Eglise Catholique du Var - diocese-frejus-toulon.com

« Soudain viendra dans son Temple
le Seigneur que vous cherchez »
(Malachie 3, 1-4)

FR | EN | PT |
Newsletter de l'église du var



devenir prÍtre faire un don

LA BONNE NOUVELLE DU JOUR

Evangile

-


nouveaux articles

nouveaux articles
Accueil du site > Eglise du Var Paroisses > Paroisses > Ollioules - Saint-Laurent > Une paroisse en prière > Année 2019- Homélie pour le 4ème dimanche de Carême (JA).

Année 2019- Homélie pour le 4ème dimanche de Carême (JA).

  Publié le jeudi 4 avril 2019 , par Philippe Roy

Tout cela vient de Dieu, il nous a réconciliés avec lui par le Christ et il nous a donné le ministère de la réconciliation. Car c’est bien Dieu qui, dans le Christ, réconciliait le monde avec lui : il n’a pas tenu compte des fautes, et il a déposé en nous la parole de la réconciliation.


Nous voici déjà au 4ème dimanche de Carême, appelé aussi “dimanche de laetare”, “dimanche de la joie” . Le mot latin “laetare” se traduit par “se réjouir”, mot qui ouvre l’introït du propre de la messe de ce dimanche de Carême.L’introït entier est le suivant :
« Réjouis-toi, Jérusalem ! Et rassemblez-vous, vous tous qui l’aimez : soyez dans le bonheur, réjouissez-vous avec allégresse, vous qui avez été dans la tristesse : vous pouvez bondir de joie et vous rassasier du lait de consolation qui est pour vous ».

La liturgie romaine, qui suspend les exercices pénitentiels les dimanches (c’est pourquoi le Carême compte quarante-six jours), les marque tout de même d’une certaine austérité, on ne chante pas le Gloria ni l’Alléluia lors de la messe, on porte les ornements violets, il n’y a plus de fleur et les instruments de musique, l’orgue, diminuent. Cette austérité est tempérée le dimanche de Lætare, aujourd’hui, par la prise des ornements roses. Cette couleur de l’aurore, qui nous fait penser au grand jour qui se lève, et qui est aussi la couleur qui provient du mélange du violet, couleur pénitentielle utilisée pendant tout le carême, et du blanc, couleur de fête, qu’on utilisera spécialement pendant les jours de Pâques. Ce qui marque, au milieu de ces temps de pénitence, une pause où l’Eglise vise à mieux faire entrevoir la joie qu’elle prépare et à donner du courage pour les dernières étapes à parcourir et à rendre grâce pour les œuvres déjà accomplies.
A la moitié du chemin nous pouvons déjà entrevoir le but : la passion et la résurrection de notre Seigneur Jésus Christ. La joie de ce jour est donc la joie du salut !

« Tout cela vient de Dieu, dit saint Paul, il nous a réconciliés avec lui par le Christ, et il nous a donné le ministère de la réconciliation. Car c’est bien Dieu qui, dans le Christ, réconciliait le monde avec lui : il n’a pas tenu compte des fautes, et il a déposé en nous la parole de la réconciliation ». Voilà le motif ultime de notre joie.

La première lecture tirée du livre de Josué allait dans le même sens : le Seigneur dit à Josué : « Aujourd’hui, j’ai enlevé de vous le déshonneur de l’Egypte » (Josué 5,9a). L’Egypte représentait l’esclavage du péché ; et c’est le péché le seul vrai déshonneur. Une fois le péché enlevé, pardonné, il n’y a que la joie : un avant-goût du bonheur du ciel.

Jésus dans l’Evangile nous apprend aussi en images, par la parabole du fils prodigue, la même vérité : c’est le pardon ce qui constitue la joie du ciel et de la terre.

Ayant dit cela, je voudrais souligner quelques détails de cette belle parabole commentée par les Pères de l’Église.
Saint Pierre Chrysologue : « Je me lèverai et j’irai vers mon père. Celui qui dit ces paroles gisait à terre. Il prend conscience de sa chute, il se rend compte de sa ruine, il se voit enfoncé dans le péché et il s’écrie : Je me lèverai et j’irai vers mon père. D’où lui vient cet espoir, cette assurance, cette confiance ? Du fait même qu’il s’agit de son père. J’ai perdu, se dit-il, ma qualité de fils ; mais lui n’a pas perdu celle de père. Il n’est point besoin d’un étranger pour intercéder auprès d’un père : c’est l’affection même de celui-ci qui intervient et qui supplie au plus profond de son cœur. Ses entrailles paternelles le pressent à engendrer de nouveau son fils par le pardon. Coupable, j’irai donc vers mon père. Et le père, à la vue de son fils, voile immédiatement sa faute. A son rôle de juge il préfère celui de père. Il transforme tout de suite la sentence en pardon, lui qui désire le retour du fils et non sa perte ».

Saint Jean Chrysostome : « Le père n’adresse point la parole à son fils, mais à ses serviteurs, parce que le pécheur repentant est tout entier à la prière, et ne reçoit pas une réponse verbale, mais prouve intérieurement les effets puissants de la miséricorde divine ».

Saint Ambroise : « Notre-Seigneur nous représente son Père se livrant à la joie d’un festin, pour nous montrer que le salut de notre âme est la nourriture de son Père, et que la rémission de nos péchés est sa joie ».

Saint Jean Chrysostome : « Le père se réjouit du retour de son fils, et en signe de joie fait un festin avec le veau gras ; ainsi le Créateur se réjouit des fruits de miséricorde produits par l’immolation de son Fils, et l’acquisition du peuple fidèle est pour lui comme un festin de joie : car mon fils que voilà était mort, et il est revenu à la vie ; il était perdu, et il est retrouvé ».

Saint Pierre Chrysologue : « Comme il était encore loin, son père l’aperçut et fut saisi de compassion ; il courut se jeter à son cou et le couvrit de baisers. Je le demande, quelle place y aurait-il ici pour le désespoir, quelle occasion pour une excuse ou pour un semblant de crainte ? A moins peut-être que la rencontre avec le Père ne nous fasse peur et que son baiser nous inspire de la crainte ; à moins peut-être que nous croyions que c’est pour prendre et se venger et non pour accueillir et pardonner que le Père vient et attire son enfant par la main, qu’il le serre contre son cœur et l’entoure de ses bras. Mais cette pensée destructrice de la vie, cette ennemie de notre salut est mise hors de combat par ce qui suit : Le père dit à ses serviteurs : mangeons et festoyons, car mon fils que voilà était mort, et il est revenu à la vie ; il était perdu, et il est retrouvé. Après avoir entendu cela pouvons-nous encore retarder notre retour vers le Père ? »

Mes chers frères et sœurs, ne ratons pas la joie du pardon, qui est d’abord, comme le dit le Christ, la joie de notre Père du Ciel et de ses anges. Découvrons par la foi l’amour de Dieu pour nous. _
Que notre Mère du Ciel, mère de miséricorde, nous guide en ce chemin de retour au Père.

Ainsi soit-il.










 

Conception et développement : bonnenouvelle.fr