Eglise Catholique du Var - diocese-frejus-toulon.com

"Quand paraîtra le Christ, votre vie, alors vous aussi, vous paraîtrez avec lui en pleine gloire".

Lettre de saint Paul Apôtre aux Colossiens

FR | EN | PT |
Newsletter de l'église du var




Auteur d’une Liturgie des Enfants


devenir prêtre faire un don

LA BONNE NOUVELLE DU JOUR

Evangile

-


nouveaux articles

nouveaux articles la foi pour les nuls

Deuxième dimanche de Pâques, année B

  Publié le dimanche 8 avril 2018 , par Chantal de la Motte

Fiche de liturgie pour le dimanche 8 avril 2018








Accueil des enfants
Chaque enfant peut dire son prénom pour se présenter et se mettre en présence de Dieu. Jésus est là avec les enfants, comme avec leurs parents qui sont dans l’église. Nous écoutons la même Parole de Dieu que les parents, et que les chrétiens du monde entier aujourd’hui. Il est conseillé de lire l’Evangile dans un missel ou un lectionnaire plutôt que sur une feuille volante.

Rappel du temps liturgique
Nous sommes le premier dimanche après Pâques, jour de la fête de la divine miséricorde que l’Eglise célèbre depuis l’an 2000. Cette fête a été demandée à une religieuse polonaise, sœur Faustine, par le Christ lui-même qui en a fixé la date. Sœur Faustine a été canonisée par le pape Jean-Paul II durant le grand jubilé de l’an 2000. Jean-Paul II est mort après la messe anticipée du dimanche de la miséricorde 2005, un samedi soir, au début de la fête de la miséricorde car comme pour les fêtes juives, chaque fête chrétienne débute la veille au soir. La miséricorde, c’est l’amour du cœur de Jésus qui se penche vers notre misère.

Acclamation de l’Evangile Alléluia !

Evangile selon Saint Jean (20, 19-31)
C’était après la mort de Jésus. Le soir venu, en ce premier jour de la semaine, alors que les portes du lieu où se trouvaient les disciples étaient verrouillées par crainte des Juifs, Jésus vint, et il était là au milieu d’eux. Il leur dit : « La paix soit avec vous ! » Après cette parole, il leur montra ses mains et son côté. Les disciples furent remplis de joie en voyant le Seigneur. Jésus leur dit de nouveau : « La paix soit avec vous ! De même que le Père m’a envoyé, moi aussi, je vous envoie. » Ayant ainsi parlé, il souffla sur eux et il leur dit : « Recevez l’Esprit Saint. À qui vous remettrez ses péchés, ils seront remis ; à qui vous maintiendrez ses péchés, ils seront maintenus. »

Or, l’un des Douze, Thomas, appelé Didyme (c’est-à-dire Jumeau), n’était pas avec eux quand Jésus était venu. Les autres disciples lui disaient : « Nous avons vu le Seigneur ! » Mais il leur déclara :

« Si je ne vois pas dans ses mains la marque des clous, si je ne mets pas mon doigt dans la marque des clous, si je ne mets pas la main dans son côté, non, je ne croirai pas ! »

Huit jours plus tard, les disciples se trouvaient de nouveau dans la maison, et Thomas était avec eux. Jésus vient, alors que les portes étaient verrouillées, et il était là au milieu d’eux. Il dit : « La paix soit avec vous ! » Puis il dit à Thomas : « Avance ton doigt ici, et vois mes mains ; avance ta main, et mets-la dans mon côté : cesse d’être incrédule, sois croyant. » Alors Thomas lui dit : « Mon Seigneur et mon Dieu ! » Jésus lui dit : « Parce que tu m’as vu, tu crois. Heureux ceux qui croient sans avoir vu. »

Il y a encore beaucoup d’autres signes que Jésus a faits en présence des disciples et qui ne sont pas écrits dans ce livre. Mais ceux-là ont été écrits pour que vous croyiez que Jésus est le Christ, le Fils de Dieu, et pour qu’en croyant, vous ayez la vie en son nom.

Pistes de réflexion
Reprendre pour les enfants le déroulement chronologique de cet évangile un peu long. Il se passe en deux temps, les scènes ont lieu à huit jours d’intervalles.
« C’était après la mort de Jésus. Le soir venu, en ce premier jour de la semaine » Pour les juifs comme pour les chrétiens, le premier jour de la semaine est le dimanche. Puisque Dieu s’est reposé le dernier jour de la création du monde, les juifs se reposent le samedi : le shabbat. Comme le dimanche est le jour de la résurrection du Christ, les chrétiens ont voulu célébrer ce jour de manière particulière, en ne travaillant pas et en se rassemblant pour fêter le Christ ressuscité.
« … par crainte des Juifs » Après la mort de Jésus, tous ses disciples avaient peur de subir le même sort que leur maître et on les comprend.
« Jésus vint, et il était là au milieu d’eux. » Malgré les portes verrouillées, le corps ressuscité de Jésus apparaît : après sa résurrection, Jésus est libre de rejoindre ses disciples.
« La paix soit avec vous ! … Les disciples furent remplis de joie » Cette salutation est la même pour les musulmans ’salam aleikoum" et pour les juifs "shalom". Nous ne nous souhaitons pas la paix en disant "bonjour" mais nous pouvons nous souhaiter le "salut" qui signifie "que tu sois sauvé", par le Seigneur bien entendu. Alors que les apôtres ont un cœur plein d’angoisse, Jésus leur donne la paix, précisément ce qui leur manque à ce moment là. Cette paix du cœur fait naître la joie chez les disciples, qui dépasse leur tourment lié à l’hostilité des juifs. La paix de Dieu peut régner dans nos cœurs même dans l’épreuve, la joie de Dieu est plus profonde que nos peurs.
« Recevez l’Esprit Saint » Jésus leur donne ensuite une effusion de son Esprit Saint, qui n’est pas encore la Pentecôte, mais qui redonne confiance aux apôtres pour accomplir leur mission.
« Huit jours plus tard … » La semaine suivante, les disciples étaient à nouveau réunis. Notons au passage que dès le tout début de l’ère chrétienne, les fidèles se réunissaient chaque dimanche. « … Heureux ceux qui croient sans avoir vu. » L’auteur du 4° évangile ne mentionne pas les béatitudes comme Mathieu et Luc. C’est donc l’unique béatitude de l’évangile selon saint Jean. Jésus donne à Thomas une preuve tangible de sa résurrection mais il a voulu que les hommes soient libres de le rejeter ou de le choisir, et pour cela il s’est manifesté tout en restant discret. Si Dieu était visible à nos yeux, alors il n’y aurait pas de place pour la foi, tout le monde serait attiré par lui mais comme aimantés, sans faire le libre choix de l’aimer. Dieu nous a aimé en premier, il attend de nous une réponse à son amour car il sait que c’est notre foi en lui qui nous rend heureux.

Source : MN THABUT, L’intelligence des Ecritures, Artège

Activité
Commentaire du dessin : désigner Jésus et Thomas. Coloriage du dessin.

« Heureux ceux qui croient sans avoir vu » Jean 20, 29











 
Contacts | Mentions légales | Plan du site | Contributeurs | Espace privé | RSS | cef.fr | messesinfo.cef.fr | rcf.fr | webTvCn.eu | domaine-castille.fr | bonnenouvelle.fr

Conception et développement : bonnenouvelle.fr

http://www.diocese-frejus-toulon.com/Deuxieme-dimanche-de-Paques-annee,4092.html