Eglise Catholique du Var - diocese-frejus-toulon.com

"Quand paraîtra le Christ, votre vie, alors vous aussi, vous paraîtrez avec lui en pleine gloire".

Lettre de saint Paul Apôtre aux Colossiens

FR | EN | PT |
Newsletter de l'église du var



Accueil du site > Actualités > Archives > Consécration à Saint Joseph > 3ème jour : Saint Joseph, Icône du Père céleste

3ème jour : Saint Joseph, Icône du Père céleste

  Publié le lundi 6 février 2012 , par Yann de Rauglaudre

Je fléchis les genoux en présence du Père de qui toute paternité, au ciel et sur la terre, tire son nom. (Ep 3,4)


Psaume 138

Tu me scrutes, Seigneur, et tu sais ! Tu sais quand je m’assois, quand je me lève ; de très loin, tu pénètres mes pensées.

Que je marche ou me repose, tu le vois, tous mes chemins te sont familiers.

Avant qu’un mot ne parvienne à mes lèvres, déjà, Seigneur, tu le sais.

Tu me devances et me poursuis, tu m’enserres, tu as mis la main sur moi.

Je prends les ailes de l’aurore et me pose au-delà des mers : même là, ta main me conduit, ta main droite me saisit.

J’avais dit : "Les ténèbres m’écrasent !" mais la nuit devient lumière autour de moi.

Même la ténèbre pour toi n’est pas ténèbre, et la nuit comme le jour est lumière !

C’est toi qui as créé mes reins, qui m’as tissé dans le sein de ma mère.

Je reconnais devant toi le prodige, l’être étonnant que je suis : étonnantes sont tes oeuvres toute mon âme le sait.

Mes os n’étaient pas cachés pour toi quand j’étais façonné dans le secret, modelé aux entrailles de la terre.

J’étais encore inachevé, tu me voyais ; sur ton livre, tous mes jours étaient inscrits, recensés avant qu’un seul ne soit !

Lecture - Genèse 17, 1-7

Lorsqu’Abram eut atteint quatre-vingt-dix-neuf ans, Dieu lui apparut et lui dit : Je suis El Shaddaï, marche en ma présence et sois parfait. J’institue mon alliance entre moi et toi, et je t’accroîtrai extrêmement. Et Abram tomba la face contre terre. Dieu lui parla ainsi : Moi, voici mon alliance avec toi : tu deviendras père d’une multitude de nations. Et l’on ne t’appellera plus Abram, mais ton nom sera Abraham, car je te fais père d’une multitude de nations. Je te rendrai extrêmement fécond, de toi je ferai des nations, et des rois sortiront de toi. J’établirai mon alliance entre moi et toi, et ta race après toi, de génération en génération, une alliance perpétuelle, pour être ton Dieu et celui de ta race après toi.

Méditation

Jean-Paul II - Homélie 19 mars 1981
Joseph, fils de David, ne crains pas de prendre avec toi Marie et celui qui est engendré en elle (cf. Mt 1,20). Ainsi dit Dieu le Père à l’homme, avec lequel, d’une certaine façon, il a partagé sa paternité. Dieu, mes chers frères, partage d’une certaine façon sa paternité avec chacun d’entre vous. Non pas sur le mode mystérieux et surnaturel, avec lequel il le fit avec Joseph de Nazareth… Et pourtant toute paternité sur la terre, toute paternité humaine prend en lui son commencement et en lui trouve son modèle. Votre paternité humaine est toujours reliée avec la maternité. Et ce qui est conçu dans le sein de la femme-mère vous unit, vous époux, mari et femme, par un lien particulier que Dieu-Créateur de l’homme a béni depuis "le commencement". C’est le lien de la paternité et de la maternité, qui se forme à partir du moment où l’homme, le mari, trouve dans la maternité de la femme l’expression et la confirmation de sa paternité humaine.

La paternité est responsabilité pour la vie : pour la vie déjà conçue dans le sein de la femme, puis venue à la lumière, pour que se révèle en elle un nouvel homme, qui est sang de votre sang et chair de votre chair. Dieu qui dit : "N’abandonne pas la femme, ton épouse", dit en même temps : "accueille la vie conçue en elle !" Ainsi le dit-il à Joseph de Nazareth, bien que Joseph ne fut pas le père charnel de Celui qui fut conçu par l’opération du Saint-Esprit en la Vierge Marie.

Dieu dit à tout homme : "Accueille la vie que tu as conçue ! Ne te permets pas de la supprimer !" Dieu dit cela par la voix de ses commandements, par la voix de l’Eglise. Mais il dit cela surtout par la voix de la conscience. La voix de la conscience humaine. Cette voix est univoque, nonobstant tout ce que l’on peut faire pour en interdire l’écoute et l’étouffer, pour que l’homme et la femme n’écoutent pas cette voix simple et claire de la conscience.

Jean-Paul II - Homélie 4 juin 1997
Lève-toi, prends avec toi l’enfant et sa mère et fuis en Egypte (Mt 2, 13). Joseph entendit ces paroles en songe. L’ange l’avait averti de fuir avec l’Enfant, parce qu’un péril mortel le menaçait. De cet Evangile nous apprenons qui en veut à la vie de l’Enfant. En premier lieu Hérode, mais aussi tous ceux qui l’entourent. Ce passage oriente notre pensée vers le problème de la vie et de sa défense. Joseph de Nazareth, qui sauva Jésus de la cruauté d’Hérode, se présente comme un grand défenseur de la cause de la vie humaine, depuis le premier instant de la conception jusqu’à la mort naturelle. Nous voulons recommander à la divine Providence et à saint Joseph la vie humaine, spécialement celle des enfants non encore nés, dans notre Patrie et dans le monde entier. La vie a une valeur intangible et une dignité absolument unique, spécialement parce que tout homme est appelé à participer à la vie de Dieu. Saint Jean écrit : "Voyez comme il est grand, l’amour dont le Père nous a comblés :il a voulu que nous soyons appelés enfants de Dieu- et nous le sommes réellement. " (1 Jean 3, 1)

Benoît XVI - Yaoundé 18 mars 2009 À la foule et à ses disciples, Jésus déclare : "Vous n’avez qu’un seul Père" (Mt 23, 9). Il n’est en effet de paternité que celle de Dieu le Père, l’unique Créateur "du monde visible et invisible". Il a cependant été donné à l’homme, créé à l’image de Dieu, de participer à l’unique paternité de Dieu (cf. Ep 3, 15). Saint Joseph illustre cela d’une façon saisissante, lui qui est père sans avoir exercé une paternité charnelle. Il n’est pas le père biologique de Jésus dont Dieu seul est le Père, et pourtant il va exercer une paternité pleine et entière. Être père, c’est avant tout être serviteur de la vie et de la croissance. Saint Joseph a fait preuve, en ce sens, d’un grand dévouement. Pour le Christ, il a connu la persécution, l’exil et la pauvreté qui en découle. Il a dû s’installer ailleurs que dans son village. Sa seule récompense fut celle d’être avec le Christ. Cette disponibilité illustre les paroles de saint Paul : "Le maître, c’est le Christ, et vous êtes à son service" (Col 3, 24).

Prière de consécration

Tu as été choisi, saint Joseph, pour devenir le père adoptif du Verbe Incarné, icône pour lui sur la terre du Père du ciel. Créés à son image et à sa ressemblance, Dieu nous a faits capables de transmettre la vie. Je te consacre aujourd’hui ma vocation de serviteur de la vie humaine, afin que je puisse réaliser la grandeur de participer au mystère de la paternité divine. Je te consacre en particulier tous les pères de famille et leur responsabilité pour la vie conçue. Viens guérir en moi toutes les blessures de la maternité et de la paternité qui m’empêchent d’accéder à la pleine maturité. Qu’à travers ta bienveillante paternité, Joseph, je puisse découvrir la vraie liberté des enfants de Dieu. Je te confie la cause de la vie humaine, si menacée aujourd’hui, notamment à travers le drame de l’avortement. Suscite des défenseurs ardents et des missionnaires joyeux de l’Evangile de la Vie ; des promoteurs convaincus d’une nouvelle culture de vie.

Prière à saint Joseph & Dizaine de chapelet











 
Contacts | Mentions légales | Plan du site | Contributeurs | Espace privé | RSS | cef.fr | messesinfo.cef.fr | rcf.fr | webTvCn.eu | domaine-castille.fr | bonnenouvelle.fr

Conception et développement : bonnenouvelle.fr

http://www.diocese-frejus-toulon.com/3eme-jour-Saint-Joseph-Icone-du.html