Eglise Catholique du Var - diocese-frejus-toulon.com

« Soudain viendra dans son Temple
le Seigneur que vous cherchez »
(Malachie 3, 1-4)

FR | EN | PT |
Newsletter de l'église du var



devenir prÍtre faire un don

LA BONNE NOUVELLE DU JOUR

Evangile

-


nouveaux articles

nouveaux articles
Accueil du site > Eglise du Var Paroisses > Paroisses > Ollioules - Saint-Laurent > Une paroisse en prière > Année 2019- Homélie pour la fête de la Saint-Laurent.

Année 2019- Homélie pour la fête de la Saint-Laurent.

  Publié le lundi 12 août 2019 , par Philippe Roy

Et nous si nous aimons vraiment, nous devons imiter. Car nous ne pourrons pas produire un meilleur fruit de notre amour qu’en nous montrant nous aussi des imitateurs. « Le Christ a souffert pour nous et nous a laissé son exemple pour que nous suivions ses traces ».

Source :


Aujourd’hui, l’Eglise de Rome nous invite à fêter le jour où le bienheureux Laurent a triomphé, jour où il a terrassé le monde furieux, où il a dédaigné le monde flatteur et ainsi a doublement vaincu le démon persécuteur.
Dans l’Eglise de Rome il exerçait les fonctions de diacre, il avait pour charge l’administration des biens de l’Eglise romaine, ce qui était un poste d’importance considérable, beaucoup de premiers diacres devinrent Papes au cours de l’histoire.
Il fut mis à mort pendant la persécution de l’empereur Valérien (253-260) qui recherchait particulièrement à éliminer les membres de la hiérarchie sacerdotale et également à récupérer l’argent de l’Eglise. Dans l’Eglise de Rome il présentait le sang sacré du Christ et il répandit son propre sang pour le nom du Christ.
L’Apôtre saint Jean a mis en pleine clarté le mystère de la Cène du Seigneur lorsqu’il a dit : « Jésus a donné sa vie pour nous ; nous aussi, nous devons donner notre vie pour nos frères ». Saint Laurent a compris cela, il l’a compris et il l’a fait ; et ce qu’il avait consommé à cette table, c’est cela qu’il a voulu apprêter. Il a aimé le Christ par sa vie, il l’a aimé par sa mort.

Son martyr très impressionnant est relaté par des sources très anciennes et marquera des générations de chrétiens : Laurent fut arrêté et pendant sa captivité il convertit à la foi son gardien saint Hippolyte. Le préfet de Rome lui demanda alors de donner les biens de l’Eglise. Celui-ci demanda deux jours pour les apporter et il vint avec la troupe des pauvres et des malades auxquels il avait tout distribué et il dit : « voilà les trésors de l’Eglise » Il fut alors torturé et brulé sur un grill ardent et il raillait ses bourreaux en disant : « Tu peux me tourner maintenant, mon corps est assez cuit de ce coté » ! Plus tard il ajouta : « Me voici enfin suffisamment cuit, tu peux manger » ! Puis il se tourna vers le Seigneur en rendant grâces : « Je vous remercie, Seigneur de m’avoir admis à votre porte » ! Et il rendit l’esprit. Sur son tombeau s’élève une des sept basiliques patriarcales de Rome : la basilique saint Laurent hors-les-murs.

Et nous si nous aimons vraiment, nous devons imiter. Car nous ne pourrons pas produire un meilleur fruit de notre amour qu’en nous montrant nous aussi des imitateurs. « Le Christ a souffert pour nous et nous a laissé son exemple pour que nous suivions ses traces ». Par cette phrase, il semble que, pour l’apôtre Pierre, le Christ a souffert seulement pour ceux qui suivent ses traces, que la passion du Christ ne sert à rien, sinon à ceux qui suivent ses traces. En effet, les saints martyrs l’ont suivi jusqu’à répandre leur sang, jusqu’à imiter sa passion ; les martyrs l’ont suivi, mais ils ne sont pas les seuls. Après leur passage, le pont n’a pas été coupé ; après qu’ils ont bu, la source n’a pas tari.

Le jardin du Seigneur, ce jardin a toutes sortes de fleurs : non seulement les roses des martyrs, mais aussi les lis des vierges, le lierre des gens mariés, les violettes des veuves. Absolument aucune catégorie de gens ne doit désespérer de sa vocation : c’est pour nous que le Seigneur a souffert. C’est très véritablement ce qu’il est écrit de lui : « Il veut que tous les hommes soient sauvés et arrivent à connaître pleinement la vérité ».
Il faut donc comprendre comment, en dehors de l’effusion du sang et du risque de subir la passion, le chrétien doit suivre le Christ. L’apôtre dit, au sujet du Christ Seigneur : « Lui qui était dans la condition de Dieu, il n’a pas jugé bon de revendiquer son droit d’être traité à l’égal de Dieu. Quelle majesté ! Mais au contraire, il se dépouilla lui-même en prenant la condition de serviteur, devenu semblable aux hommes et reconnu comme un homme à son comportement » . Quel abaissement !

Le Christ s’est abaissé : voilà, chrétien, ce qui est à ta disposition. Le Christ s’est fait obéissant. Alors pourquoi es-tu orgueilleux ? Ensuite, après être allé jusqu’au bout de cet abaissement et avoir terrassé la mort, le Christ est monté au ciel : suivons-le. Ecoutons l’apôtre qui nous dit : « Si vous êtes ressuscités avec le Christ, recherchez les réalités d’en haut : c’est là qu’est le Christ, assis à la droite de Dieu » .

Dans le morceau qui reste de l’ancienne chaire de notre église, dans la chapelle de confessions, a été sculpté dans le bois le martyr de saint Laurent et nous lisons en caractères en or des paroles que notre diacre aurait prononcé avant de mourir : « Assatus gratias ago ! Bien grillé je rends grâce » ! Il ne nous est habituellement pas demandé des sacrifices aussi grands qu’à saint Laurent, mais veillons à imiter le Christ et notre saint patron dans les moments de difficultés et à garder le sourire, même dans les moments pénibles. « Vive la joie quand même » !

Ainsi soit il.










 

Conception et développement : bonnenouvelle.fr