Eglise Catholique du Var - diocese-frejus-toulon.com

« Voici la servante du Seigneur ; que tout se passe pour moi selon ta parole. »

Evangile de Jésus Christ selon saint Luc (1, 37)

FR | EN | PT |
Newsletter de l'église du var




Auteur d’une Liturgie des Enfants


devenir prêtre faire un don

LA BONNE NOUVELLE DU JOUR

Evangile

-


nouveaux articles

nouveaux articles la foi pour les nuls

Cinquième dimanche de Pâques, année B

  Publié le dimanche 6 mai 2012 , par Chantal de la Motte

Fiche de liturgie pour le dimanche 6 mai 2012








Accueil des enfants
Nous faisons ensemble un signe de croix. Chaque enfant peut dire son prénom pour se présenter et pour se mettre en présence de Dieu. Jésus est là avec les enfants, comme avec leurs parents qui sont dans l’église. Nous écoutons la même Parole de Dieu que les parents, et que tous les hommes du monde entier aujourd’hui. Lire l’Evangile dans un missel plutôt que sur une feuille volante. Les enfants peuvent venir en procession embrasser la Parole (le livre ouvert) après la proclamation de l’Evangile, en chantant (par exemple « Que vive mon âme à te louer ! »)

Rappel du temps liturgique
Nous sommes dans le temps de Pâques, jusqu’à la fête de la Pentecôte.

Acclamation de l’Evangile
Alléluia !

Evangile de Jésus Christ selon saint Jean (15, 1-8)
A l’heure où Jésus passait de ce monde à son Père, il disait à ses disciples : « Moi, je suis la vraie vigne, et mon Père est le vigneron. Tout sarment qui est en moi, mais qui ne porte pas de fruit, mon Père l’enlève ; tout sarment qui donne du fruit, il le nettoie, pour qu’il en donne davantage. Mais vous, déjà vous voici nets et purifiés grâce à la parole que je vous ai dite : ‘Demeurez en moi, comme je demeure en vous’. De même que le sarment ne peut pas porter du fruit par lui-même s’il ne demeure pas sur la vigne, de même vous non plus, si vous ne demeurez pas en moi. Moi je suis la vigne, et vous, les sarments. Celui qui demeure en moi, et en qui je demeure, celui-là donne beaucoup de fruit, car, en dehors de moi, vous ne pouvez rien faire. Si quelqu’un ne demeure pas en moi, il est comme un sarment qu’on a jeté dehors, et qui se dessèche. Les sarments secs, on les ramasse, on les jette au feu, et ils brûlent. Si vous demeurez en moi, et que mes paroles demeurent en vous, demandez tout ce que vous voudrez, et vous l’obtiendrez. Ce qui fait la gloire de mon Père, c’est que vous donniez beaucoup de fruit : ainsi, vous serez pour moi des disciples. »

Pistes de réflexion
L’évangile de Jean est bien différent des synoptiques Matthieu, Marc et Luc que nous lisons successivement au cours des trois années liturgiques A, B et C. Le quatrième évangile est donné pour des temps privilégiés comme le temps de Pâques. Le style n’est pas journalistique, plutôt méditatif.
« A l’heure où Jésus passait de ce monde à son Père » L’évangile de ce jour se passe au dernier soir de Jésus, le jeudi saint. Jean ne parle pas de la dernière cène, mais il est le seul à relater le lavement des pieds. Après avoir lavé les pieds de ses disciples, il leur livre son testament, le message essentiel de son amour, puis prie son Père à haute voix. Ecoutons bien ce message que Jésus veut nous livrer avant de mourir.
Il est sous forme d’une parabole dont les juifs sont familiers, la vigne étant une image souvent citée dans l’Ancien Testament pour évoquer l’Alliance entre Dieu et son peuple.
Le Père est le vigneron.
Jésus est la vigne.
Nous sommes les sarments.
Et les fruits ? Le fruit premier est l’amour, et de l’amour découle la joie, la paix …
La vigne est une plante qui demande beaucoup de soin pour donner de bons raisins. Le vigneron chérit sa vigne, se soucie d’elle quotidiennement. Les sarments, pour donner du fruit, ne doivent pas être séparés de la vigne, ils en dépendent car reçoivent sa sève nécessaire à la vie.
« Demeurez en moi, comme je demeure en vous » Comme le sarment vit de la vigne, nous devons rester unis au Christ pour vivre : ce n’est pas une option, un choix de vie, c’est une réalité. Jésus va même jusqu’à dire « en dehors de moi, vous ne pouvez rien faire. »
Quand nous sommes éloignés de Jésus, nous continuons à vivre mais notre âme est comme morte, notre cœur a du mal à aimer, à pardonner. Jésus a un cœur débordant d’amour qui ne demande qu’à combler notre cœur : laissons-nous aimer ! Jésus ne nous demande pas de sacrifices, il nous demande une seule chose : d’avoir confiance en lui, de croire que notre vie dépend de lui.

Source : « L’intelligence des Ecritures », MN Thabut, ed. Soceval

Activité
Coloriage du dessin.

« Moi, je suis la vraie vigne, et mon Père est le vigneron » Jean 15, 1











 
Contacts | Mentions légales | Plan du site | Contributeurs | Espace privé | RSS | cef.fr | messesinfo.cef.fr | rcf.fr | webTvCn.eu | domaine-castille.fr | bonnenouvelle.fr

Conception et développement : bonnenouvelle.fr

http://www.diocese-frejus-toulon.com/Cinquieme-dimanche-de-Paques-annee,4124.html