Eglise Catholique du Var - diocese-frejus-toulon.com

« Soudain viendra dans son Temple
le Seigneur que vous cherchez »
(Malachie 3, 1-4)

FR | EN | PT |
Newsletter de l'église du var



devenir prÍtre faire un don

LA BONNE NOUVELLE DU JOUR

Evangile

-


nouveaux articles

nouveaux articles
Accueil du site > Eglise du Var Paroisses > Paroisses > Ollioules - Saint-Laurent > Une paroisse en prière > Année 2019-Homélie pour le 4ème dimanche de Pâques (JA).

Année 2019-Homélie pour le 4ème dimanche de Pâques (JA).

  Publié le dimanche 12 mai 2019 , par Philippe Roy

La relation que Jésus, le Bon Pasteur, veut établir avec ses brebis n’est pas une relation superficielle ou simplement humaine comme celle qui existe entre un maitre et ses disciples ou entre un homme politique et ses partisans, mais une relation profonde voulue par le Père céleste.


C’est aujourd’hui le dimanche du Bon Pasteur. Le Christ est le Pasteur et nous sommes ses brebis. Il nous connaît, nous guide, nous défend et nous fait entrer pour l’éternité dans sa bergerie.

« L’Agneau qui se tient au milieu du Trône sera leur pasteur pour les conduire aux sources des eaux de la vie  » avons-nous lu dans la deuxième lecture tirée du livre de l’Apocalypses (Ap 7, 17). L’Agneau s’est fait Pasteur. Nous avons adoré, fêté et mangé l’Agneau ; aujourd’hui nous adorons, nous fêtons et nous mangeons le Pasteur. Et, chose merveilleuse, l’Agneau et le Pasteur, ne font qu’un, Jésus lui-même.

Le bref passage de l’Evangile que nous avons lu aujourd’hui complète la première partie dans laquelle Jésus déclarait être le Bon Pasteur (Jn 10, 1-18). C’est saint Jean qui a écrit cela : « Je suis le Bon Pasteur  ». L’Esprit Saint qui l’a fait écrire en grec lui a fait écrire : «  ego eimi jo poimen jo kalos », c’est-à-dire « je suis le bon berger », mais en grec il a mis un article devant le mot Pasteur, et un article devant l’adjectif bon ; en sorte que notre Seigneur a dit : « Je suis le Pasteur, le bon  ».
Ainsi Jésus veut nous dire : il est venu des mercenaires, il est venu des loups ; mais moi je suis le Pasteur. Il est venu aussi des pasteurs envoyés par moi ; ils étaient hommes, pauvres et faibles ; moi je suis le Bon.
« Le bon Pasteur, dit Notre-Seigneur, donne sa vie pour ses brebis  ». C’est le signe auquel on reconnaît le bon. Les autres tondent les brebis, les tuent, les mangent. Mais le bon se fait tuer pour elles et manger par elles. Voilà les signes auxquels on reconnaît le bon. Ainsi il est évident que Jésus est le bon !
Etant le Pasteur il se sacrifie et se donne en nourriture dans l’Eucharistie. Et il se donne tous les jours et à tous, jusqu’à la fin du monde. Sa chair, toujours renaissante dans l’Eucharistie, suffit à nourrir tout le troupeau. Ainsi il est évident que Jésus est le bon ! Adorons-le maintenant pour le manger bientôt.

Le Bon Pasteur nous parle ensuite de la relation qu’il entretient avec ses brebis : « Mes brebis écoutent ma voix ; moi, je les connais, et elles me suivent. Je leur donne la vie éternelle  ».
« Mes brebis écoutent ma voix  », c’est-à-dire, elles obéissent de cœur à mes préceptes ; elles écoutent « ma voix  » elles s’intéressent à entendre ma parole et non celle de mercenaires, de faux pasteurs.
« Moi, je les connais » c’est-à-dire, je les choisis. « Je connaît mes brebis  » dit Jésus. Voilà encore un trait qui aide à reconnaitre le Bon Pasteur : il connait ses brebis. Il les connait toutes ; il les connait en tout. Il sait leurs infirmités et il y est sensible, il vient en aide ; il sait leur bien et il en est l’auteur ; il sait leurs péchés et il en est le remède, c’est lui qui pardonne et fait miséricorde ; il sait leurs miracles et il en est la cause.
Cette connaissance en Notre Seigneur est pleine de douceur, de tendresse et d’amour ; car, pour lui, connaitre et aimer, c’est tout un. En effet Jésus nous connait comme le Père le connait Lui, son Fils éternel.
« Et elles me suivent » en marchant ici dans les voies de la douceur et de l’innocence, dans les voies des béatitudes prêchées et vécues par le Bon Pasteur, dans la voie étroite qui seule conduit à la vie. « Si quelqu’un veut venir après moi, qu’il renonce à lui-même, qu’il se charge de sa croix et qu’il me suive  ».
Et en entrant ensuite dans les joies de la vie éternelle : «  Et je leur donne la vie éternelle ».
« Jamais elles ne périront, et personne ne les arrachera de ma main. Mon Père, qui me les a données, est plus grand que tout, et personne ne peut les arracher de la main du Père  ». La relation que Jésus, le Bon Pasteur, veut établir avec ses brebis n’est pas une relation superficielle ou simplement humaine comme celle qui existe entre un maitre et ses disciples ou entre un homme politique et ses partisans, mais une relation profonde voulue par le Père céleste. Il s’agit même d’une relation encore plus profonde que celle qui existe entre les parents et leur enfant. Les parents communiquent la vie à leur enfant, ils lui donnent un corps, un nom, une famille ; mais Jésus, donne non seulement la vie naturelle mais aussi la vie surnaturelle, la vie éternelle, par la grâce ; il nous donne de devenir enfants de Dieu.
C’est par la foi que nous participons à la vie éternelle, à la vie qui ne finit jamais et qui n’est pas détruite par la mort, qui la surpasse et la dépasse comme un obstacle. Cette vie éternelle, nous la possédons déjà. Chaque fois que nous recevons le Corps et le Sang du Christ, nous sommes rendus participants de la charité divine.
« Le Père et moi, nous sommes Un » termine Jésus. Et saint Jean Chrysostome commente : « afin que vous ne puissiez soupçonner que la puissance du Père vient au secours de la puissance du Fils, pour mettre les brebis en sûreté, Notre Seigneur ajoute : « Mon Père et moi nous sommes un » ».
Et saint Augustin (Traité 48.) explique : « comprenez bien ces deux mots : « Un, » et « Nous sommes ». En disant : « Un », il fait référence à l’unité de leur nature : un unique et seul Dieu ; en disant : « Nous sommes, » il indique qu’il y a le Père et le Fils, c’est-à-dire, il y a une relation de personne à personne ».

Voilà notre espérance : si nous sommes dociles à l’Agneau de Dieu, à notre Pasteur, le Bon, lui-même nous donnera la vie éternelle. Celle-ci est déjà présente dans notre vie terrestre mais se manifestera pleinement après notre mort en nous introduisant dans la félicité éternelle.
Rendons grâce au Seigneur qui nous donne cette espérance. Jésus nous dit dans l’Evangile : « Je vous ai dit cela pour que ma joie soit en vous, et que vous soyez comblés de joie  » (Jn 15, 11).

Ainsi soit-il.










 

Conception et développement : bonnenouvelle.fr