Eglise Catholique du Var - diocese-frejus-toulon.com

Celui qui veut devenir grand parmi vous
sera votre serviteur.

Saint Marc (chapitre 10, verset 43)

FR | EN | PT |
Newsletter de l'église du var




Soutenir ce projet nouveaux articles

CRISE GLOBALE, POLLUTION GLOBALE

  Publié le vendredi 14 septembre 2012

La mise en évidence du caractère global de la pollution du milieu est un des faits marquants de la science environnementale récente. On peut citer de manière non exhaustive l’étude menée par la Direction générale de l’alimentation[1] qui a démontré la présence de métaux lourds et d’autres polluants (essentiellement des mycotoxines) dans les produits issus de l’agriculture biologique parfois à des doses supérieures aux concentrations détectées dans les produit issus de l’agriculture classique !


Par Philippe Conte, responsable de la Commission Environnement de l’Observatoire sociopolitique du diocèse de Fréjus-Toulon

Dans ce cas précis, il ne s’agissait pas de non-respect du cahier des charges de l’agriculture biologique (car l’étude démontrait parallèlement l’absence de résidus de pesticides à l’inverse des produit issus de l’agriculture classique) mais de l’impact de la pollution globale du milieu. Une étude similaire a ainsi démontré aux pays bas que les œufs issus d’élevages en plein champs avaient des taux de pollution à la dioxine supérieurs à ceux provenant d’élevage en batterie. La cause ? La pollution des sols du fait d’activités industrielles situées à proximité !

De même plusieurs études ont révélé la toxicité combinée de micropolluants. Ainsi le Bureau européen des unions de consommateurs[2] affirmait suite à une étude : « les mélanges de PE [perturbateur endocrinien] peuvent avoir des effets qui dépassent ceux attendus des produits chimiques concernés pris séparément, en particulier lorsqu’ils ont des effets similaires. Cet "effet cocktail" peut apparaître avec des doses inférieures à celles pour lesquelles chaque PE est censé avoir un impact négatif ».

Cette recherche sur les effets combinés, comme celle sur l’effet cumulatif de très faibles doses sont parmi les axes de recherches principaux de la science. A cet égard, un thème fait d’ailleurs l’objet d’une attention particulière, c’est celui de la pollution du milieu par les médicaments.

Un rapport récent[3] du Conseil Général de l’environnement et du développement durable mettait ainsi en évidence le défaut en France de toute évaluation sérieuse du risque environnemental constitué par l’usage massif de médicaments. De plus le document note l’absence de toute analyse dans « le rapport bénéfice-risque, base de la décision d’AMM[4], du risque pour l’environnement ». Pourtant la France est le premier consommateur européen de produits pharmaceutiques !

D’autres pays ont davantage pris en compte cette problématique. Ainsi la Suède a mis en place une classification environnementale des médicaments. Ake Wennmalm responsable scientifique du département environnement du Conseil de la ville de Stockholm déclarait récemment lors d’un colloque : « Les concentrations de médicaments relevées dans les poissons étaient 1.000 fois plus élevées que dans les eaux. Si nous savons que cela a un impact sur le comportement et la reproduction des organismes aquatiques, les effets chez l’homme d’une exposition chronique à faible dose ne sont pas connus ». Aussi le gouvernement suédois réfléchit-il à la mise en œuvre de mesures incitatives (taxes ou subventions) vis-à-vis de l’industrie pharmaceutique.

Cette classification[5] est d’autre part riche d’enseignements. En effet, pour évaluer la dangerosité globale d’une substance active, les chercheurs ont établi un barème basé sur la toxicité, la persistance et la bioaccumulation, critères qui sont mis en relation avec le « volume in DDD »[6]. Il n’est pas surprenant de trouver l’ethinyl-estradiol (molécule active de la plupart des contraceptifs oraux) qui seule molécule sur 355 ( !) combine large diffusion (plus de 20 millions de doses journalières) et écotoxicité élevée. En France ce problème majeur n’est tout simplement pas évalué !

Crise globale, pollution globale disions-nous. L’ethinyl-estradiol peut être regardé à la fois comme point de convergence et comme révélateur des crises morale, sociétale et environnementale.

[1] Etude parue dans le numéro de juin/juillet 2001 de « Notre alimentation ».

[2] Communiqué du 21 février 2012.

[3] « Médicament et environnement La régulation du médicament vis-à-vis du risque environnemental ». Novembre 2010

[4] Autorisation de Mise sur le Marché.

[5] « Environmentally Classified Pharmaceuticals 2012 » Stockholm County Council

[6] volume in DDD = Defined Daily Doses. Les ventes des différentes substances -prescriptions et consommations hospitalières - évaluées par doses journalières sur un an sur l’arrondissement de Stockholm.







observatoire@diocese-frejus-toulon.com

http://placedeleglise.fr

 




 
Contacts | Mentions légales | Plan du site | Contributeurs | Espace privé | RSS | cef.fr | messesinfo.cef.fr | rcf.fr | webTvCn.eu | domaine-castille.fr | bonnenouvelle.fr

Conception et développement : bonnenouvelle.fr

http://www.diocese-frejus-toulon.com/CRISE-GLOBALE-POLLUTION-GLOBALE.html