant Dieu son Père avec un cœur de pauvre. Il incarne toutes les pauvretés, toutes les faiblesses, toutes les détresses. C’est ainsi que s’exprime la véritable proximité de Dieu à l’égard de son peuple. Une proximité qui demande une réciproque. Puisque Jésus est Le Pauvre, c’est donc vers Lui que nous devons aller, c’est de Lui que nous devons nous approcher.
« J’avais faim et vous m’avez donné à manger, j’avais soif et vous m’avez donné à boire, j’étais étranger vous m’avez accueilli, j’étais prisonnier vous m’avez visité, j’étais malade et vous m’avez secouru ». Et ceux à qui le Roi s’adresse lui disent : « Mais quand avons-nous fait cela Seigneur ? » Ils n’ont jamais pensé qu’ils faisaient quelque chose pour le Christ. Et lui de leur répondre : « Chaque fois que vous l’avez fait à l’un de ces petits qui sont les miens c’est à moi que vous l’avez fait ». Quel n’est pas alors leur étonnement ! Ils ont répondu à cette voix intérieure, ils ont fait le choix de l’amour. Ils apprennent que lorsqu’ils se sont mis au service de leurs frères, ils ont choisi Dieu, ils ont choisi le Christ. Ils n’ont pas fait barrage au déversement du flot d’amour qui jaillit du cœur ouvert de Jésus. Ils ont découvert que les hommes et les femmes avec qui ils vivaient n’étaient pas des êtres ordinaires, mais qu’ils avaient le visage même du Christ. Mais cet ardent désir de Jésus de voir « ces petits qui sont les siens » aidés, aimés et consolés ne s’arrête pas là. Le véritable amour va jusqu’au partage de ce qui nous habite, de ce qui nous fait vivre : le Christ Lui-même ! Il ne suffit pas d’être gentil avec son voisin, il faut aussi lui donner la possibilité de rencontrer Celui qui est encore plus pauvre que lui, Jésus. C’est apporter à l’autre la révélation que, pour chacun, l’amour de Dieu va jusqu’au plus profond du cœur humain, là où la liberté s’exerce, là où la personne s’engage. C’est l’aider à retrouver sa dignité de fils de Dieu.
Il Poverello d’Assise, François, après qu’il a reçu les stigmates qui l’identifièrent davantage à son maître, n’en demeura pas moins constamment préoccupé par la pauvreté humaine. Ce n’est plus lui qui aime et qui agit. C’est l’amour même de Dieu qui aime en lui et le fait agir. « Commençons, dit-il à ses frères. Jusqu’à ce jour, nous n’avons encore presque rien fait. » Et il entreprend une tournée de prédications, visitant jusqu’à quatre à cinq bourgades par jour et lançant à tous le même appel à la réconciliation, à la paix et à la fraternité. (Eloi Leclerc). Il est une faim que seule la Bonne Nouvelle peut apaiser.
Ainsi Jésus est-il présent chez celui qui aime et chez celui qui est aimé. Aucun n’est redevable envers l’autre sinon envers Celui dont l’amour se fait proche de l’un et de l’autre.

Diaconie 83... Qu’est-ce ?

Il s’agira, chaque mois :
- un thème principal (ce mois ci : Proximité)
- un passage d’Evangile
- un commentaire de cet Evangile,
- une prière
- des questions d’ouverture
- un témoignage

Objectifs de Diaconie 83

Il s’agit d’un outil aidant à approfondir le sens de la Diaconie.
Cela doit aider chacun à s’interroger sur la dimension de service, sur la manière de vivre la charité.

Comment se servir de Diaconie 83 ?

En réalisant ce document simple de 4 pages, après duplication, il est rendu possible à chaque paroisse, service, mouvement et association de le distribuer tel quel à chacun de ses membres.


Questions d’ouverture

Ces questions font le lien avec notre vie quotidienne, pour nous aider à nous interroger sur notre façon de vivre l’évangile, et poser des actes concrets.
Proposées par le père Alexis Wiehe

JPEG - 62.3 ko
AlexisWiehe

Nos vies sont remplies de petites et grandes rencontres, de sollicitations inattendues et parfois dérangeantes, de relations qui nous coûtent au quotidien. A travers ces rendez-vous Jésus vient nous apprendre à aimer, « non pas par des paroles et des discours, mais par des actes et en vérité. » Il vient personnellement et discrètement mendier notre amour.

Notre disponibilité à autrui et notre promptitude à le servir est un critère fondamental pour vérifier la qualité de notre vie. « L’homme ne peut pleinement se trouver que par le don désintéressé de lui-même. » (Concile Vatican II)

De la mise en pratique de cette page de l’évangile dépendent non seulement notre bonheur sur terre mais aussi notre gloire au Ciel. Nous serons jugés sur l’amour ! Cela exige une grande vigilance, en prenant le temps de relire notre existence quotidienne, afin de remercier Dieu pour les victoires de l’amour, de reconnaître les refus et les duretés de nos cœurs et d’implorer la miséricorde de Dieu sur nous et sur ceux qui sont mis sur notre route.

Cette relecture n’est pas une introspection narcissique. Elle se fait devant Jésus et en mendiant son Esprit Saint. C’est Jésus qui vient à ma rencontre par ces plus petits. C’est devant lui, en silence, que mon cœur peut changer afin que j’apprenne à le reconnaître davantage et à l’accueillir davantage. La lumière de sa Parole m’éclaire. L’humilité de sa présence eucharistique me fortifie.

Le Saint curé d’Ars nous encourage ainsi : « Les saints n’ont pas tous bien commencé mais ils ont tous bien fini. Nous avons mal commencé, finissons bien, et nous irons les rejoindre dans le Ciel. »


Prière dans l’Avent du Royaume

Proposée par Olivier de Boisgelin - Diacre

JPEG - 27.7 ko
Olivier de Boisgelin

Notre Père,
Nous te prions depuis les chemins du monde,
Nous ne savons pas très bien d’où…

Peut-être d’un marché de Bagdad dévasté par une bombe,
Ou bien d’une pirogue surchargée, perdue dans la houle au large du Cap-Vert,
Peut-être du bord d’une rivière irradiée en Ukraine,
Ou bien d’un camp d’entraînement pour enfants soldats.
Nous te prions du cœur « d’un troupeau que la mort mène paître ».

Nous te prions pour que la pierre de nos cœurs se fissure,
Pour que notre suffisance se craquelle,
Pour que notre rancœur crève enfin de son pus.

Nous prions pour veiller.
Pour te guetter dans la justice bafouée,
Dans l’amour sali,
Dans l’espérance trompée.

Notre Père,
Nous te prions dans l’Avent d’une nouvelle terre sous un ciel nouveau.
Nous te prions dans notre marche sur le sentier de repentance,
Dans notre retour d’enfant prodigue,
Dans notre pâque de libération.

Nous te prions avec nos larmes de Siloé, plein les yeux décillés par ta miséricorde,
Avec nos mains ouvertes, même si elles n’ont plus rien à donner,
Avec nos pieds fatigués, écorchés, poussiéreux du chemin.

Nous te prions à pleines poitrines riches de ton souffle.

Notre Père,
Nous te louons par notre frère, cet inconnu,
Qui se relève…

Rencontre avec…
Sœur Françoise Ouzzani

Sœur Françoise Ouzzani, petite sœur de St François d’Assise, est présente à Toulon depuis une vingtaine d’années. Avec sa communauté, elle habite au sein de la Cité H.L.M « Le Jonquet » dans le quartier Ouest de Toulon.
- Quel est le charisme de votre congrégation ? Dans le livre de nos constitutions, il est précisé : « En toute situation et en tout lieu, les petites sœurs annoncent la Fraternité et la Paix. Elles doivent se réjouir quand elles se trouvent parmi des gens de petite condition, les méprisés, les pauvres, les exclus, les malades.
Avec eux, les petites sœurs participent en tant que religieuses à l’engagement de l’Eglise pour la justice et la Paix ». (N° 180)
- Concrètement, que faites vous dans notre diocèse ? Appelées par le provincial des capucins et l’Evêque de Fréjus Toulon, pour rejoindre dans ce diocèse le projet de la diaconie, nous avons dès notre arrivée voulu nous insérer dans le quartier du Jonquet en tissant des liens d’amitié avec nos voisins ; en témoignant d’une vie de prière et de fraternité, et en étant un relais pour l’Eglise locale dans ce quartier. Très vite nous avons voulu aussi nous intégrer dans le tissu associatif de la diaconie.

JPEG - 21.7 ko
Soeurs de St François d’Assise

Sœur Marie s’est vue confier la responsabilité de la maison St Louis, à Claret, un foyer d’hébergement pour des hommes seuls, souvent issus de la rue, avec un projet d’insertion sociale. Plus tard, elle a préféré se réorienter sur l’animation de Massabielle, une aumônerie pour des personnes en grande précarité. Massabielle est née après les voyages de l’Espérance à Lourdes car il y avait une nécessité de garder le contact avec tous, pour poursuivre les échanges.

Sœur Jacqueline et Sœur Madeleine se sont relayées pour animer l’Arche des Moulins, une maison de quartier ouverte pour la catéchèse, le soutien scolaire, l’alphabétisation, l’accueil convivial et la prière commune.

Sœur Marie Andrée, petite sœur aînée est la « femme au foyer ». Elle assure le service quotidien de la maison, l’accueil pour les gens du quartier. Grâce à elle, nous sommes plus « libres » pour la mission.

Quant à moi, j’ai commencé par m’investir à « Var Azur linge », une entreprise d’insertion axée sur la friperie et le tri du linge. Plus tard, j’ai rejoint l’accueil de jour de Jéricho pour y servir le café… et maintenant je suis à la bagagerie : c’est un lieu où l’on dépose ses bagages mais aussi les choses trop lourdes de la vie ! J’y suis témoin de beaucoup de « libérations ».

La fin du parcours sur Diaconie 83 ?

Cela correspondra au rendez-vous "Famille en fête" en mai 2010 qui sera la clôture des Années de la Diaconie.


[1] Évangile de Jésus-Christ selon saint Matthieu au chapitre vingt-cinq
Jésus parlait à ses disciples de sa venue : « Quand le Fils de l’homme viendra dans sa gloire, et tous les anges avec lui, alors il siégera sur son trône de gloire. Toutes les nations seront rassemblées devant lui ; il séparera les hommes les uns des autres, comme le berger sépare les brebis des chèvres : il placera les brebis à sa droite, et les chèvres à sa gauche. Alors le Roi dira à ceux qui seront à sa droite : ’Venez, les bénis de mon Père, recevez en héritage le Royaume préparé pour vous depuis la création du monde.
Car j’avais faim, et vous m’avez donné à manger ; j’avais soif, et vous m’avez donné à boire ; j’étais un étranger, et vous m’avez accueilli ; j’étais nu, et vous m’avez habillé ; j’étais malade, et vous m’avez visité ; j’étais en prison, et vous êtes venus jusqu’à moi !’ Alors les justes lui répondront : ’Seigneur, quand est-ce que nous t’avons vu… ? tu avais donc faim, et nous t’avons nourri ? tu avais soif, et nous t’avons donné à boire ? tu étais un étranger, et nous t’avons accueilli ? tu étais nu, et nous t’avons habillé ? tu étais malade ou en prison… Quand sommes-nous venus jusqu’à toi ?’ Et le Roi leur répondra : ’Amen, je vous le dis : chaque fois que vous l’avez fait à l’un de ces petits qui sont mes frères, c’est à moi que vous l’avez fait.’






Vos idées, vos remarques ?
Années de la diaconie
Evêché de Fréjus-Toulon
BP 518 – 83041 Toulon cedex 9
diaconie@diocese-frejus-toulon.com

 




 
Contacts | Mentions légales | Plan du site | Contributeurs | Espace privé | RSS | cef.fr | messesinfo.cef.fr | rcf.fr | webTvCn.eu | domaine-castille.fr | bonnenouvelle.fr

Conception et développement : bonnenouvelle.fr

http://diocese-frejus-toulon.com/Diaconie-83-Proximite.html