Eglise Catholique du Var - diocese-frejus-toulon.com

« Soudain viendra dans son Temple
le Seigneur que vous cherchez »
(Malachie 3, 1-4)

FR | EN | PT |
Newsletter de l'église du var



devenir prÍtre faire un don

LA BONNE NOUVELLE DU JOUR

Evangile

-


nouveaux articles

nouveaux articles
Accueil du site > Eglise du Var Paroisses > Paroisses > Ollioules - Saint-Laurent > Une paroisse en prière > Année 2019-Homélie pour la solennité de la Pentecôte (JGA).

Année 2019-Homélie pour la solennité de la Pentecôte (JGA).

  Publié le lundi 10 juin 2019 , par Philippe Roy

Le vent souffle où il veut...

« Viens, Esprit Saint en nos cœurs et envoie du haut du ciel un rayon de ta lumière ».


En ce dimanche de Pentecôte, méditons ensemble sur l’importance du Saint-Esprit dans notre vie.
L’Esprit Saint est la troisième personne de la Trinité. Dans la Bible plusieurs noms et titres lui sont attribués. En voici quelques-uns : "Défenseur" (Jn 14,15) ; "Esprit de l’Eternel, Esprit de sagesse et d’intelligence, Esprit de conseil et de force, Esprit de connaissance et de crainte " (Eph 11,2) ; "Consolateur, Esprit de vérité" (Jn 14,16-17) ; "Esprit de vie" (Rm 8:2) ; Esprit de la promesse (Ga 3,14), Esprit d’adoption (Rm 8,15) ; Esprit du Christ (Rm 8,11) ; Esprit du Seigneur (2 Co 3, 17) ; Esprit de Dieu (Rm 8,9) ; Esprit de gloire (1 P 4,14) ; "le Saint-Esprit est le sceau de Dieu sur nous" (Eph 1,13-14) ; "le Saint-Esprit intercède et prie pour nous" (Rm 8,26) ; "l’Esprit Saint nous enseignera toutes choses" (Jn 14,26)...

En parlant de l’Esprit Saint Jésus disait à Nicodème :
« Le vent souffle où il veut : tu entends sa voix, mais tu ne sais ni d’où il vient ni où il va. Il en est ainsi pour qui est né du souffle de l’Esprit » (Jn 3,8).
L’Esprit Saint est le Maitre intérieur qui veut conduire chacun de nous à la sainteté mais par des chemins différents. Dieu nous appelle à la sainteté : « Soyez saints, car moi le Seigneur votre Dieu, je suis saint » (1 P 1,16) mais la sainteté ne consiste pas dans l’application d’une formule mathématique à notre vie, on devient saints dans la mesure où l’on suit les inspirations, le souffle, du Saint Esprit. Le Seigneur a un secret, un chemin, un plan, un projet particulier pour chacun de nous : un projet de sainteté extraordinaire, un sentier vierge que personne n’a jamais parcouru avant nous et qui nous attend.

Le père Cornelio Fabro, dans son ouvrage “Profili dei santi”, l’explique de très belle manière : « chez les saints, la conversation avec les créatures n’est autre que l’écho, le fruit et le témoignage de leur conversation avec Dieu : la relation intime du saint avec Dieu est liée à un secret, fermé à tout regard profane : le champ de la sainteté est exactement aux antipodes de celui de la curiosité. Chaque saint avait son secret qui le liait à Dieu dans l’abandon de l’immolation complète : (...) ce secret est le véritable point de liaison et la clé des harmonies que le Saint-Esprit puise dans la nature humaine fragile lorsqu’il écoute avec obéissance ses invitations ineffables ».

Le Saint-Esprit révèle au plus intime de notre cœur le secret de la sainteté, différent pour chaque homme. Regardons un peu l’histoire de l’Eglise et émerveillons nous encore une fois : il n’y a pas deux égaux, il n’y a pas deux chemins pareils.
Saint Paul juif, persécuteur des chrétiens, touché par le Christ il recevra de l’Esprit son secret : il deviendra l’apôtre des nations païennes, il donnera sa vie à Rome pour Jésus. Le vent souffle où il veut...
Saint Ignace, capitan de l’armée de Navarre, orgueilleux et plein de vanité, amoureux d’une femme déjà mariée, blessé au combat, l’Esprit lui fait découvrir la vie de saints et la question se pose donc pour lui : pourquoi ne pourrais-je pas faire ce qu’ont fait Saint François, Saint Dominique et tant d’autres ? Tout faire pour la plus grande gloire de Dieu sera le secret de sa sainteté. Le vent souffle où il veut...
Saint François d’Assise, riche, amateur de fêtes et plaisirs, le Christ lui fait comprendre que le bonheur ne se trouve pas dans les vanités de ce monde qui passe mais dans l’imitation des humiliations de la Croix, il épousera donc "dame pauvreté" et avec son exemple convertira l’Europe. Le vent souffle où il veut...
Nous avons aussi un Saint Siméon le stylite, dont le secret de la sainteté est étonnant. Fils d’un pauvre berger, ermite austère, il fut pris pour un fou par les plus austères ermites de son entourage. Il vécut quelques années au fond d’un puits comme reclus, au sud d’Antioche. Puis il s’enchaîne sur une montagne. Enfin il monte sur une colonne chaque fois de plus en plus haute jusqu’à atteindre 16 mètres. C’est de là qu’il évangélise et converse avec les païens, aimable, courtois et toujours souriant. Le roi de Perse le vénère et lors d’un passage de pèlerins gaulois, il leur fit promettre de porter à sainte Geneviève de Paris ses meilleurs compliments. «  On n’allume pas une lampe pour la mettre cachée sous un boisseau, mais bien sur le lampadaire pour qu’elle éclaire » (Mat 5.15) disait-il à propos de la colonne où il se tenait. Le vent souffle où il veut...
Saint Louis, roi de France. Roi sage, pieux, rempli de bienveillance et de magnanimité, de prudence et de confiance dans la providence. Ayant réussi à pacifier et à rendre prospère son royaume de France l’Esprit lui dévoile son secret : il ne doit pas prendre une retraite dorée, ce n’est pas dans le calme de son palais qu’il trouvera la sainteté mais en mourant dans une extrême détresse loin de sa douce France, en faisant la guerre aux sarrasins pour libérer le Saint Sépulcre. Dans son testament il écrira à son fils : « Cher fils, je t’enseigne premièrement que tu aimes Dieu de tout ton cœur et de tout ton pouvoir, car sans cela personne ne peut rien valoir. Tu dois te garder de toutes choses que tu penseras devoir lui déplaire et qui sont en ton pouvoir, et spécialement tu dois avoir cette volonté que tu ne fasses un péché mortel pour nulle chose qui puisse arriver, et qu’avant de faire un péché mortel avec connaissance, que tu souffrirais que l’on te coupe les jambes et les bras et que l’on t’enlève la vie par le plus cruel martyre  ». Le vent souffle où il veut...
Regardons encore le secret de la sainteté. Jeanne. Sainte Jeanne d’Arc, humble bergère de Lorraine, qui à 13 ans eut l’apparition de saint Michel, sainte Marguerite et sainte Catherine, lui demandant d’aller libérer la France. A la suite de nombreuses péripéties, elle rencontra le roi, prit la tête de l’armée, fit libérer Orléans et sacrer le roi à Reims. Que de réussite pour une toute jeune fille sans instruction ! Averti par les "voix" qu’elle entendait, elle sut qu’elle tomberait aux mains de l’ennemi, ce qui arriva à Compiègne. Jugée par un tribunal ecclésiastique corrompu, elle fut condamnée à être brulée vive. Jeanne fut donc brulée un 30 mai, elle n’avait pas encore 20 ans. Bientôt réhabilitée, elle fut canonisée puis déclarée patronne secondaire de la France. S’il existe une exception française, c’est surtout dans cette intervention inouïe de Dieu pour la liberté de notre pays ! Le vent souffle où il veut...
Gianna Beretta Molla, (née le 4 octobre 1922, à Magenta, dans la province de Milan en Lombardie, morte le 28 avril 1962), médecin italienne. En 1961, au second mois d’une nouvelle grossesse, Gianna est atteinte d’un fibrome à l’utérus. Avant l’intervention chirurgicale pour le lui enlever, elle demande au chirurgien de sauver le fœtus. Quelques jours avant l’accouchement, elle dit que s’il fallait choisir entre la vie de son enfant et la sienne, il fallait sacrifier la sienne. Le 21 avril 1962, elle donne naissance à Gianna Emanuela. Pour Gianna commencent de longues souffrances. Malgré tous les soins qui lui sont prodigués, son état empire de jour en jour. Elle meurt le 28 avril, à l’âge de 39 ans. Gianna Beretta Molla a été béatifiée par le pape Jean-Paul II le 24 avril 1994 et canonisée le 16 mai 2004. Le pape Jean-Paul II a prononcé ces paroles : «  A l’exemple du Christ, qui ayant aimé les siens, les aima jusqu’à la fin (Jn 13, 1), cette sainte mère de famille resta héroïquement fidèle à l’engagement pris le jour de son mariage. Le sacrifice extrême qui scella sa vie, témoigne que seul celui qui a le courage de se donner totalement à Dieu et à ses frères se réalise lui-même  ». Le vent souffle où il veut...
Le secret de la sainteté de Maria Goretti a été de défendre sa pureté jusqu’à préférer mourir plutôt que d’offenser Jésus. Refusant les sollicitations malsaines d’Alessandro Serenelli, celui-là la frappera à mort de 14 coups de couteau. A l’hôpital, avant de mourir, elle pardonnera à son agresseur et priera pour sa conversion. Le vent souffle où il veut...

On pourrait continuer, la magnifique histoire de l’Eglise Catholique nous montre à chaque période que le vent souffle où il veut, que l’Esprit Saint est un esprit de liberté qui conduit chacun de ses enfants par des chemins différents. Aujourd’hui comme hier, il est possible d’être saint, car aujourd’hui comme hier, la grâce du Saint-Esprit, Celui qui accomplit l’œuvre de sanctification, est toujours présente, agissante et actuelle.
Dieu veut continuer à donner, comme Il l’a fait pour les apôtres et les saints, ce "feu" de l’Esprit à chaque homme, Il est libre de le faire quand et comme Il le veut, Il est esprit, et l’esprit « souffle où il veut » ( Jn 3, 8).

Quel est le secret de votre sainteté ? Demandons au Saint Esprit de nous le révéler.

« Viens, Esprit Saint en nos cœurs et envoie du haut du ciel un rayon de ta lumière  ».

Ainsi soit-il.










 

Conception et développement : bonnenouvelle.fr