Eglise Catholique du Var - diocese-frejus-toulon.com

« Soudain viendra dans son Temple
le Seigneur que vous cherchez »
(Malachie 3, 1-4)

FR | EN | PT |
Newsletter de l'église du var



devenir prÍtre faire un don

LA BONNE NOUVELLE DU JOUR

Evangile

-


nouveaux articles

nouveaux articles
Accueil du site > Eglise du Var Paroisses > Paroisses > Ollioules - Saint-Laurent > Une paroisse en prière > Année 2019-Homélie pour le 22ème dimanche du temps ordinaire (JA).

Année 2019-Homélie pour le 22ème dimanche du temps ordinaire (JA).

  Publié le mardi 3 septembre 2019 , par Philippe Roy

L’humilité est une vertu, c’est-à-dire qu’elle s’acquiert par la répétition des actes : en effet, on ne nait pas humble, on le devient. Elle nous pousse à faire le bien sans attendre de récompense en ce monde. La générosité désintéressée nous ouvre le chemin vers la joie d’être unis à Dieu, la joie de vivre dans l’amour qui vient de Dieu, Lui qui, le premier, nous a aimés gratuitement.


Jésus, dans l’Evangile de ce dimanche, nous exhorte, pour notre vie spirituelle, à toujours demeurer dans l’humilité et la générosité désintéressée qui sont, toutes deux, très importantes pour notre relation avec autrui.

Jésus participe à un repas dans la maison d’un des chefs des pharisiens et, en observant la manière qu’ont les invités de prendre les premières places, il donne un conseil à l’aide d’une image. L’exemple utilisé par Jésus peut d’ailleurs être valable en d’autres circonstances, son enseignement être utile pour d’autres moments et d’autres situations.
Jésus nous donne ce conseil : « Quand tu es invité à des noces, ne va pas te mettre à la première place ». Il en indique ensuite la raison en se fondant sur la psychologie humaine : « Car on peut avoir invité quelqu’un de plus important que toi. Alors, celui qui vous a invités, toi et lui, viendrait te dire : "Cède-lui ta place", et tu irais, plein de honte, prendre la dernière place ».
Jésus nous donne un conseil qui vise à nous éviter une humiliation, mais pour l’éviter il nous conseille justement de nous humilier nous-mêmes : «  Quand tu es invité, va te mettre à la dernière place. Alors, quand viendra celui qui t’a invité, il te dira : "Mon ami, avance plus haut", et ce sera pour toi un honneur aux yeux de tous ceux qui sont à table avec toi  ».
Il est, pour nous, difficile de suivre ce conseil de Jésus car nous cherchons naturellement à occuper les premières places et nous n’acceptons pas volontiers de nous retrouver à la dernière.
Mais cette attitude humble proposée par Jésus est très importante.
L’humilité est une vertu, c’est-à-dire qu’elle s’acquiert par la répétition des actes : en effet, on ne nait pas humble, on le devient. Il nous faut renoncer à la recherche effrénée des honneurs, il nous faut chercher la dernière place, et savoir recevoir de Dieu seul l’honneur et la gloire.
Jésus veut que nous adoptions une attitude humble car l’humilité est une condition indispensable à la pratique de la charité. Les pires obstacles à l’amour sont l’orgueil et la superbe qui veulent posséder les honneurs en eux-mêmes. L’humilité, au contraire, nous pousse à faire le bien sans attendre de récompense en ce monde.

Jésus nous donne ensuite un autre exemple et nous conseille d’agir avec une générosité désintéressée. Il dit d’une manière surprenante : « Quand tu donnes un déjeuner ou un diner, n’invite pas tes amis, ni tes frères, ni tes parents, ni de riches voisins  ». Un tel conseil peut sembler bien étrange car, pour un déjeuner on invite habituellement sa famille et ses amis.
Pourquoi Jésus nous recommande-t-il d’agir ainsi ?
La raison qu’il donne lui-même est assez surprenante : « Sinon, eux aussi te rendraient l’invitation et ce serait pour toi un don en retour ». Quel mal peut-il y avoir à rendre le bien qu’on a reçu ? Il est difficile de comprendre immédiatement le motif de ce conseil de Jésus.
Mais il ajoute alors : « Quand tu donnes un festin, invite des pauvres, des estropiés, des boiteux, des aveugles ; et tu seras heureux, parce qu’ils n’ont rien à te rendre  ». Il est étonnant de trouver le bonheur dans le fait que nos débiteurs n’ont rien à nous rendre !
Mais Jésus nous donne à la fin la clé de tout ce discours : « Cela te sera rendu à la résurrection des justes ». La récompense sera une récompense divine bien supérieure à tout ce que peuvent nous rendre les hommes. Nous avons pour habitude d’attendre que l’on nous rende ce que l’on donne, mais cela vicie les relations en introduisant l’intérêt personnel dans une relation qui devrait être généreuse et gratuite.
Jésus nous invite ainsi à la générosité désintéressée pour nous ouvrir le chemin vers une joie d’une qualité bien supérieure : la joie d’être unis à Dieu dans une générosité désintéressée, la joie de vivre dans l’amour qui vient de Dieu et qui nous unit à Lui. Lui qui, le premier, nous a aimés gratuitement.

Humilité et générosité désintéressée, voilà des vertus qui bâtissent la cité de Dieu. Il s’agit des vertus déjà recommandée dans l’Ancien Testament. La première lecture nous dit en effet : «  Mon fils, accomplis toute chose dans l’humilité, et tu seras aimé plus qu’un bienfaiteur. Plus tu es grand, plus il faut t’abaisser  ». Saint Paul dans sa lettre aux Philippiens (2, 5-11) confirme cette doctrine en mettant en lumière l’exemple de Jésus : « Ayez en vous les dispositions qui sont dans le Christ Jésus : Le Christ Jésus, ayant la condition de Dieu, ne retint pas jalousement le rang qui l’égalait à Dieu. Mais il s’est anéanti, prenant la condition de serviteur, devenant semblable aux hommes. Reconnu homme à son aspect, il s’est abaissé, devenant obéissant jusqu’à la mort, et la mort de la croix. C’est pourquoi Dieu l’a exalté : il l’a doté du Nom qui est au-dessus de tout nom, afin qu’au nom de Jésus tout genou fléchisse au ciel, sur terre et aux enfers, et que toute langue proclame : « Jésus Christ est Seigneur » à la gloire de Dieu le Père ».

Que la Vierge Marie, l’humble servante du Seigneur, intercède pour nous, ses enfants.
_ Ainsi soit-il.










 

Conception et développement : bonnenouvelle.fr