Eglise Catholique du Var - diocese-frejus-toulon.com

« Soudain viendra dans son Temple
le Seigneur que vous cherchez »
(Malachie 3, 1-4)

FR | EN | PT |
Newsletter de l'église du var



devenir prÍtre faire un don

LA BONNE NOUVELLE DU JOUR

Evangile

-


nouveaux articles

nouveaux articles
Accueil du site > Eglise du Var Paroisses > Paroisses > Ollioules - Saint-Laurent > Une paroisse en prière > Année 2019-Homélie pour le 3ème dimanche de Carême (JA).

Année 2019-Homélie pour le 3ème dimanche de Carême (JA).

  Publié le samedi 23 mars 2019 , par Philippe Roy

Par cet enseignement où Il insiste sur l’importance de la conversion, Jésus veut nous prévenir de la ruine totale et irrémédiable que représente l’enfer, le châtiment éternel. C’est ce dernier malheur qu’il souhaite très fortement nous faire éviter. C’est le but de sa venue parmi les hommes, de sa mort sur la croix et de sa résurrection : nous faire échapper au pouvoir du démon afin de nous réjouir avec lui dans le Paradis.


La Parole de Dieu que nous venons de proclamer nous invite à penser sérieusement à la nécessité et à l’urgence de porter des fruits de conversion.

Saint Paul en reprenant, dans sa lettre aux Corinthiens, l’histoire du peuple juif déjà sorti de l’esclavage d’Egypte nous l’apprend clairement :
« Ces événements devaient nous servir d’exemple, pour nous empêcher de désirer ce qui est mal comme l’ont fait ces gens-là. Cessez de récriminer comme l’ont fait certains d’entre eux : ils ont été exterminés. Ce qui leur est arrivé devait servir d’exemple, et l’Ecriture l’a raconté pour nous avertir, nous qui nous trouvons à la fin des temps. Ainsi donc, celui qui se croit solide, qu’il fasse attention à ne pas tomber  ».
Le peuple juif possédait la connaissance du vrai Dieu ; il avait vu les merveilles accomplies par Dieu encore en terre d’Egypte et aussi au long du désert ; le peuple tout entier avait reçu les bienfaits de Dieu, comme le décrit Saint Paul. Mais malheureusement la plupart n’a pas su plaire à Dieu sur l’ensemble de la vie. Beaucoup d’entre eux ont abusé de l’immense bonté de Dieu. Ils ne se sont pas convertis à Dieu qui faisait preuve de miséricorde envers eux. Et c’est à cause de leurs fautes, de l’endurcissement de leurs cœurs qu’ils ont mérité le châtiment : aucun d’entre eux n’est entré dans la terre promise.
C’est vraiment étonnant de voir la patience miséricordieuse de Dieu à l’égard de son peuple, qui pourtant n’a pas su en tirer de profit.

Dans l’Evangile des gens présentent à Jésus une affaire afin qu’il donne son avis (des Galiléens ont été tués par le païens pendant qu’ils offraient leur sacrifice selon la loi). Notre Seigneur profite de l’occasion pour nous inciter à la conversion. Lui-même fait allusion à une autre affaire : la catastrophe de la tour de Siloé où dix-huit personnes sont mortes à cause de la chute de cette tour.
De nos jours nous pouvons aussi penser à tant et tant de maux, de malheurs, de catastrophes…
Mais Jésus en donnant son avis nous indique que ce n’est pas parce qu’ils sont beaucoup plus pécheurs que les autres qu’ils leur arrivent ces malheurs.
« Pensez-vous –dit Jésus– que ces Galiléens étaient de plus grands pécheurs que tous les autres Galiléens, pour avoir subi un tel sort ? Eh bien, je vous dis : pas du tout ! Mais si vous ne vous convertissez pas, vous périrez tous de même  ».
Et pour enlever tout doute, il insiste une deuxième fois :
« Et ces dix-huit personnes tuées par la chute de la tour de Siloé, pensez-vous qu’elles étaient plus coupables que tous les autres habitants de Jérusalem ? Eh bien, je vous dis : pas du tout ! Mais si vous ne vous convertissez pas, vous périrez tous de même ».
Les catastrophes et faits divers n’ont pas à être interprétés comme une punition pour les victimes, mais ils doivent être une occasion de lire les signes des temps et on doit les prendre comme des invitations à la conversion.
Par cet enseignement où Il insiste sur l’importance de la conversion, Jésus veut nous prévenir de la ruine totale et irrémédiable que représente l’enfer, le châtiment éternel. C’est ce dernier malheur qu’il souhaite très fortement nous faire éviter. C’est le but de sa venue parmi les hommes, de sa mort sur la croix et de sa résurrection : nous faire échapper au pouvoir du démon afin de nous réjouir avec lui dans le Paradis.
A cette fin Jésus termine en nous racontant la « parabole du figuier ». Le figuier c’est nous. Dieu nous visite afin de cueillir les fruits de notre conversion… une fois, deux fois, trois fois… il est patient, il aime son figuier, il lui donne les moyens pour qu’il porte des fruits : les sacrements, la prière, la pénitence, l’aumône... (c’est ce que signifie dans la parabole « bêcher autour de lui pour y mettre du fumier »). Mais si le figuier (si moi-même) ne produit jamais de fruit il ne sert à rien, il est prêt à être coupé et brulé.

Tout au long de ce temps de carême nous entendons «  le voici maintenant le moment favorable, le voici maintenant le jour du salut ». Aujourd’hui, là-même, c’est le moment de prendre la décision de me convertir au Seigneur, c’est-à-dire d’abandonner tout ce qui m’éloigne de Dieu quoi que ce soit, ou qui ne me conduit pas forcement à Lui, afin de revenir et m’attacher à Lui, le seul qui donne la paix et la joie véritables.

Je termine avec un texte du saint Curé d’Ars à ce sujet : « En dehors du Bon Dieu, voyez-vous, mes enfants, rien n’est solide, rien, rien ! Si c’est la vie, elle passe, si c’est la fortune elle s’écroule, si c’est la santé, elle est détruite, si c’est la réputation, elle est attaquée. Nous allons comme le vent... Tout s’en va grand train, tout se précipite. Ah ! Mon Dieu, mon Dieu, qu’ils sont donc à plaindre ceux qui mettent leur affection dans toutes ces choses ! Ils l’y mettent parce qu’ils s’aiment trop, mais ils ne s’aiment pas d’un amour raisonnable. Ils s’aiment avec l’amour d’eux-mêmes et du monde, en se cherchant, en cherchant les créatures plus que Dieu. C’est pourquoi ils ne sont jamais contents jamais tranquilles, ils sont toujours inquiets, toujours tourmentés, toujours bouleversés » .

Que la Vierge Marie, notre Mère, nous guide sur ce chemin de conversion. Que comme Elle nous puissions aimer Dieu.

Ainsi soit-il.










 

Conception et développement : bonnenouvelle.fr