Eglise Catholique du Var - diocese-frejus-toulon.com

« Voici la servante du Seigneur ; que tout se passe pour moi selon ta parole. »

Evangile de Jésus Christ selon saint Luc (1, 37)

FR | EN | PT |
Newsletter de l'église du var



Accueil du site > Actualités > Archives > Consécration à Saint Joseph > Actualité de saint Joseph : Patron du III° millénaire

Actualité de saint Joseph : Patron du III° millénaire

  Publié le lundi 6 février 2012 , par Yann de Rauglaudre

Cotignac : lien privilégié entre le diocèse de Frejus-Toulon et saint Joseph.
La France consacrée à saint Joseph : l’un des premiers actes de gouvernement du roi Louis XIV.
Redemptoris custos : exhortation apostolique du bienheureux Jean-Paul II.
Un père pour la Nouvelle Evangélisation.
Saint Joseph protecteur du Concile Vatican II.
L’année de la foi : Saint Joseph nous aidera à franchir le seuil de cette Année.


Cotignac

Il y a un lien privilégié entre le diocèse de Frejus-Toulon et saint Joseph. Le sanctuaire de Cotignac, au cœur du Var, nous rappelle la présence discrète et l’intercession efficace du père adoptif de Jésus. Alors que la Vierge Marie, Notre-Dame de Grâces, était apparue à un bûcheron en 1519 sur le Mont Verdaille, c’est à un humble berger qu’il réserva l’une de ses rares apparitions, au mois de juin 1660 non loin de là, au pied du Mont Bessillon. Saint Joseph se manifesta à Gaspard Ricard pour le désaltérer. Lui désignant un gros rocher, il dit simplement : "Je suis Joseph, enlève-le et tu boiras."

La France consacrée à saint Joseph

On sait peu que l’un des premiers actes de gouvernement du roi Louis XIV n’est pas sans rapport avec cet événement. Venu lui-même en pèlerinage à Cotignac quelques mois auparavant, il est très sensible à l’apparition de Saint Joseph et désire lui consacrer son royaume. C’est ce qu’il fait le 19 mars 1661, dix jours seulement après son accession au trône. Pour cette première célébration solennelle en France de la fête de saint Joseph, fête chômée, c’est Bossuet qui prononça le panégyrique dans la chapelle royale de Versailles.

Redemptoris custos

A l’occasion du centenaire de l’encyclique du Pape Léon XIII (Quamquam pluries, 15 août 1889), qui traitait du patronage de saint Joseph et de la très sainte Vierge, qu’il convient d’invoquer à cause de la difficulté des temps,le bienheureux Jean-Paul II livra le fruit de sa méditation sur Saint Joseph dans l’exhortation apostolique Redemptoris custos (15 août 1989). "En ces temps difficiles pour l’Eglise, rappelle-t-il, Pie IX, voulant la confier à la protection spéciale du saint patriarche Joseph le déclara Patron de l’Eglise catholique (1870)". Mais pour Jean-Paul II, il s’agissait moins d’alimenter et d’encourager la piété des fidèles que de désigner saint Joseph comme Patron de l’Eglise de notre temps et d’en montrer l’actualité. "Ce patronage doit être invoqué, et il est toujours nécessaire à l’Église, non seulement pour la défendre contre les dangers sans cesse renaissants mais aussi et surtout pour la soutenir dans ses efforts redoublés d’évangélisation du monde et de nouvelle évangélisation des pays et des nations "où - comme je l’ai écrit dans l’exhortation apostolique Christifideles laici - la religion et la vie chrétienne étaient autrefois on ne peut plus florissantes" et qui "sont maintenant mis à dure épreuve". Pour apporter la première annonce du Christ ou pour la présenter à nouveau la où elle a été délaissée ou oubliée, l’Église a besoin d’une particulière force d’en haut, don de l’Esprit du Seigneur, assurément, mais non sans lien avec l’intercession et l’exemple de ses saints. " (Bx Jean-Paul II, Redemptoris custos, 29)

Un père pour la Nouvelle Evangélisation

C’est bien à ce niveau qu’il faut se placer lorsqu’on envisage la vie et le rôle de saint Joseph dans l’Eglise. Alors que le Saint Père Benoît XVI, après avoir créé un nouveau Conseil Pontifical consacré à la Nouvelle Evangélisation (12 octobre 2010), a convoqué le prochain Synode des évêques sur ce même thème au mois d’octobre prochain, il est nécessaire d’élargir les horizons sur cette vision pour l’Eglise d’aujourd’hui et de demain : celle d’une Eglise résolument évangélisante. Saint Joseph se présente comme l’un des artisans du renouveau missionnaire et de l’élan apostolique nécessaire pour notre temps.
Dans cet esprit, notre évêque, ayant renouvelé solennellement il y a trois ans la consécration de notre diocèse au Cœur Douloureux et immaculé de Marie (18 mai 2008), désire prolonger cette démarche par une consécration à saint Joseph le 17 mars prochain. Lui consacrer notre diocèse, c’est reconnaître et accueillir en lui un père pour la nouvelle évangélisation et ne peut se réduire à un simple acte de dévotion privée. Qui mieux que lui en effet, est capable de "raviver en nous l’élan des origines et l’ardeur de la prédication évangélique" (Bx Jean-Paul II, Novo Millenio Ineunte, 40) ?

Saint Joseph protecteur du Concile Vatican II

On célèbre par ailleurs cette année le cinquantième anniversaire du Concile Vatican II "la grande grâce dont l’Église a bénéficié au vingtième siècle qui nous offre une boussole fiable pour nous orienter sur le chemin du siècle qui commence." (Bx Jean-Paul II, ibid. 57) Avant l’ouverture des travaux au mois d’octobre 1962, le Pape Jean XXIII avait désigné solennellement saint Joseph comme Protecteur du Concile œcuménique (Lettre apostolique Le voci) le 19 mars 1961, lui confiant sa préparation et son bon déroulement. Il n’est peut-être pas anodin de signaler ici ce qui est sans doute plus qu’un acte de dévotion du Bienheureux Jean XXIII. En octobre 1962, pour l’ouverture du Concile, afin "d’assurer le renouveau de l’Eglise face au monde moderne, et pour préparer l’unité chrétienne",il offrit en effet son anneau papal à saint Joseph. Il l’envoya à Kalisz en Pologne, où les fidèles ont pris l’habitude depuis le XVII° siècle de faire des offrandes votives au tableau miraculeux représentant saint Joseph. Jean-Paul II, le 19 mars 2004, renouvellera ce geste au tableau de Wadowice, la ville de sa naissance,devant lequel il avait pris l’habitude de prier. Notons enfin que le bienheureux Jean XXIII fit aussi introduire la mention de saint Joseph dans le Canon de la messe : il l’annonça au cours du discours de clôture de la première session du Concile, le 8 décembre 1962 (cf RS 6).

L’Année de la foi

Alors que nous nous trouvons devant la porte de la foi (cf Act 14, 27), le Pape Benoît XVI vient de promulguer une Année de la foi. Saint Joseph nous aidera à franchir le seuil de cette Année, lui qui nous a devancé dans l’écoute de la Parole de Dieu et l’obéissance de la foi. "Il est plus que jamais opportun d’établir une sorte de dialogue spirituel avec saint Joseph, afin qu’il nous aide à vivre en plénitude ce grand mystère de la foi. " (Benoît XVI, Angelus, 18 décembre 2005) Le lien entre saint Joseph et Vatican II est d’actualité, puisque le Saint-Père souhaite que l’on approfondisse à frais nouveaux le Concile afin d’y puiser une grande force pour le renouveau de l’Eglise : "l’Année de la foi devra exprimer un engagement général pour la redécouverte et l’étude des contenus de la foi". Il est donc nécessaire que ces textes "soient lus de manière appropriée, qu’ils soient connus et assimilés", de même qu’on trouvera dans le Catéchisme de l’Eglise catholique une aide précieuse et indispensable.











 
Contacts | Mentions légales | Plan du site | Contributeurs | Espace privé | RSS | cef.fr | messesinfo.cef.fr | rcf.fr | webTvCn.eu | domaine-castille.fr | bonnenouvelle.fr

Conception et développement : bonnenouvelle.fr

http://www.diocese-frejus-toulon.com/Actualite-de-saint-Joseph-Patron.html